Agence Haïtienne de Presse (AHP)

6, rue Fernand, Port-au-Prince, Haïti

Tél: (509) 245-7222 Fax: 245-5836

Note du webmaster de haitiinfos.org
Haïti Info(s) invite ses visiteurs à enregistrer la nouvelle adresse du site:
haitiinfos.org http://haitiinfos.org
N.B. Infos est au pluriel


Nouvelles du 14 décembre 2005


Haïti/élections: le candidat à la présidence de l'Espoir René Préval affirme volonté de se mettre à l'écoute de la population haïtienne, devant plus d'une dizaine de milliers de partisans


Port-au-Prince, 14 décembre 2005 -(AHP)- Le candidat à la présidence, René Garcia Préval a affirmé mardi sa volonté de se mettre à l'écoute de la population haïtienne et de travailler avec elle pour le développement social et économiquue du pays.

M. Préval qui a déjà dirigé le pays de 1996 à 2001, a fait ces déclarations à l'occasion du lancement à Jacmel (Sud-Est du pays) de la campagne électorale de son regroupement, la "Plateforme de l'Espoir", devant plus d'une dizaines de milliers de partisans et sympathisants.

Préval a fait savoir que les élections à venir sont extrêmement importantes à tous les niveaux: exécutif, législatif et décentralisation.

Les électeurs de toutes les régions du pays se doivent de faire des choix judicieux au niveau de la présidence, du parlement et des collecctivites territoriales pour favoriser un développement durable et irrévesible, a fait savoir Préval

"Ce n'est jamais l'Etat qui fait le développement dans un pays, c'est plutôt le secteur privé., a indiqué Préval, ajoutant que que l'Etat doit donner les garanties nécessaires aux investtissements en assurant la s´écurité et la paix.

Pour qu'il y ait développement, il faut de la sécurité, de bonnes infrastructures routières, de l'électricité et un bon système de telephone, a dit Préval,d´plorant que des secteurs gouvernementaux ont souvent paralysé les investiisssements en réclamannt des pots-de-vins.

Insistant sur l'urgence pour la population de s'implique dans les activités de développement, René Préval a annoncé la poursuite d'un programme de scolarisation universelle integrée qui avait été lancé sous son guvernemennt dans le plateau central.

Il a déclaré miser sur l'éducation en vue d'un changement durable.

Préval a dit également vouloir travailler avec tous les secteurs concernés pour mettre Haïti sur les rails du développement.

Il a indiqué n'avoir aucune intention de mener une quelconque bataille médiatique avec un quelconque secteur puisque cela ne mènerait nulle part, a-t-il dit.

Lors d'une rencontre un peu plus tôt dans la jourrnée avec un groupe de journalistes, René Preval avait condamné la violence sous toutes ses formes. Violence physique tout comme violence verbale qui caractérise ces derniièrs jours ceraines interventtions dans la presse, a déploré l'ancien president.

Ces pratiques ne favorisent nullemment, a-t-il dit, l'apaisement nécesaire au dévelopement social et économique du pays.

Interrogé sur les possibilites du retour dans son pays du président en exil Jean Bertrand Aristide, s'il arrive au pouvoir, le candidat à la présidence a reppeté à plusieus reprises qu'il ne lui appartient pas de decider du retour ou non du président Aristide.

" La constitution en son article 41-1 ne reconnait pas l'exil, a-t-il rappelé soulignant qu'aucun haïtien n'a besoin de visa du gouvernement pour rentrer dans son pays ou pour le quitter.

" Je suis candidat à la présidence pour diriger le pays et pour faire respectter la constitution, a-t-il lancé.

Préval s'est refusé par aileuurs à émettre des critiques contre ses advesaiers dans la course électorale, suite aux questions des jounalistes qui l'invitaientt à répondre aux attaques et accusations portées contre lui par ces derniers.

" Je ne tiens pas à répondre aux canards et aux acusations fantaisistes", a-il dit.

Un sondage réalisé début novembre par l'institut Gallup pour le compte de l'ambassade américaine créditait Préval de 32% ds intenttions de vote.

Un candidat écarté de la course par l'organnisme électoral pour sa nationalité américaine, Dumarsais Siméus obtenait un peu plus de 20%, alors que les scores des candidats de l'ancienne opposition à Aristide oscillait enntre 0,5 et 4%..

Dans des milieux proches de l'Espoir, on estimait que le score attribué à Préval était loin de refléter la réalite, et que ce dernier aurait depassé largement le cap des 51% d'intentions de vote..


