->


Agence Haïtienne de Presse (AHP)

6, rue Fernand, Port-au-Prince, Haïti

Tél: (509) 245-7222 Fax: 245-5836
Version française
See the English version


Pour tout savoir sur Haïti, consultez le site du Ministère des Haïtiens Vivant à l'Etranger : www.haiti2004lakay.com

Un univers d'information pour vous servir

Attention ! ! ! Terrain à vendre à " Duval 24 " non loin de Tabarre. Il s'agit d'une quantité de 83/100ème, soit près d'un carreau. Possibilité de morcellement, à raison de 7.000 dollars haïtiens (35.000 gourdes )/centième

Pour toute information , appelez au 557-8694.

Nouvelles du 26 décembre 2002
Elections: un Groupe d'organisations reprend à son compte une position quasi identique d'un groupe de 5 secteurs de la société civile

Port-au-Prince, 26 décembre 2002 -(AHP)- Un groupe de 184 personnes affirmant représenter des institutions, regroupements et organisations de 12 secteurs vitaux de la société haïtienne, ont informé jeudi dans un communiqué avoir adopté une position commune relative, disent-elles, à sept (7) conditions essentielles à mettre en place avant d'engager tout processus électoral crédible et démocratique en Haïti.

Ces organisations qui ont repris en grande partie la position de 5 secteurs de la société civile quant aux conditions à remplir pour que leurs représentants au nouveau CEP acceptent de prêter serment, affirment souhaiter la démonstration concrète et soutenue que les citoyens quelles que soient leurs tendances politiques, peuvent exprimer leurs opinions à travers des rassemblements publics pacifiques.

Elles réclament, ont-elles déclaré, le démantèlement et le désarmement des groupes armés qui sèment la terreur à travers le pays notamment aux Gonaïves, à Saint-Marc, à Petit-Goâve, à Port-au-Prince et dans le Plateau Central ainsi que la révocation et la mise en mouvement de l'action publique contre les policiers et autorités publiques qui y sont impliquées.

Des partisans de lavalas comme ceux de la convergence sont accusés d'imp[lication dans les dernières violences enregistrées à travers le pays notamment à Lascaobas où un juge de paix a été assassiné par de présumés membres de l'opposittion

Les organisations signataires du communiqué dont la plupart sont réputées proches de l'opposition réclament également ont-elles dit, la mise en application de l'action publique d'une part contre des individus clairement identifiés à la tête de ces gangs armés et qui circulent librement, et d'autre part contre les assassins de Jean Léopold Dominique et ceux déjà identifiés de Brignol Lindor.

Elles réclament également la libération de tous citoyens arrêtés, selon elles, illégalement en raison de leur engagement politique et de toux ceux ayant bénéficié d'une décision de justice, la cessation de déclaration suscitant la haine et la violence.

Les organisations souhaitent l'adoption par le pouvoir de dispositions concrètes permettant à tous les journalistes, étudiants, professeurs pourchassés, disent-elles, par des gangs armés, de reprendre le travail en toute sécurité.

Deux groupes armés sont accusés de semer la terreur aux Gonaïves.

L'armée dite cannibale présumée proche d'OP Lavalas et l'Armée vampire qui serait conduite par des membres de la convergence démocratique.

Une fois leurs exigences satisfaites, les "184 citoyens et organisations" réclament la mise à exécution immédiate de la coopération internationale en matière de sécurité, prévue dans le cadre des termes de référence souscrits entre le pouvoir et la communauté internationale.

Les organisations signataires déclarent souhaiter que ses exigences soient satisfaites d'ici le 15 janvier 2003 et qu'en conséquence elles sauront tirer disent-elles, "avec le peuple haïtien" ont-elles dit, les conclusions qui s'imposent.

Parmi ces organisations figurent notamment la chambre de commerce et d'Industyrie d'Haïti le CLED, la Fondation Nouvelle Haïti, la FEUH, le GRALIP, Fanm MPP, le Mouvement paysan de Papaye et la Centrale autonome des travailleurs haïtiens.

AHP 26 décembre 2002 2:00 PM


Assassinat à Port-au-Prince de l'agent de sécurité de la veuve de Jean Léopold Dominique

Port-au-Prince, 26 décembre 2002 -(AHP)- Des individus armés ont abattu dimanche soir l'agent de sécurité de la veuve de Jean Léopold Dominique, Michèle Montas.

Maxime Séïde (30 ans) qui montait la garde devant la maison de Mme Dominique a été abattu de plusieurs balles.

Les assassins de l'agent de ssécurité ont commis leur forfait quelques minutes après que Mme Jean Dominique eut regagné sa résidence.

La veuve de Jean Dominique a établi un lien direct entre ce meurtre et l'ordonnance que doit rendre à la fin de ce mois le juge d'instruction Bernard Saint-Vil chargé de l'enquête sur l'assassinat de Jean Dominique et de Jean-Claude Louissaint.

Mme Montas considère que cette attaque la visait personnellement. Elle affirme toutefois qu'elle n'a plus aucune raison d'avoir peur après l'asssinat de son mari.

Les individus qui ont abattu Maxime Séïde ont également tiré des rafales sur le domicile de Mme Jean Dominique.

De nombreuses personnalités se sont rendues sur les lieux du crime notamment le Ministre de l'Intérieur Jocelerme Privert et le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Josué Pierre-Louis.

Une enquête a été ouverte pour faire le jour sur cette affaire.

AHP 26 décembre 2002 12:00 PM


Réactions des associations de journalistes sur l'attentat manqué contre la veuve de Jean Léopold Dominique

Port-au-Prince, 26 décembre 2002 -(AHP)- L'Association des Journalistes Haïtiens (AJH) et le Cercle des Journalistes Professionnels Haïtiens (CJPH) ont condamné jeudi l'attentat manqué perpétré contre la veuve de Jean Léopold Dominique, Michel Montas.

Ces associations ont également protesté contre l'assassinat de l'agent de sécurité de Mme Montas, Maxime Séïde.

Le secrétaire général de l'AJH, Joseph Guyler C. Delva, déclare considérer l'attentat manqué contre la directrice de Radio Haïti Inter comme une agression supplémentaire contre la liberté de la presse en Haïti.

Guy Delva a qualifié de suspecte cette attaque qui survient au moment où le juge d'instruction Bernard Saint-Vil se prépare à rendre son ordonnance dans le cadre de l'enquête ouverte sur le double meurtre de jean Dominique et de jean-Claude Louissaint le 3 avril 2000.

Guy Delva demande aux autorités policières et judiciaires de rechercher les auteurs et complices de cette attaque pour qu'ils soient jugés conformément à la loi.

Le secrétaire général de l'AJH souhaite que des mesures soient adoptées par le ministère de la justice en vue du renforcement de la sécurité du juge Bernard Saint-Vil pour qu'il soit en mesure de faire son travail en toute quiétude.

Guy Delva déclare avoir eu une rencontre ce jeudi avec Me Saint-Vil. Le juge s'est montré,, a-t-il dit, très préocupée pour sa sécurité après l'assassinat de l'agent de sécurité de Mme Michèle Montas et la l'attentat manqué contre celle-ci.

Pour sa part, le Cercle des Journalistes Professionnels Haïtiens (CJPH) a fait savoir que les assassins sont toujours dans la ville et veulent à tout prix réduire au silkence ceux qui réclament justice pour Jean Dominique et Jean Claude Louissaint.

Le CJPH demande au gouvernement haïtien et à la police de tout mettre en oeuvre pour retrouver les agresseurs de Mme Montas.

Le Cercle des Journalistes Professionnels appelle le Président de la République à donner auittte à l'engagement qu'il avait pris le 3 mars dernier relatif à la mobilisation de tous ses moyens pour que l'enquête ouverte sur l'assassinat de Jean Dominique aboutisse et permette à la justice de rendre son ordonnance avant la fin de l'année.

AHP 26 décembre 2002 4:00 PM


Les autorités gouvernementales condamnent l'assassinat de l'agent de sécurité de Michèle Montas et la de meurtre sur celle-ci

Port-au-Prince, 26 décembre 2002 -(AHP)- Le gouvernement haïtien a condamné lundi la tentative de meurtre contre la veuve de Jean Léopold Dominique, Michèle Montas et l'assassinat de son agent de sécurité

Le secrétaire d'Etat à la communication, Mario Dupuy, a fait savoir que ceux qui ont empêché Jean Dominique de continuer à intervenir en faveur des masses démunis croyaient pouvoir en faire de même avec Mme Montas pour tenter de la réduire au silence.

Mario Dupuy a affirmé que des dispositions ont été prises en vue d'assurer la sécurité de Mme Montas et radiio haïti Inter.