Nouvelles du 12 décembre 2005
Une violente manifestation fait échouer une visite officielle du président dominicain à l'invitation du gouvernement intérimaire haïtien

Port-au-Prince, 12 décembre 2005 -(AHP)- Quelques centaines de personnes dont des étudiants et des membres d'ONG de droits de l'homme ont manifesté violemment ce lundi à proximité du palais national pour protester contre la visite à Port-au-Prince du président Léonel Fernandez.

 Cette démonstration au cours delaquelle au moins 3 personnes ont été blessées, allait dégénérer en violences quand des individus dont certaines figures du mouvement GNB-anti Aristide ont lancé des jets de pierres en direction du cortège du president dominicain.

Des policiers ont alorrs tiré en l'air pour tenter de disperser les protestataires.

Des policiers qui ont également essuyé des jets de pierres ont riposté à l'aide de gaz lacrymogènes et des coups de bâtons.  

Une jeune femme a été blessée à la tête. Le militant GNB, Hervé Saintilus a lui été balayé à coups de pieds par des policiers avant d'être chargé par des canons à eau du corps des pompiers.

Les manifestants qui ont brûlé des pneus en 3 points dans l'aire du palais présidentiel, scandaient des sologans pour dénoncer les mauvais traitements infligés aux haitiens en République dominicaine et appeler Fernandez à "faire cesser le massacre"

Entre temps, le président dominicain en discussion avec le président provisoire Boniface Alexandre, tentait de faire valoir le droit souverain de la république dominicaine d'expulser les illégaux haïtiens, tout en reconnaissant l'idnadmissibilité des mauvais traitemenntts infligés aux haïtiesns dans son pays.

Fernandez a également insisté sur la nécesité pour les responsables des deux pays de poursuivre le dialogue sur la question migratoire.

Le président intérimaire haïtien à quant à lui exprimé le souhait que les autorités dominicaines respectent les droits des migrants haïtiens, tout en mettant un terme aux mauvais traitements..

Dans la rue, les manifstants appelaient parallèlement au départ immédiat du régime intérimaire pour avoir invité le président dominicain en Haïti au moment où des haïtiens vivent un calvaire en république voisine.

Ils ont rappelé que le premier ministre interimaire, Gérard Latortue s'était plaint récemmennt du fait que Fernandez risquait de laisser partir son gouvernement sans venir en visite en Haïti

Dans une interview à la BBC, à la veille de cette visite, le président Fernández avait taxé Haïti d'état en faillite qui menace la sécurité de tous les pays et ses dirigeants d'autorités corrompues qui n'ont aucun interêt pour Haïti.

 Les manifestants ont fait savoir qu'ils resteront mobilisés jusqu'au départ du régime provisoire.

 Un des participants à la manifestation, le professeur Josué Mérilien, a jugé indécent que le régime en place se soit rabaissé à inviter Fenández en Haïti au moment où les haïtiens sont victimes de pratiques xénophobes en république dominicaine.

 Lé régime du 29 février traine la dignité des haïtiens dans la boue. Il doit partir", a lancé Mérilien. 

Des étudiants victimes de brutalités ont accusé des agents de la CIMO de les avoir matraqués parce qu'ils protestaient contre les violations des droits des haitiens. 

Une forte tension a régné pendant toute la journée dans une bonne partie de la capitale où des casques bleus de l'ONU montaient la garde.

D'autres manifestants ont fait savoir que si la situation des haïtiens en République dominicaine a dégénéré à ce point, c'est en grande partie en raison du laxisme des autorités haïtiennes, de la faiblesse de leur diplomatie et d'une absence de solidarité entre les haïtiens.

Beaucoup relèvent que plusieurs secteurs haïtiens étaient bien solidaires du gouvernement de Hippolito Méjia quand il tolérait ou appuyait la présence sur le sol dominicains des groupes armés qui ont pris les armes contre le président Aristide en février 2004.

Parallèlement, les bulletins de vote qui seront utilisés en haïti lors des prochaines élections (symbole de la souveraineté) ont été confiés par la firme haïtienne ayant gagné l'appel d'offre du CEP à des imprimeries dominicaines pour être imprimés.

 AHP 12 décembre 2005 3:00 PM


Fin prématurée d'une visite du président dominicain à Port-au-prince en raison de violences:: l'ambassadeur dominicain en Haïti presse le régime interimaire de donner ds explications

Port-au-Prince, 12 décembre 2005 -(AHP)- Le président dominicain Leonel Fernandez a mis fin prématurément à une visite oficielle de quelques heures en Haïti en raison d'une violente manifestation de secteurrs étudiants et de droits de l'homme qui protestaient contre les abus commis contre les Hatiens en République dominicaine.