Il a assuré que tout sera mis en oeuvre afin que l'enquête ouverte sur l'attaque perpétrée contre le domicile de la veuve de Jean Dominique aboutisse.

Le secrétaire d'Etat à la communication a réaffirmé que le gouvernement ne tolérera qu'aucun secteur entretienne un climat de violence dans le pays.

Le Ministre de l'Intérieur et des collectivités territoriales, Jocelerme Privert qui a rendu visite à Michèle Montas, a annoncé que de nombreuses dispositions vont être prises pour assurer la sécurité de Mme Jean Dominique et celle de Radio Haïti Inter.

Pour sa part, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Josué Pierre-Louis, a affirmé avoir déjà ouvert une enquête sur cette affaire. Plusieurs auditions ont déjà eu lieu, a-t-il fait savoir. .

Le Ministre de la justice, Me Calixte Délatour, a également affirmé que les auteurs de ce crime ne resteront pas impunis.

Tout sera mis en oeuvre pour rechercher et traduire en justice les assassins de Maxime Séïde.

Dans les émissions lignes ouvertes de ce jeudi, plusieurs intervenants ont expliqué l'attaque manquée contyre Michèle Montas par l'impunitté qui prévaut dans le pays et par ce qu'ils appellent le laxisme des autorités gouvernementales.

De nombreux autres y ont vu un début de matérialisation des décisons arrêtées lors de la rencontre tenue la semaine dernière entre l'IRI et des responsables de l'opposotion à Santo-Domingo

AHP 26 décembre 2002 12:30 PM


Hausse de plus de150% du prix des produits pétroliers à Port-au-Prince

Port-au-Prince, 26 décembre 2002 -(AHP)- La capitale haïtienne fait face depuis environ une semaine à une grave pénurie de carburant.

Il est quasi impossible de trouver de la gazoline et du diesel dans les stations-service.

Quelques pompes distribuent encore du diesel, mais dans un tohu-bohu indescriptible.

Pour beaucoup de chauffeurs, il s'agit d'une pénurie artificielle, puisque, ont-ils dit, la gazoline comme le diesel est débité en grande quantité sur le marché parallèle.

Le prix du gallon de diesel et de gasoline ont augmenté de plus de 150% au marché noir. Par conséquent, le prix du transport en commun a également subi une hausse vertigineuse.

" Le carburant vendu sur le marché parallèle provient directement des pompes à essence, ont dénoncé ces chauffeurs qui accusent plusieurs responsables de stations de profiter des recettes du marché noir et de faire souffrir les plus démunis.

Plusieurs autres chauffeurs ont indiqué qu'il y a effectiment un problème de carburant en raison de la crise vénézuélienne.

"Mais, il y a , ont -ils dit, suffisamment de réserve pour faire face à la situation jusqu'à l'arrivée du prochain tanker", ont-ils fait savoir.

A Jacmel dans le sud-est du pays, les responsables des stations-service auraient pris la responsabilité d'augmenter d'environ 50% le prix des produits pétroliers.

Le diesel qui se vendait à 30,50 gourdes est débité actuellement à 45 gourdes, la gazoline sans plomb (91) qui se vendait à 46 gourdes se vend à 69 gourdes et la gazoline sans plomb (95) est passé de 56 gourdes à 75 gourdes.

Cette situation engendre la hausse du tarif des autobus assurant le trajet Jacmel/Port-au-Prince, des camionnettes et des taxis.

La hausse du prix du carburant est à la base d'un début de de tension dans les rapports sociaux entre les habitants de la ville, a rapporté le correspondant de l'AHP.

AHP 26 décembre 2002 3:00 PM


Le Président Aristide accueilli par plusieurs milliers de personnes à Lascaobas

Port-au-Prince, 26 décembre 2002 -(AHP)- Le Président Jean Bertrand Aristide s'est rendu dimanche à Lascahobas (Plateau Central) où il a été accueilli par plusieurs milliers de personnes.

Le chef de l'Etat se trouvait dans la zone pour exprimer ses sympathies aux familles du juge de paix de Belladères Christophe Lozama et 4 autres personnes assassinés respectivement le 28 novembre et le 10 décembre dernier.

M. Aristide a promis de tout faire pour que justice soit rendue aux victimes.

Il a également invité les parents des victimes et les haïtiens en général à ne céder aux provocations d'aucun secteur pour s'enliser dans une spirale de violence.

Il a toutefois accusé l'opposition politique de responsabilité dans les assassinats enregistrés dans le plateau central.

Le Président de la République a annoncé par ailleurs, l'exécution prochaine d'un ensemble de projets d'infrastructures dans le plateau central.

Il a cité entre autres l'installation de nouvelles lignes téléphoniques à Lascahobas, l'adoquinage de plusieurs rues de la ville et la réparation de la place publique.

Ces projets devraient démarrer dans moins de deux mois, a assuré le chef de l'Etat.

La Convergence Démocratique a rejeté les accusations selon lesquelles elle serait responsable des violences survenus dans le pays notamment dans le plateau central.

Un porte-parole de cette coalition politique, Paul Denis, a indiqué que la convergence n'a rien à avoir dans ces actes de violence.

"Nous n'avons pas dans nos stratégies d'utiliser des armes pour combattre lavalas", a déclaré Paul Denis, ajoutant que "sans arme la convergence est plus puissante que lavalas".

Le porte-parole de la convergence a invité les autorités judiciaires à mener une enquête sérieuse pour déterminer les circonstances de l'assassinat du juge de paix de Belladères.

AHP 26 décembre 2002 11:00 AM

 



Nouvelles du 24 décembre 2002



Crise énergétique à Port-au-Prince: le gouvernement annonce l'arrivée incessante d'un tanker de carburant

Port-au-Prince, 24 décembre 2002 -(AHP)- La capitale haïtienne fait face depuis quelques jours à une grave pénurie de carburant.

De longues files d'automobiles se forment quotidiennement devant les rares stations-service qui débitent encore du carburant au compte-goutte.

De nombreux conducteurs passent la nuit dans les pompes à esssence pour être les premiers le lendemain matin.

Cette pénurie provoque également un rationnement drastique du courant électrique à travers toute la capitale, la centrale hydro-élecrtrique de Péligre étant dysfonctionnelle.

Le ministre des travaux publics Harry Clinton a fait savoir lundi qu'un tanker de carburant déjà payé devrait arriver incessamment à Port-au-Prince.

Le retard enregistré dans la livraison de la commandde est dû au débrayage des employés du secteur du pétrole vénézuuélien qui cherchent à obtenir le départ du président Hugo Chavez.

Pour sa part, le directeur général de l'Electricité d'Haïti, Jules André Joseph, a quand même annoncé une amélioration du courant électrique à Port-au-prince, une aller-mieux qui a été constatée lundi soir dans plusieurs zones de la région métropolitaine.

M. Joseph a fait savoir que la plupart des quartiers de la capitale pourraient bénéficier d'au moins 18 heures d'électricité par jour pendant la période des fêtes de fin d'année.

Cette amélioration devrait se poursuivre au cours de l'année prochaine, a-t-il laissé entendre.

De son côté, le Premier Ministre Yvon Neptune a fait savoir lundi que le gouvernement a consenti de nombreux investissements ces derniers temps en vue de favoriser l'amélioration de la distribution du courant électrique dans le pays.

Le Cap-haïtien et les Cayes bénéficient déjà du courant électrique 24 heures sur 24.

Selon M. Neptune, des travaux sont en cours pour que d'autres régions du pays puissent bénéficier des mêmes avantages, notamment les villes de Petit-Goâve et Miragoane.

Toutefois le chef du gouvernement a indiqué que le gouvernement pourrait faire bien mieux si le pays n'était pas soumis à un embargo économique.

500 millions de dollars d'aide ou de dons consentis à Haïti par des bailleurs de fonds internationaux sont gelés pour des motifs politiques

AHP 24 décembre 2002 11:40 AM


Les différents secteurs politiques haïtiens appelés à observer la trêve de la Noel

Port-au-Prince, 24 décembre 2002 -(AHP)- Le coordonnateur ai de Fanmi Lavalas Jonas Petit a a encouragé lundi tous les Haïtiens à oeuvrer en faveur de la paix en vue de faire briller la flamme de l'espoir.

Dans un méssage à l'occasion de la noël, M. Petit a appelé tous les hommes politiques du pays à contribuer à la matérialisation du rêve d'unité des haïtiens dans l'espoir que cette unité débouche sur des lendemains meilleurs pour tous.

Il a également formulé le souhait que l'année 2003 soit une année de progrès.

Pour sa part, le président de la chambre basse, Rudy Hérivaux a appelé l'opposition à comprendre la nécessité d'observer la trêve demandée par le président Aristide à l'occasion des fêtes de fin d'année.