L'ambasadeur dominicain en Haïti, José Serulle Ramia a accusé les autorités intérimaires de graves négligences dans le cadre de ces violences.

" Il s'agit d'uune faute trrès grave", a dit le diiplomate qui réclame ds explications du régime en place.

Il a estimé que nulle part ailleurs pareille situation ne pourrait être enregistrée au cours d'une visite d'un chef d'état.

Des jets de pierres ont ete lancées en direction du cortège du chef de l'Etat dominicain. Ce qui a pousssé la police à tirer des rafales en l'air pour disperser les manifestants.

Le président Fernandez a dû écourter sa visite en raison de cette de confusion. Il n'a même pu se rendrre à l'ambassade dominicaine où il devait rencontrer des candidats à la présidence et des membrres de la sociéte civile.

Le mouvement de protestation s'est pousuivi jusqu'en fin de journée lorsque des individus en colère ont tenté de s'atttaquer à des biens appartenant à des resortissants dominicains dans le centrre-vile de la capitale.

La police a dû intervenir pour éviter le pire.

Un jeune dominicain nommé Pedro a fait savoir que le régime intérimaire se doit d'assumer ses responsabilités pour ne pas donner prétexte aux ultra-nationalistes dominicains qui n'attendent que ce genre de situation pour durcir leur position vis-à-vis des haïtiens.

 AHP 12 décembre 2005 4:00 PM


 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Précisions de la MINUSTAH par rapport aux incidents autour du Palais National
 

Port-au-Prince, le 12 décembre 2005 : Cet après-midi, au cours de la visite officielle du Président de la République Dominicaine au Palais National, des manifestants au nombre de plusieurs centaines se sont heurtés aux forces de l'ordre et se sont livrés à des actes de violence, y compris en jetant des pierres et en incendiant des pneus.

Vers 15 heures et 15 minutes, au moment où le cortège présidentiel est sorti du Palais National, il y a eu des coups de feu.

D'après certaines sources médiatiques, il y aurait eu des blessés. Sans en connaître le nombre, la MINUSTAH affirme qu'aucune de ses forces - ni l'unité de police constituée, ni les soldats de la paix n'ont fait usage de leurs armes. De même, aucun hélicoptère des Nations Unies n'a été utilisée.

 

Par conséquent, les allégations selon lesquelles des manifestants auraient été blessés par des forces de la MINUSTAH sont fausses.

- David Wimhurst, Chef du Bureau de la Communication et de l⤙Information  publique de la MINUSTAH


La Fusion des sociaux démocrates évoque la possibilité que le candidat de la Plateforme de l'Espoir gagne les présidentielles: Micha Gaillard affirme que des démarches sont en cours pour contrecarrer tout retour à la démagogie
 

Port-au-Prince, 12 décembre 2005 -(AHP)- Le parti Fusion des sociaux démocrates a déclaré lundi reconnaitre la possibilité pour le candidat de la Plateforme de l'Espoir, René Garcia Préval,  de remporter les présidentielles prévues pour début janvier 2006. 

Un responsable de la Fusion, le professeur Micha Gaillard qui réagissait à un sondage gallup créditant  M. Préval de 32% des intentions de vote, a fait savoir qu'il y a des possibilités d'un retour au passé, allusion au fait que toute la base Lavalas du président en exil Jean Bertrand Artistide soutient la platefoprme de l'espoir. 

M. gaillard a dit toutefois reconnaitre que ce n'est pas seulement le secteur lavalas qui appuie M. Préval. 

"Il y a aussi d'autres citoyens qui ont décidé d'accorder leur vote au candidat de l'Espoir parce qu'ils ont été induits en erreur par des semblants de routes et de places publiques qui auraient été  réálisés  par l'ancien président", a dit Gaillard. 

Ces indications montrent, a-t-il dit, qu'il y a des risques d'un retour à la démagogie et à la violence. 

Il appelle les différents secteurs de l'ancienne opposition à Aristide à affronter cette situation avec sang-froid et à se mettre ensemble pour contrecarrer tout retour au passé. 

Micha Gaillard  a fait part en ce sens de la possibilité, après les élections, de mettre en place une coalition parlementaire pour dégager une majorité devant choisir un premier ministre pour diriger avec le président, dans le cadre de l'entente signée récemment entre 9 partis de l'ancienne opposition.

Un agenda actuellement en préparation devrait être présenté cette semaine à la population , a dit Micha gaillard. 

Le sondage gallup réalisé début novembre crédite le candidat écarté de la course électorale, Dumarsais Siméus, de 23 %. 

Les  candidats de l'ancienne oposition obtiennent des scores variant de 0,5% à 4%. 

Dans les milieux  de la Plateforme de l'Espoir, on estime que le pourcentage de 32% attribué à Préval est loin de réfléter la réálité. 

Ces mêmes milieux estiment que René Préval a dépassé de loin la marge des 51%.

 AHP 11 décembre 2005 3:00 PM

 
Nouvelles du 11 décembre 2005

Haïti , un état en faillite qui menace la sécurité de tous les pays et où des autorités corompues n'ont aucun interêt pour leur pays, selon le président domincain

Port-au-Prince, 11 décembre 2005 &endash;(AHP)-Le président Léonel Fernández a fait savoir dimanche que les dirigeants haïtiens sont des "autorités corrompues qui n'ont aucun sens de l'interêt de leur pays".

Dans une inteview à la BBC à la veille d'une visite officielle à Port-au-Prince, le président Fernández a indiqué que le fait qu'institutionnellement Haïti est un pays très fragile, elle devient un terrain propice à l'intensification du narcotrafic et de la corruption.

" Toute cette situation a des repercusions en République dominicaine, la drogue qui arrive par exemple de la Colombie en Haïti trouve un champ fertile dans ce pays où il y a des autorités corompues qui n'ont aucun sens de l'intérêt nationnal, a dit Fernandez

Selon le président dominicain, la crise qui prévaut actuellement en Haïti, représente un sérieux problème de securité nationale pour son pays a cause  de l'immigration accrue des ressortissants haïtiens.

" Elle constitue également une grave menace pour la stabilité régionale à cause notammment du trafic de la drogue", a-t-il fait savoir.

Le président dominicain a démenti par ailleurs les critiques émises par les organisations de droits humains autour des violences exercées contre les ressortissants haïtiens.

(De nombreux haïtiens sans papiers travaillant dans les plantations, dans la construction ou comme domestiques sont victimes de discriminaions et de pratiques xénophobes.

Souvent, même des haïtiens disposant de papiers, des étudiants ou des dominicains de couleur noire sont expulsés au cours des opérations de déportations massives).

Fernández a jugé urgent que les Etats-Unis et l'Union euopéenne se penchent sur les problèmes d'haïti

" Ils doivent se sentir concernés non par philantropie ni par humanisme mais dans leurs propres intérêts", a lancé le président domincain, expliquant que par le fait que Haïti est un état en failllite, elle affecte la sécurité de tous les pays.

 AHP 11 décembre 2005 4:00 PM


Nouvelles du 8 Décembre 2005

 

La MINUSTAH reconnait une nette augmentation des actes de kidnapping à Port-au-Prince: pressions accrues d'un ensemble de secteurs sur la mission pour qu'elle lance des raids sur Cité Soleil

Port-au-Prince, 8 décembre 2005 &endash;(AHP)- La Mission des Nations-Unies pour la stabilisation en haïti (MINUSTAH), a reconnu jeudi que les actes de kidnappings ont augmenté ces derniers jours à Port-au-Prince, notamment dans la région nord de la capitale.

Au moins 5 personnes ont été kidnappées pour les seules journées de mardi et mercredi, alors qu'au moins 3 nouveaux cas ont été rapportés jeudi par des proches de personnes enlevées dans les régions de Delmas et de  Santo.

Un des porte-parole de la MINUSTAH, Damian Onsès Cardona, a fait savoir que les actes de kidnappings sont faciles à commettre mais difficiles à combattre.

Des casques bleus nouvellement arrivés ont été affectés dans les quartiers les plus concernés par  les actes de kidnappings dont Cité Soleil,  mais leur action tarde à produire les effets escomptés, a-t-il dit, en raison du fait qu'ils ne connaissent pas encore suffisamment le terrain.

Parrallèlement, de nombreux habitants de Cité Soleil ont fait part de leurs inquiétudes en raison de l'augmentation des pressions exercées sur la MINUSTAH pour qu'elle entreprenne de nouvelles actions muisclées dans ce vaste quartier populaire.

Ces pressions ne visent, ont-ils dit, qu'un seul objecttif, la destabilisation de Cité Soleil à la veille des élections avec le risque de l'élimination de beaucoup d'innocents dans ce bidonville réputé être un des bastions des kidnappeurs.

Un des jeunes de la Cité, Jean Pierre, qui affirme disposer de sa carte d'identification nationale, a expliqué que la violennce qui prévaut à Cité Soleil, est la conséquencce du financement de gangs par des secteurs divers.