Selon M. Hérivaux, cette trêve est plus qu'indispensable dans le cadre des démarches visant la résolution de la crise politique.

le parlementaire estime qu'il est temps que tous les secteurs comprennent qu'il faut voir avant tout, les intérêts du pays au lieu des intérêts de groupes ou de partis.

AHP 24 décembre 2002 12:20 PM


Le Ministre de l'Intérieur confirme que 25 mandats ont été décernés contre des auteurs de crimes dans le Plateau Central

Port-au-Prince, 24 décembre 2002 -(AHP)-Le Ministre de l'Intérieur, Jocelerme Privert a confirmé lundi que 25 mandats d'arrêt ont été décernés contre les auteurs de l'assassinat du juge de paix de Belladères, Christophe Lozama et des 5 personnes assassinées lors l'attaque perpétrée contre le sous-commissariat de police de Lascaobas.

Selon Jocelerme Privert, les dirigeants locaux de la Convergence Démocratique sont responsables des actes de violence enregistrés dans la région du Plateau Central

Ces individus sont accusés d'implication dans l'assassinat du juge Lozama et des des 5 autres citoyens.

M. Privert a indiqué également que les anciens militaires qui avaient pris position à pernale se réclamant de la Convergence sont également responsables de l'incendie des maisonnettes des paysans de la zone au moment de leur fuite.

De son côté, le directeur général de la Police judiciaire, Jeannot François, a affirmé que les policiers des unités spécialisées de la PNH déployés à Pernales, ont mis en déroute les individus qui ont tenté de terroriser la population du Plateau Central.

M. François a rejeté les informations véhiculées à dessein , a-t-il dit, par certains secteurs qui tentent d'attribuer l'incendie des habitations de plusieurs paysans à des agents de la PNH.

AHP 24 décembre 2002 1:00 PM



Nouvelles du 23 décembre 2002



Des ONGs basées en Haïti se déclarent alarmées par la dégradation accélérée des conditions socio-économiques et environnementales en Haïti

Port-au-Prince, 23 décembre 2002 -(AHP)- Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) basées en Haïti se sont déclarées alarmées par la dégradation accélérée, ont-elles dit, des conditions socio-économiques, la perte des opportunités économiques au niveau national, régional et global.

Dans un message rendu public à l'occasion des fêtes de fin d'année, ces organisations au nombre desquelles Christian Aid, Oxfam Grande Brettagne, Oxfam Quebec, Fédération Luthérienne Mondiale et Cohan BRD se sont déclarées également alarmées par la détérioration systématique de l'environnement en Haïti.

Les organisations sus-mentionnées déclarent constater que la situation nutritionnelle est en train de dégringoler vers des seuils critiques.

Selon elles, 23% des enfants de moins de 5 ans sont atteints de malnutrition chronique et les rapports des institutions locales font mention d'une augmentation de 30% des cas de malnutrition sévère dans certaines zones du pays.

Elles citent notamment le cas du département du Nord-ouest où la persistance de la sécheresse et les pertes successives de récolte entrainent la population et les couches les plus vulnérables (femmes et enfants) vers une catastrophe alimentaire.

Il faut rappeler que 500 millions de dollars d'aide ou de prêts consentis à Haïti sont gelés par des bailleurs de fonds internationaux pour des motifs politiques. Ce qui aggrave davantage la situation des couches les plus défavorisées

Face à la situation de misère qui ronge le pays, les Organisations Non Gouvernementales déclarent joindre leurs voix à celles de tous ceux qui croient en des lendemains meilleurs pour Haïti pour demander aux acteurs politiques de rechercher et promouvoir par tous les moyens des solutions nouvelles pacifiques et constitutionnelles susceptibles de favoriser une issue durable au conflit social.

Les ONG estiment que la situation de tension qui persiste dans le pays requiert la participation de toutes les couches sociales pour lancer un débat démocratique ouvert et serein afin de définir les orientations nécessaires et les alternatives de développement national capables de remettre le pays au travail et raviver l'espoir à l'orée de 2004.

Elles expriment le souhait que les revendications des plus pauvres soient au centre du débat national et qu'elles retiennent l'attention des acteurs pour se traduire en politiques et programmes publics garantissant l'accès aux services de santé et d'éducation, le droit au travail pour tous, le développement d'opportunités de formation et de travail pour les femmes, les jeunes, la valorisation de la culture haïtienne, l'instauration d'un système de justice fonctionnel et équitable.

Les Organisations Non Gouvernementales souhaitent également que des mesures soient adoptées pour garantir le respect des droits humains et la sécurité pour tous en vue de faciliter la participation citoyenne et la construction d'une nation appelée à apporter sa pierre à l'édification d'un monde plus juste.

AHP 23 décembre 2002 5:00 PM


Le couple présidentiel reçoit plusieurs centaines de pauvres au Palais National à l'occasion de la Noël

Port-au-Prince, 23 décembre 2002 -(AHP)- Le Président Jean Bertrand Aristide a reçu lundi au Palais National plusieurs centaines de pauvres, à l'occasion des fêtes de Noël.

Le chef de l'Etat et son épouse Mme Mildred ont partagé à l'occasion un repas avec les pauvres venus de plusieurs zones de la capitale.

Des cadeaux et un peu d'argent leur ont également été offerts.

Dans ses déclarations de circonstance, M. Aristide a déploré que 500 millions dollars américains destinés à Haïti sous forme d'aide ou de prêts soient toujours gelés par la communauté internationale pour des motifs politiques.

" Si l'aide internationale n'avait pas été bloquée, la fête de Noël serait plus belle pour le peuple haïtien en général et pour les plus pauvres en particulier", a souligné le président Aristide à l'adresse des démunis.

Le chef de l'Etat a également dénoncé les manoeuvres ochestrées, a-t-il dit, par l'opposition politique de concert avec un certain secteur de la communauté internationale pour continuer à maintenir les plus pauvres dans la misère.

Il a appelé les leaders politiques de l'opposition à changer de comportement, vis-à-vis de cette couche sociale qui dit-il, mérite également respect et considération.

Depuis quelques années, certains secteurs du pays qualifient de "chimères" les gens issus de la classe défavorisée qui, rongés par la misère, recourent parfois à la violence pour essayer de faire passer leurs revendications.

AHP 23 décembre 2002 4:00 PM


Le président Aristide appelle l'opposition à ne pas encourager des individus à prendre les armes pour terroriser la population

Port-au-Prince, 23 décembre 2002 -(AHP)- Le Président Jean Bertrand Aristide a dénoncé lundi la situation de violence qui sévit actuellement dans le pays.

Le chef de l'Etat a imputé cette situation aux secteurs qui, dit-il, travaillent à la destruction de leur propre pays

"Si vous aimez votre pays, vous ne pouvez pas encourager des individus à prendre les armes pour terroriser la population", a lancé le chef de l'Etat qui fait appel à l'esprit de compréhension des leaders de l'opposition.

Il a exprimé le souhait que les partis de l'opposition profitent de la Noël pour partager cet esprit de compréhension avec la population.

Une cinquantaine d'anciens militaires lourdement armés se réclamant de l'opposition ont pris la population de la localité frontalière de Pernale en otage pendant plusieurs jours.

Ces individus sont accusés d'implication dans l'assassinat d'un juge de paix à Belladères le 28 novembre et dans l'assassinat de 5 personnes lors de l'attaque d'un commisssariat de police le 10 décembre à Lascaobas.

Selon des informations communiquées lundi par la présidence haïtienne, ces anciens militaires ont été chassés par la police. Des arrestations auraient été opérées.

Pour sa part, le secrétaire d'Etat à la communication, Mario Dupuy, a indiqué que des documents abandonnés par les bandits ont permis de découvrir leur appartenance à la Convergence Démocratique.

Dans leur cavale, les anciens militaires auraient causé des torts énormes aux habitants de Pernale qu'ils accusent de les avoir trahis, en détruisant près d'une dizaine de leurs habitations.

Toutefois, intervenant sur une station de Radio de la capitale, des anciens militaires ont tenté de faire croire que l'affaire Pernale ne serait rien d'autre qu'un montage.

L'organisation des droits de l'homme Amnesty International a récemment fait savoir que la violence a augmenté en Haïti avec l'entrée en lice d'anciens militaires putschistes.

Beaucoup estiment que l'organisation faisait référence sans le citer à l'ancien colonel putschiste Himler Rébu que la Convergence considère comme son nouveau chef de file, selon des sources proches de l'oposition.

AHP 23 décembre 2002 3:30 PM


Le petit personnel de la chambre des députés pousse le secrétaire général Madelain Fils Aimé à abandonner son poste

Port-au-Prince, 23 décembre 2002 -(AHP)- Une dizaine d'employés du petit personnel de la chambre des députés ont molesté lundi le secrétaire général de cette institution, Madelain Fils Aimé.

M. Fils Aimé a été contraint d'abandonner son poste par ces employés qui lui reprochent de travailler pour le compte de l'Institut Républicain International (IRI).

La victime qui n'a pas voulu faire de déclarations, a promis de réagir en temps et lieu.

Les députés Simson Libéris, Ernst Vilsaint et Francy Exius ont déploré cet incident.

Ils ont dénoncé ce qu'ils appellent la complicité du bureau de la chambre dans cet incident, sans toutefois fournir des preuves.

AHP 23 décembre 2002 3:00 PM


Le Ministère de Santé Publique appelle la population à ne pas consommer certains produits à base de viande importés de France et contaminés par la "listeria monocytogènes"

Port-au-Prince, 23 décembre 2002 -(AHP)- Le Ministère de Santé Publique et de la Population a informé lundi que certains produits à base de viande (charcuteries) importés de France, et disponibles sur le marché haïtien sont contaminés.

Dans une note datée du 23 décembre remise à l'AHP et signée par son titulaire, le docteur Henri Claude Voltaire, le Ministère de la santé informe avoir obtenu cette information d'une note de la Direction générale de la santé et de la potection du consommateur de la commission européenne en date du 13 décembre 2002.

Le MSPP appelle la population à ne pas consommer les produits en question qui provoquent une intoxication alimentaire.

Ces produits contaminés par la "listeria monocytogènes" sont fabriqués par l'usine francaise <la Fricassée> dont le siège se trouve à Carentoir (Morbihan) en France.

AHP 23 décembre 2002 12:30 PM


Le secrétaire d'état à la Communication confirme que les anciens militaires qui ont terrorisé la population du Plateau Central ont été mis en déroute

Port-au-Prince, 23 décembre 2002 -(AHP)- Le secrétaire d'état à la Communication Mario Dupuy, a confirmé lundi que les anciens militaires qui terrorisaient la population de Belladères à partir de la localité Pernale dans le Plateau-Central ont été mis en déroute par la Police Nationale.

M. Dupuy a indiqué qu'au moment de leur fuite, ces hommes armés dont dont des anciens militaires ont abandonné des documents relatifs à leur appartenance à la Convergence Démocratique.

"Ces données prouvent que cette coalition politique s'engage dans la lutte armée pour tenter de s'accaparer du pouvoir", a fait savoir M. Dupuy.

Selon le secrétaire d'état à la Communication, les informations disponibles montrent que les anciens militaires et la convergence démocratiques sont impliqués dans l'assassinat du juge de paix de Belladères Christophe Lozama le 28 novembre et de quatre autres personnes le 10 décembre lors d'une attaque contre le sous-commissariat de police de Lascaobas.

Mario Dupuy invite l'opposition à renoncer à la logique de la violence et à empruntter la voie du dialogue et de la constitution pour satisfaire ses objectifs politiques .

"Tout secteur politique qui aspire au pouvoir doit se souvenir que la seule façon d'y parvenir est de passer par les élections", a-t-il lancé.

Rappelant que l'année 2003 est une année électorale, Mario Dupuy invite l'opposition à intégrer le processus électoral.

AHP 23 décembre 2002 1:00 PM


Sport/Football
Campionnat national: Racing champion

Le Racing Club haïtien est sacré champiom du championnat national de première division à la suite de la dernière rencontre samedi entre l'Aigle-noir et le Roulado de la Gonâve.

Le match s'est terminé par un but à zéro en faveur du club gonavien.

L'unique but de la rencontre de samedi a été inscrit à la 26è minute de la première période par l'intermédiaire du transfuge du Violette A. Club, Johnny Descollines qui a repris du pied gauche un centre parfait de Roumain Jean-Claude.

L'Aigle noir qui se trouvait en deuxième position après le Racing avait besoin d'une victoire pour prendre la tête du classement

Classement :

1- Racing Club Haïtien ( 31 points )

2- Aigle-noir du Bel-Air ( 29 " " )

3- Roulado de la Gonave ( 26 " " )

4-Balitimore de St-Marc ( 24 " " )

5- Tempête " " ( 22 " " )



Nouvelles du 20 décembre 2002



Décès à Port-au-Prince du député Terre-Neuve/Anse-Rouge

Port-au-Prince, 20 décembre 2002 -(AHP)- Le député de Terre-Neuve/Anse-Rouge, Yvon Douceur, est décédé mercredi à Port-au-Prince des suites d'une complication du foie.

Yvon Douceur a été élu aux joutes du 21 mai 2000 sous la bannière du Mouvement Chrétien pour une Nouvelle Haïti (MOCRENAH).

Les funérailles du parlementaires seront chantées à la cathédrale de Port-au-Prince le vendredi 27 décembre 2002 prochain.

Une cérémonie funèbre sera organisée également au parlement haïtien.

Le corps du parlementaire sera ensuite transporté dans sa ville nationale pour être inhumé.

Yvon Douceur est le troisième député de la 47ème législature décédé, après le député des Gonaïves Marc André Durogène (assassiné) et Toussaint Clautaire, député de Savanette/Baptiste.

AHP 20 décembre 2002 4:30 PM


Des anciens militaires terrorisent la population de la zone frontalière de Pédernales

Port-au-Prince, 20 décembre 2002 -(AHP)- Le secrétaire d'État à la Communication, Mario Dupuy, a confirmé vendredi qu'un groupe de 50 anciens militaires lourdement armés terrorisent la population de la ville frontalière de Pédernales (Plateau Central).

Ces anciens militaires qui ont hissé le drapeau noir et rouge dans la zone avaient assassiné la semaine dernière 5 membres de la population dont deux membres de Fanmi Lavalas.

Le drapeau noir et rouge symbolise la dictature duvaliériste.

Selon Mario Dupuy, une unité spécialisée de la Police Nationale d'Haïti (PNH) a été dépêchée dans la région pour rétablir l'ordre et la paix et mettre les terroristes hors d'état de nuire.

Des dispositions ont également été prises par le gouvernement pour assurer la sécurité de la population civile terrorisée par ces bandits armés.

Mario Dupuy a indiqué que ces individus sont dans la région depuis plusieurs jours et sont responsables de l'attaque armée récemment perpétrée contre le sous commissariat de Lascahobas.

Cette attaque visait, selon la police, la libération de 2 individus accusés d'implication dans l'assassinat du juge de paix de Belladères, Christophe Lozama.

Le secrétaire d'Etat à la Commuunication invite la population à garder son calme et à rester mobilisée pour faire échec à toute tentative de coup d'état.

AHP 20 décembre 2:30 PM


Le PPN dénonce la rencontre de l'opposition et de l'IRI à Santo Domingo

Port-au-Prince, 20 décembre 2002 -(AHP)- Le secrétaire général du Parti Populaire National (PPN), Benjamin Dupuy, a dénoncé vendredi la convocation à Santo-Domingo par des responsables de l'Institut Républicain International (IRI) d'un groupe de 50 haïtiens dont des leaders politiques de l'opposition.

Benjamin Dupuy a indiqué que ces personnes qu'il qualifie d'apatrides doivent également rencontrer entre autres l'ancien président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti Olivier Nadal, un opposant au gouvernwement et un ancien préssident du CEP de l'an 2000, Léon Manus.

M. Dupuy a fait savoir que ces politiciens, hommes d'affaires et étudiants qui sont partis depuis mercredi en République dominicaine travaillent pour le compte de l'IRI. Il a réitéré qu'un vaste complot contre le peuple haïtien est en train de se tramer en République dominicaine.

Ce complot vise, di-il, à provoquer une occupation du pays.

" Les masques sont tombés, chacun choisit désormais son camp", a lancé Ben Dupuy, ajoutant que le pays connait aujourd'hui une guerre de basse intensité déclarée au peuple haïtien.

Il a invité la population à la mobilisation pour empêcher, dit-il, les forces réactionnaires de semer le deuil dans les familles haïtiennes à partir de la République Dominicaine.

AHP 20 décembre 2002 1:30 PM


La rencontre entre l'IRI et l'opposition haïtienne prend fin ce samedi

Santo-Domingo, 20 décembre 2002 -(AHP)- La rencontre convoquée par l'IRI à Santo-Domingo, à laquelle prennent part des responsables de l'opposition, des hommes d'affaires et des étudiants membres d'une organisation d'étudiants dénommée FEU, doit prendre fin ce samedi.

Selon une source proche de la réunion, les participants ont discuté entre autres des nouvelles stratégies à adopter pour paralyser l'action du gouvernement.

Ils ont également évoqué la possibilité d'installer avant la fin de l'année le nouveau gouvernement provisoire qu'ils ont déclaré vouloir nommer.

Selon la même source, les membres de l'IRI et ceux de l'opposition haïtienne ont examiné la possibilité de chercher à éttoffer certains actes de violence attribués aux proches du gouvernement pour tenter de les faire présenter par-devant un tribunal international.

Ils ont également évoqué la possibilité de chercher, au moyen de rapports, à rejeter sur leurs adversaires politiques les actes de violence dans lesquels des membres de la convergence et d'anciens militaires se trouvent impliqués dont l'assassinat le 28 novembre à Belladères du juge de paix, Christophe Lozama .

AHP 20 décembre 2002 11:00 AM


Mandat d'amener contre le journaliste Israël Jacky Cantave: l'AJH critique les autorités qu'elle accuse de vouloir persécuter les journalistes

Port-au-Prince, 20 décembre 2002 -(AHP)- Le Directeur Central de la Police Judiciaire (DCPJ), Jeannot François, a annoncé jeudi qu'un mandat a été décerné contre le journaliste Israël Jacky Cantave, actuellement en exil volontaire en France.

Selon le mandat, M. Cantave devrait venir s'expliquer sur l'enlèvement dont il déclare avoir été victime le 15 juillet dernier en compagnie d'un ami.

Jeannot Cantave a expliqué que c'est le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince qui a lancé le mandat contre l'ancien journaliste de Radio Caraïbes.

Selon le rapport d'enquête de la Police Nationale d'Haïti (PNH), le dossier de l'enlèvement du journaliste Israël Jacky Cantave pourrait être un montage, compte tenu des nombreuses contradictions relevées dans cette affaire.

M. Cantave avait quitté le pays au moment où il devait être interrogé par la justice autour de cette affaire qui aurait été montée par un ancien responsable de nouvelles de Radio Caraïbes, selon des dossiers publiés par le quotidien l'Union.

Le secrétaire général de l'Association des Journalistes Haïtien (AJH), Joseph Guyler C. Delva a dénoncé le fait que M. Cantave ait été appelé à témoigner devant la justice.

Joseph Guyler C. Delva estime démagogique et assimile à de la persécution, le fait que le journaliste ait été appelé à se laver devant la justice des suspicions qui pèsent sur lui.

Le secrétaire général de l'AJH a fait savoir que le journaliste de Radio Caraïbes ne peut pas revenir en Haïti puisque, a-t-il dit, sa sécurité ne serait pas garantie.

Il a également nié que des journalistes se livrent à des pratiques de montage.

AHP 20 décembre 2002 11:30 AM


Le député Nahoun Marcélus dément que des actes de sabotage aient été perpétrés contre les émetteurs de Radio Maxima

Port-au-Prince, 20 décembre 2002 -(AHP)- Le député de la Grande Rivière du Nord, Nahoun Marcélus, également propriétaire d'une station de Radio privée au Cap-Haïtien, Radio Africa, a mis vendredi, le PDG de Radio Maxima, Jean Robert Lalane, en défi de prouver que le matériel de sa station a été détruit.

Au cours d'un rassemblement organisé mardi par la convergence démocratique pour réclamer le départ des autorités constitutionnelles, Jean Robert Lalane, avait annoncé que les émetteurs de Radio Maxima avaient été endommagés par des individus non identifiés.

Dans une autre déclaration, Jean Robert Lalanne avait accusé nommément le député Marcelus d'être à l'origine des présumés actes de sabotage contre sa station.

Nahoun Marcélus a démenti que les émetteurs de Radio Maxima aient été l'objet d'un quelconque acte de sabotage.

Il a fait savoir que les techniciens travaillant pour Radio Maxima avaient avisé M. Lalanne du mauvais état de ses installations à Vigie une localité de la deuxième ville du pays.

Le parlementaire, a qualifié Jean Robert Lalanne de fieffé menteur qui poursuit, dit-il, d'autres objectifs à travers ses accusations mensongères.

M. Lalanne est l'un des principaux responsables de l'Initiative Citoyenne (IC) qui tarvaille de concert avec la Convergence pour tenter de destabiliser le gouvernement constitutionnel.

Plusieurs organisations du pays dont la Fondation 30 septembre ont dénoncé ces derniers jours la stratégie déployée par certains secteurs qui crient aux menaces à chaque fois qu'ils sont critiqués pour leur absence de professionalisme ou d'objectivité dans leur sphère d'activité.

AHP 20 décembre 2002 12:30 PM



Nouvelles du 19 décembre 2002



Réparation aux victimes des incidents du 17 décembre 2001: le ministre de la justice affirme avoir trouvé un accord avec l'OPL

Port-au-Prince, 19 décembre 2002 -(AHP)- Le Ministre de la justice, Calixte Délatour, a confirmé jeudi qu'un accord final a été trouvé avec l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL) dans le cadre du dossier des réparations pour "pertes subies" lors des événements sanglants du 17 décembre 2001.

Le local de l'OPL figure parmi les locaux de partis de l'opposition à avoir été incendiés par des milliers de partisans de Fanmi Lavalas ayant gagné la rue suite aux rumeurs de coup d'état contre le président Aristide

En vertu de l'accord trouvé avec l'OPL, le gouvernement haïtien s'engage à fournir à ce parti politique et à ses diverses entités un montant de 70 millions de gourdes. Cette somme sera décaissée en deux tranches.

Calixte Délatour qui déclare avoir rencontré personnellement M. Gérard Pierre Charles a précisé que l'OPL a accepté de recevoir une première tranche de 50 millions gourdes puis une deuxième de 20 millions.

Le Ministre de la Justice a indiqué que les réparations ont toujours constitué un des principaux préalables à la participation des partis de l'opposition à la mise en place du Conseil Électoral Provisoire (CEP) chargé d'organiser les élections anticipées de la mi-2003.

"Les élections sont l'affaire de tous les haïtiens", a déclaré Calixte Délatour, ajoutant que le gouvernement a fait tout ce qui est en son pouvoir pour qu'on ne trouve aucun prétexte à l'accuser d'un éventuel dysfonctionnement d'institutions démocratiques.

D'autres partis politiques de l'opposition dont l'ALAH de Reynold Georges, la KID d'Evans Paul, et le KONAKOM de Victor Benoît ont déjà reçu des dédommagements de plusieurs millions de gourdes dans le cadre des incidents du 17 décembre 2001.

Une dizaine de personnes dont deux policiers avaient été tuées et des civils blessés au cours de l'attaque contre le palais présidentiel.

Les résidences de plusieurs proches de Fanmi Lavalas dont celle d'un ancien directeur de la téléco à Petit-Goâve avaient également été incendiées par des partisans de la Convergence après que des informations erronnées eurent fait état d'un coup d'état contre le président de la République.

AHP 19 décembre 2002 4:00 PM


Incidents du 17 décembre 2001: le coordonnateur général de l'OPL confirme avoir trouvé un accord avec le gouvernement pour les dédommagements

Port-au-Prince, 19 décembre 2002 -(AHP)- Le coordonnateur général de l'OPL, Gérard Pierre-Charles a confirmé jeudi que son parti a trouvé un accord avec le gouvernement pour recevoir un montant de 70 millions de gourdes pour dommages subis lors des incidents du 17 décebre 2001.

"Nous avons discuté avec les autorités du ministère de la justice et nous avons reçu un appel du président Aristide sur la question", a fait savoir M. Pierre-Charles qui affirme toutefois n'avoir encore reçu aucune notification officielle.

M. Pierre-Charles considère que cet arrangement constitue un pas positif vers la résolution de la crise. Il dit espérer que le gouvernement va continuer à avancer dans cette direction.

Le chef de l'OPL explique toutefois que malgré l'accord trouvé pour le versement de dédommagements, son organisation n'intégrera pas le processus de formation du nouveau CEP, tant qu'un ensemble d'autres revendications n'auront pas été satisfaites dont le désarmement de tous les détenteurs d'armes illégales et l'arrestation de tous les individus accusés d'implication dans les incidents du 17 décembre 2001 liés à une attaque contre le palais présidentiel.

AHP 19 décembre 2002 3:30 PM


La PNH présente 6 individus arrêtés lors de différentes interventions

Port-au-Prince, 19 décembre 2002 -(AHP)- La Police Nationale d'Haïti (PNH) a présenté jeudi à la presse 6 individus arrêtés lors de différentes interventions de la police.

Au cours d'une conférence de presse, le Directeur Central de la Police Judiciaire, Jeannot François, a indiqué que 3 de ces individus, Fritz Jean, Sauveur Fritz et Bernard Yvon, ont été arrêtés le 17 décembre 2002 à proximité des locaux de la convergence démocratique qui organisait ce jour-là un rassemblement politique.

Ces individus qui étaient en possession d'armes illégales et d'un sac de pierres avaient vraisemblablement pour mission, a-t-il dit "de créer une situation de panique lors du rassemblement de l'opposition" qui n'avait réuni qu'une centaine de personne.

Le Directeur Central de la Police Judiciaire a indiqué que ces deux (2) individus étaient recherchés par la police pour leur implication présumée dans les événements du 17 décembre 2001.

Deux autres personnes arrêtées par la police sont impliquées dans une tentative d'incendie d'une station de service à Martissant (sud de la capitrale).

En ce qui concerne le dossier des trois jeunes garçons de carrefour retrouvés morts après avoir été enlevés par des hommes en uniforme, le Directeur Central de la Police Judiciairea a confirmé l'arrestation de plusieurs individus et la mise en isolement d'au moins 3 policiers.

Le commissaire de police de Carrefour a été également été relevé de son commandement dans le cadre de l'enquête ouverte sur ce dossier.

Cette décision ne signifie pas que le commissaire soit impliqué dans ce dossier, a précisé Jeannot François.

AHP 19 décembre 2002 2:00 PM


Les travailleurs de presse qui se sont déclarés en difficulté aux Gonaïves écartent toute possibilité de produire une demande d'asile politique

Port-au-Prince, 19 décembre 2002 -(AHP)- Les travailleurs de presse des Gonaïves qui ont déclaré s'être mis à couvert à Port-au-Prince pour échapper aux menaces dont ils déclarent être l'objet ont exclu toute possibilité de produire une demande d'asile politique.

Ces travailleurs de presse dont le directeur général de Radio Étincelles des Gonaïves, Esdras Mondélus, connu comme un membre dirigeant de la branche locale de l'Initiative Citoyenne (IC), des correspondants de presse, des animateurs de musique étrangère et des metteurs en ondes réclament des autorités l'adoption de mesures drastiques contre les groupes armés des Gonaïves avant de reprendre leurs activités.

Deux groupes armés sèmeraient la terreur aux Gonaïves, l'armée cannibale accusée d'être proches d'OP lavalas et l'armée vampire qui serait composée de membres de la convergence

Depuis plusieurs semaines, des rumeurs circulent régulièrement aux Gonaïves selon lesquelles les confrères auraient obtenu l'asile politique en France.

Dans une interview accordée jeudi au Réseau d'Informations Justice et Droits humains, les travailleurs de presse des Gonaïves ont déclaré faire face à une situation économique difficile dans la capitale haïtienne.

L'Association des Journalistes Haïtiens (AJH) et l'ANMH fournissent un encadrement (nourriture et logement) à ces journalistes qui ont reçu r écemment la visite du représentant du secrétaire général de l'Organisation des Etats Américains (OEA) en Haïti, David Lee.

Un autre groupe de journalistes qui avaient quitté le pays après les incidents du 17 décembre 2001 viennent de former un collectif. Ils ont appelé au départ des autorités constitutielles et appuyé toutes les initiatives prises par l'opposition pour arriver à cette fin.

AHP 19 décembre 2002 2: 45 PM


Divergence de vue entre deux groupes de journalistes des Gonaïves

Gonaïves, 19 décembre 2002 -(AHP)-Un groupe de journalistes en activité aux Gonaïves ont dénoncé jeudi des déclarations faites par le directeur de Radio Étincelles, Esdras Mondélus, selon lesquelles les confrères qui continuent de travailler dans la cité l'indépendance seraient des proches d'un groupe armé dénommé "armée cannibale".

Ces journalistes ont fait savoir qu'ils ne peuvent empêcher quiconque de se déclarer dans le maquis.

Toutefois, ils invitent M. Mondélus à ne pas tenter de les utiliser pour atteindre des objectifs inavoués.

AHP 19 décembre 2002 12:00 PM


Un groupe de 50 haïtiens dont les leaders de l'opposition convoqués à Santo Domingo par l'IRI

Port-au-Prince, 19 décembre 2002 -(AHP)- Un groupe de 50 haïtiens dont des leaders politiques de l'opposition ont été convoqués ce jeudi à Santo Domingo par l'Institut Républicain International (IRI).

Parmi les 50 invités figurent également des hommes d'affaire et des étudiants membres du Front de Résisatance et d'une organisation étudiante dénommée FEU.

Ces citoyens qui ont pu bénéficier d'un visa dominicain sollicités par l'IRI ont quitté le pays mercredi.

Selon le porte-parole de Jeunesse Pouvoir Populaire (JPP), René Civil, l'objectif de cette réunion est de finaliser un plan pour poursuivre la déstabilisation en Haïti.

Le syndicaliste Duclos Bénissoit a qualifié de suspecte la convocation des leaders de l'opposition à Santo Domingo

Cette délégation, a-t-il fait savoir, est convoquée par l'IRI pour recevoir de nouvelles instructions dans le cadre du plan de déstabilisation du gouvernement et pour être blâmé de leur incapacité criante de mobilisation.

Selon Duclos Bénissoit, les masques sont définitivement tombés. Ces secteurs prouvent qu'ils travaillent effectivement pour le compte d'une fraction de la communauté internationale qui cherche, dit-il, par tous les moyens de jeter le pays dans le chaos.

Il dit par ailleurs regretter que des étudiants qui dans un premier temps affirmaient lutter pour l'autonomie de l'université fassent aujourd'hui front commun avec l'opposition pour tenter de jeter le pays dans le chaos.

Le syndicaliste invite l'opposition à emprunter la voie des urnes si elle veut arriver au timon des affaires.

AHP 19 décembre 2002 11:32 AM


La DGI encaisse jusqu'au mercredi 18 décembre 9.500.000 gourdes suite à la publication de la liste des 82 entreprises non en règle avec le fisc

Port-au-Prince, 19 décembre 2002 -(AHP)- Un groupe de 12 entreprises du secteur privé sur un total de 82 non en règle avec le fisc ont déjà versé un montant de 9 millions 500 mille gourdes à l'admistration fiscale.

La Direction générale des impôts avaient rendu publique il y a un peu plus d'une semaine une liste d'entreprises qui n'avaient pas respecté leurs engagements, les menaçant de sévir contre elles.

Dans une interview à l'AHP, le porte-parole de la DGI, Lustin Murray Junior a fait savoir que le feed-back est positif, puisque, en dehors des 12 entreprisess qui ont payé partiellenment ou intégralement leu dû, les respopnsables de plusieurs autres institutions ont contacté la DGI pour obtenir des arrangement leur permettant de s'acquitter de leurs obligations par versement.

AHP 19 décembre 2002 1:42 PM



Nouvelles du 18 décembre 2002



L'Association des Patriotes Haïtiens publie une pétition pour exiger la mise en place du CEP en vue de la réalisation des prochaines élections

Port-au-Prince, 18 décembre 2002 -(AHP)- Plus de 2000 personnes ont déjà paraphé une pétition lancée par l'Association des Patriotes Haïtiens (APH) dans le but d'exiger la mise en place sans délai du Conseil Électoral Provisoire (CEP), conformément à la résolution 822 de l'Organisation des États Américains (OEA).

Dans une note remise mercredi à l'AHP, cette association qui regroupe le secteur socio-professionnel, le monde des affaires et le secteur religieux des 9 départements du pays indiquent que l'organisation des élections législatives et municipales est l'étape indispensable à une issue heureuse à la crise haïtienne.

La note de l'association présentant la pétition est signée par le commerçant, Pierre Léger, le docteur Raymond Fleurimon et le pasteur Patrick Villier.

Parmi les signataires de la pétituion figurent notamment des hommes d'affaires, des médecins, des avocats, des ingénieurs, des professeurs, des notaires, des infirmières, des prêtres, des pasteurs et des vodouisants

Faisant sienne une déclaration du Président de la Conférence Épiscopale d'Haïti, Mgr. Hubert Constant, l'Association des Patriotes Haïtiens a fait savoir que la mise en place du conseil électorale provisoire représente une étape indispensable à une isssue heureuse à la crise qui ravage les entrailles du pays qui ne peut plus attendre.

Cette pétition a été mise en circulation à l'occasion du 16 décembre 2002, 12ème anniversaire des premières élections libres, honnêtes et démocratiques en Haïti.

Des dizaines de milliers de personnes manifestent presque quotidiennent à travers le pays pour réclamer la tenue des joutes anticipées fixées à la mi 2003.

Ces manifestants estiment que les élections constituent la seule voie pour arriver au pouvoir dans un régime démocratique.

L'opposition réunie au sein de la convergence se déclare contre la tenue de ces joutes privilégiant l'option zéro comme formule pour nommer un nouveau gouvernement.

De nombreux secteurs ont appelé la hiérarchie de l'Eglise catholique à assumer se responssabilités pour favoriser une issue à la crise qui ronge détruit les classes les plus défavorisées.

La Conférence épiscopale fait partie d'un groupe de 5 secteurs qui ont désigné leur représentant au CEP sans leur donner mandat pour prêter serment.

AHP 18 décembre 2002 11:00 AM


16 millions de gourdes débloquées par le gouvernement dans le cadre d'un projet de nettoyage, à l'occasion des fêtes de fin d'année

Port-au-Prince, 18 décembre 2002 -(AHP)- Le Ministre des Travaux Publics, Transport et Communication (MTPTC), Harry Clinton, a procédé mercredi au lancement d'un projet de nettoyage de la zone métropolitaine de Port-au-Prince et de certaines villes de province à l'occasion des fêtes de fin d'année.

Au cours d'une conférence de presse, M. Clinton a fait savoir que ce projet concerne entre autres le curage des égoux et le ramassage des ordures.

Le Ministre des TPTC a indiqué que ce projet destiné à créer 23 mille emplois sur une période de 15 jours, s'inscrit dans le cadre du programme du gouvernement intitulé "Noël 2002, Solidarité et Partage".

Harry Clinton a également fait savoir qu'un plan a déjà été mis en place de concert avec les délégués des différents bloc et de l'association des ASECs et CASECs pour le recrutement des journaliers. .

Il a donné la garantie que le projet sera exécuté sans parti pris et que les participants commenceront à recevoir leur salaire avant le 25 décembre.

Un montant de 16 millions de gourdes a été débloqué par les autorités dans le cadre de l'exécution de ce projet.

AHP 18 décembre 2002 4:00 PM


Journée internationale des migrants: l'ONM déclare recenser 21.260 cas de rapatriement forcé entre janvier et novembre 2002

Port-au-Prince, 18 décembre 2002 -(AHP)- L'Office National de la Migration (ONM) a déclaré mercredi avoir recensé de janvier à novembre 2002 21.260 cas de rapatriement forcé de migrants, soit une augmentation de 40,59%.

Au cours d'une conférence de presse, le coordonnateur général de l'ONM, Lovinsky Pierre Antoine, a indiqué que la montée des flux migratoires est la preuve de la violation du droit économique de la population à travers le blocage des fonds internationaux.

Lovinsky Pierre Antoine a en ce sens appelé les différents secteurs de la vie nationale et la communauté internationale à assumer leurs responsabilités face à cette situation.

Le coordonnateur général de l'ONM souhaite que la convention relative aux droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille votée en 1990 par les Nations-Unies soit ratifiée par Haïti en vue d'apporter une contribution significative au développement économique des haïtiens tant dans leur pays d'origine que dans les pays d'accueil.

Lovinsky Pierre Antoine déclare reconnaître que la migration désordonnée et non sélective des ressources humaines haïtiennes a pour conséquence immédiate l'indisponibilité de compétences suffisantes nécessaires pour des initiatives endogènes de développement.

Il exprime le souhait que la population potentiellement migrante ait l'opportunité de pouvoir exercer son droit de vivre dans son pays sans être obligé de se déplacer à cause de la non-satisfaction de ses droits fondamentaux.

AHP 18 décembre 2002 2:00 PM


Journée internationale des migrants: le GARR s'inquiète face à la tendance de certains pays à créer un amalgame entre migration et terrorisme

Port-au-Prince, 18 décembre 2002 -(AHP)- Le Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR) a exprimé mercredi des inquiétudes face à la tendance de plus en plus affirmée de certains pays de créer un amalgame entre migration et terrorisme.

Dans une note rendue publique à l'occasion de la journée internationale des migrants, le GARR indique que cette orientation risque de mettre en danger la vie de nombreuses personnes obligées de fuir leur pays en proie à des crises économiques et/ou politiques aiguës, comme celle qui sévit actuellement en Haïti, selon l'organisation.

Le GARR se dit particulièrement préoccupé par les annonces officielles d'une militarisation accrue de la frontière haïtiano-dominicaine dans le but de contrôler entre autres le mouvement migratoire.

Faisant remarquer que l'état-major dominicain rappelle régulièrement que la frontière est le camp d'entraînement par excellence des forces armées, le GARR dit déplorer que la présence d'un deuxième corps armé étranger ait été annoncée en ce lieu où les forces publiques haïtiennes sont quasiment absentes.

Dans un tel contexte, l'organisation se demande, quel sort est réservé à l'immigrant haïtien pris, selon elle, entre deux chasses, celle de la migration irrégulière et celle de la lutte anti-terroriste.

Le GARR souligne que le fait d'être sans-papiers sur un territoire ne signifie nullement être sans droits. Il existe, dit-il, des droits inhérents à la personne humaine comme le droit à la vie qui sont imprescriptibles quelles que soient les circonstances.

A l'occasion de la journée internationale des migrants, le GARR invite tous les compatriotes à conjuguer leurs efforts pour créer en Haïti les conditions politiques, économiques et sociales susceptibles d'inciter l'haïtienne et l'haïtien à rester dans son pays et à contribuer à son développement.

AHP 18 décembre 2002 1:30 PM


La NCHR accuse le pouvoir d'orchestrer une vaste campagne de dénigrement contre les organisations de défense des droits humains

Port-au-Prince, 18 décembre 2002 -(AHP)- La Coalition Nationale pour les Droits des Haïtiens (NCHR) a accusé mercredi le gouvernement haïtien d'orchestrer une vaste campagne de dénigrement contre les organisations de défense des droits humains.

Certaines organisations de droits de l'homme ont été accusées ces derniers jours par différents secteurs du pays de pratiquer une politique de deux poids deux mesures dans les dénonciations des violations de droits humains

Toutefois, selon la NCHR, cette campagne est menée, dit-elle, à coup d'injures et d'interventions jugées menaçantes notamment de la part du chef de l'État, du Ministre de l'intérieur et du responsable de la fondation 30 septembre Antoine Lovinsky.

Le NCHR estime encore que cette campagne est orchestrée sous ce qu'il appelle le fallacieux prétexte que les organisations de défense des droits de l'homme n'auraient pas produit d'enquête comme à leur habitude sur les événements de Lascaobas qui ont coûté la vie au juge de paix de belladères, Christophe Lozama et à 3 autres personnes dont 2 membres de Fanmi Lavalas.

La NCH déclare féliciter tous ceux qui font montre soudainement d'un grand intérêt pour le système judiciaire pour l'éminente dignité des magistrats.

Elle dit saluer à sa juste valeur l'arrivée de ces protestataires dans un milieu, dit-elle, très riche en objets de protestations, mais jusque-là pauvre en protestataires.

La Coalition Nationale pour les Droits des Haïtiens fait savoir également que ce qu'elle considère comme des excès de langage avait conduit dans le passé à des actes d'agression physiques contre les militants des droits humain.

Surtout, dit-elle, que les critiques dont elle déclare être l'objet surviennent à un moment où elle dit disposer d'une nouvelle liste noire de personnes à abattre dont des défenseurs de droits de l'homme.

La NCHR figure parmi les organisations de droits de l'homme qui sont accusés de faire des tollés sur des cas de violations attribués à des proches du gouvernement et d'occulter ceux reprochés aux membres et partisans de la convergence démocratique.

Cette politique a également été dénoncée par des membres du bureau des avocats ionternationaux.

Dans sa note de presse, la NCHR se défend en indiquant que la mission d'une organisation de droits de l'homme n'est pas de faire de la propagande gouvernementale, ni de pactiser avec des actes condamnables de groupes de l'opposition, mais de travailler à la promotion des droits inaliénables et imprescriptibles de la personne à la vie, à la liberté, à la justice et à la poursuite du bonheur.

L'oraganisation fait savoir qu'elle ne se laissera pas intimider ni ne se détournera de la voie qu'elle s'est tracée.

AHP 18 décembre 2002 2:00 PM


Lovinski Pierre Antoine se dit étonné du fait que la NCHR affirme être l'objet de menaces de la part de ceux qui lui reprochent son manque de neutralité

Port-au-Prince, 18 décembre 2002 -(AHP)- Le coordonnateur de la Fondation 30 septembre s'est dit étonné mercredi du communiqué de la Coalition Nationale pour les Droits des Haïtiens (NCHR) dans lequel elle affirme être l'objet de menaces de la part de ceux qui lui reprochent son manque de neutralité dans sa politique de dénonciation des violations de droits humains.

M. Pierre Antoine affirme avoir entendu les critiques formulées contre les organisations de droits de l'homme.

"Je n'ai pas trouvé qu'elle comporataient des menaces", a fait savoir M. Pierre Antoine,, soulignant que les deroits de l'homme représente un secteur de la société et que comme tous les autres il est passible de critiques.

"Si des membres de la population ou des secteurs de la société estiment que les organisations des droits de l'homme font mal leur tarvail ou qu'elles pratiquent une politique de deux poids deux mesures, il est normal qu'ils le relèvent", a encore lancé Lovinski Pierre -Antoine.

Selon lui, il ne faudrait pas recourir au chantage pour réduire des gens au silence. Il faut plutôt corriger ses erreurs en faisant un travail honnête et équilibré.

Lovinski pierre Antoine affirme par ailleurs que toutes les preuves sont disponibles en ce qui concerne l'assassinat du juge Lozama abattu le 28 novembre par un ancien léopard

Il dit espérer que l'enquête que la NCHR affirme mener sur ce meutre ne sera pas faussée.

C'est seulement à ce moment, dit-il, qu'on pourra avancer sans risque d'être contesté que "la mission d'une organisation de droits de l'homme n'est pas de faire de la propagande gouvernementale, ni de pactiser avec des actes condamnables de groupes de l'opposition."

AHP 18 décembre 2002 5:00 PM



Nouvelles du 17 décembre 2002



Le président Aristide se félicite du courage du peuple haïtien qui continue, dit-il, de se mobiliser pour dire non au coup d'état

Port-au-Prince, 17 décembre 2002 -(AHP)- Le président Jean-Bertrand Aristide s'est félicité mardi du courage du peuple haïtien qui se mobilise, dit-il, à travers le pays pour dire non au coup d'état et pour apporter son appui à la démocratie.

M. Aristide a fait cette déclaration à l'occasion d'une manifestation de plusieurs dizaines de milliers de personnes qui a abouti devant le palais national et sur la pelouse du palais dont les portails avaient été ouverts aux manifestants.

Cette manifestation s'inscrivait dans le cadre du premier anniversaire d'une attaque sanglante perpétrée par des individus armés contre le palais et qui avaient fait une dizaine de morts dont deux policiers.

Rappelant que l'année dernière à la même heure, des putschistes avaient investi la cour du palais national, le chef de l'Etat a estimé normal que le peuple occupe aujourd'hui la cour du palais pour réitérer son refus de toute tentative de renversement d'un gouvernement constitutionnel par des moyens violents.

AHP 17 décembre 2002 3:30 PM


1er anniversaire des incidents sanglants du 17 décembre 2001: plusieurs dizaines de milliers de personnes réitèrent leur refus aux coup d'état

Port-au-Prince, 17 décembre 2002 -(AHP)- Plusieurs dizaines de milliers de partisans et de sympathisants du parti Fanmi Lavalas ont manifesté à l'intérieur et à l'extérieur du palais présidentiel pour réaffirmer leur appui au vote populaire et pour fustiger la convergence qui veulent, disent-ils, arriver au pouvoir par des voies inconstitutionnelles.

Au cours de cette manifestation organisée à l'occasion d'une attaque sanglante perpétrée par des inconnus lourdement armés contre le palais national, les membres d'OP arboraient des pancartes avec des slogans favorables au Président Jean Bertrand Aristide et en faveur de l'organisation de législatives anticipées en 2003.

Les manifestants réclamaient également la formation d'un nouveau Conseil Électoral Provisoire (CEP) en vue de la tenue de ces élections.

Ils ont appelé les partis de l'opposition à se faire sanctionner par la population s'ils veulent effectivement arriver aux timons des affaires.

Les membres d'OP ont fait savoir que la convergence démocratique a essuyé un échec cuisant en ne réunissant qu'une centaine de personnes à l'occasion de son rassemblement pour signifier son refus des autorités gouvernementales.

Cette coalition de plus d'une vingtaine d'organisations politiques affirmait attendre plus de 50.000 personnes pour protester contre l'incendie des locaux de partis politiques et de résidences de leaders de l'opposition par des milliers de manifestants qui avaient gagné les rues le 17 décembre 2001, ayant cru à un coup d'état contre le président de la République.

A la suite des rumeurs de coup d'état, des résidences de plusieurs proches de Fanmi Lavalas avaient également été incendiés dont celle d'un ancien responsable de la Téléco à Petit-Goâve.

AHP 17 décembre 2002 3:00 PM


Commémoration des incidents violents du 17 décembre 2001: une centaine de partisans de la Convergence rassemblés à Port-au-Prince

Port-au-Prince, 17 décembre 2002- (AHP)- Une centaine de personnes ont participé mardi à un rassemblement organisé par la Convergence démocratique en ses locaux à Port-au-Prince.

Ce rassemblement a été convoqué à l'occasion du premier anniversaire des incidents violents du 17 décembre 2001 liés à une attaque sanglante perpétrée par des individus lourdement armés contre le palais présidentiel.

La Convergence entendait protester contre l'incendie de plusieurs locaux de partis politiques et de résidences de leaders de l'opposition par des milliers de personnes qui avaient gagné les rues ayant cru à un coup d'état contre le président de la République.

La Convergence souhaite obtenir également le départ du président de la République pour installer un nouveau gouvernement dont ils ont dressé le profil lors d'une rencontre dimanche à Port-au-Prince.

Des membres de l'opposition qui affirment avoir le support de l'Institut Républicain International (IRI) estiment pouvoir accéder au pouvoir sans passer par des élections.

Depuis mardi matin des patrouilles policières montent la garde à proximité des locaux de la convergence pour éviter tout éventuel dérapage.

Une cinquantaine de membres d'organisations populaires qui s'étaient rassemblés non loin des lieux du rassemblement ont été forcés de se déplacer

Les membres d'OP ont qualifié d'échec total la manifestation de l'opposition, puisque la convergence affirmait attendre 50.000 personnes, alors qu'elle n'en a réuni qu'une centaine.

Les membres d'OP ont également lancé des slogans contre la Convergence qu'ils accusent de vouloir faire des nominations en lieu et place d'élections.

Ils ont accusé l'opposition de vouloir pousser des écoliers dans la rue pour pouvoir tirer sur eux.

Avant la commémoration du premier anniversaire des incidents du 17 décembre 2001, plusieurs partis politiques dont l'ALAH, la KID et le KONAKOM avaient déjà reçu des dédommagements de plusieurs millions de dollars pour " dommages subis" lors des incidents du 17 décembre 2001.

L'organisation du peuple en lutte refuserait toujours de recevoir les 50 millions qui auraient été décidés par consensus exigeant jusqu'à 70 à 100 millions de gourdes.

Lors des incidents du 17 décembre 2001, au moins 10 personnes dont deux policiers (Théagêne François et Raymond Jean Eustache) ont été assassinés par les assaillants du palais national.

A la suite des rumeurs de coup d'état contre le président Aristide, des résidences de plusieurs proches de Fanmi Lavalas ont également été incendiés dont celle d'un ancien responsable de la Téléco à Petit-Goâve.

AHP 17 décembre 2002 1:00 PM


Deux journalistes de Télé Timoun malmenés par des partisans de la Convergence Démocratique à Port-au-prince

Port-au-Prince, 17 décembre 2002- (AHP)- Une équipe de reportage de Télé Timoun a été agressée mardi par des membres de Convergence démocratique.

Les journalistes voulaient couvrir un rassemblement organisé par cette coalition politique de l'opposition dans le cadre du premier anniversaire des incidents violents du 17 décembre 2001 consécutifs à une attaque contre le palais présidentiel

Les journalistes Arins Laguerre et Ronald Mongé Farreau ont reçu des coups de pieds et des coups de poing puis ont été poussés dans la rue par des membres et partisans de la Convergence.

Ils ont été accusés de travailler en faveur du président Aristide et des autres autorités gouvernementales.

Cette scène de violence s'est produite en présence de deux correspondants de presse étrangers dont celui de l'AFP qui a affirmé déplorer le comportement des agresseurs des journalistes de Télé Timoun.

Les victimes qui ont également dénoncé les sévices corporels dont ils ont été l'objet de la part des membres de la convergence ont indiqué que l'intolérance dont fait montre cette coalition politique, prouve déjà de façon éloquente ce que pourrait être demain, si par malheur ces gens arrivaient, disent-ils, à prendre un jour les rennes du pouvoir.

Deux journalistes de la télévision d'Etat avait été malmenés la semaine dernière par des étudiants de la faculté des sciences humaines présumés proches de la Convergence démocratique.

Les auteurs de cet acte avaient également malmené les journalistes, lancé des pierres contre le véhicule de la télévison et brisé une caméra et un magnétophone.

AHP 17 décembre 2002 12:00 PM