Nul n'ignore, a-t-il dit, que certains quartiers étaient sous le contrôle de partisans d'Aristide et d'autres dirigés par des proches de l'ancienne opposition.

Il a appelé la police nationale et la MINUSTAH à ne pas arrêter sous la pression, des plans susceptibles de créer plus de problèmes que d'en résoudre.

Le chef de la MINUSTH Juán Gabriel Valdès avait fait savoir mercredi qu'il ne fallait pas s'atendre à ce qu'un problème vieux de 100 ans soit résolu en une semaine ou à la veille d'une élection.

Les casques bleus des nations-Unies notamment des soldats brésiliens dont la plupart sont issus de "favelas" avaient eté accusés récemment par plusieurs organismes internationaux de droits de l'homme de masacres dans plusieurs quartiers populaires de Port-au-Prince dont Cité Soleil, accusation qui avait été démentie à la fois par la MINUSTAH et le gouvernemen du Brésil. 

AHP 8 décembre 2005 4:00 PM


La Cour de cassation rend un nouvel arrêt en faveur du candidat à la pésidence du parti Tèt Ansanm Dumarsais Siméus

Port-au-Prince, 8 décembre 2005 &endash;(AHP)- La Cour de Cassation a rendu un nouvel arrêt jeudi en faveur du candidat à la présidence du parti Tèt Ansanm Dumarsais Siméús, enjoignant le conseil électoral à le réintégrer dans la course électorale.

Une commission formée par le gouvernement intérimaire sur la double nationalité avait demandé au CEP d'exclure Siméús de la liste des candidats agréés en raison de sa double nationalité haïtienne et américaine.

Un des avocats de Siméus, Me Guerdy Lissade a qualifié de victoire du droit, cette nouvelle décision de la plus haute instance judiciaire du pays.

Il revient maintenant au CEP de faire le suivi de cet arrêt, a dit l'avocat.

La Cour de cassation avait déjà rendu un arrêt en faveur de Siméus, suite à l'absence de son nom sur la première liste des candidats agréés.

L'organisme électoral avait ignoré cette décision puis remis son nom sur la liste avant la décision de la commision gouvernementale.

AHP 8 décembre 2005 4:00 PM


Découverte d'une cachette d'armes et de munitions dans une maison à Delmas 63: un ancien militaire membre d'une ancienne organisation paramilitaire serait le propritaire la maison
 

Port-au-Prince, 8 décembre 2005 &endash;(AHP)- Des agents de la police nationale et de la police des nations-Unies (UNPOL) ont découvert jeudi matin une cachette d'armes et de munitions dans une maison à Delmas 63, à Port-au-Prince.

Toutefois, aucune arrestation n'a été opérée, a indiqué  un responsable de la UNPOL, Marc Jacquet, ajoutant qu'un individu qui se trouvait dans la maison a eu le temps de prendre la fuite.

Marc Jacquet a fait savoir qu'il ne révélera pas le nom du proprêtaire de la maison dans laquelle ont été découverts 1 fusil M14, une grenade à fragmentation, 15 chargeurs, 1000 cartouches de calibre 762, 200 cartouches 9 millimètres et divers autres équipements.

Il a plutôt annoncé l'ouverture d'une enquête pour mettre la main au collet des  individus impliqués dans cette affaire.

C'est le directeur central de la police Judiciaire Michaël Lysius, qui a révélé que le propriétaire de la maison en question est un ancien militaire répondant au nom  de Herby Dumay.

Dumay faisait partie du Front du Nord qui a pris les armes contre Aristide en février 2004 et travaille actuellement à la mairie de Delmas

Le candidat à la présidence Guy Philippe, principal chef du dudit front, a confirmé que M. Dumay a effectivement fait partie de son organisation.

En tant qu'ancien membre du mouvement GNB-anti Aristide, il a le droit d'avoir des armes chez lui à l'instar de beaucoup d'autres personnes, a-t-il dit, tout en se gardant de les identifier.

Jusqu'à date, les rares opérations de désarmement opérées l'ont été uniquementt dans les quartiers populaires.

Ce qui explique, que de très nombreuses armes illégales sont en possession de beaucoup d'individus dans différents quartiers de la capitale et des villes de province.

Les détenteurs de ces armes sont à la fois, des membres de gangs, des membres ou partisans de secteurs politiques toutes tendances confondues ou d'autres individus qui affirment les avoir pour leur protection personnelle ou celle de leurs entreprises.

La campagne de désarmement lancée en 1995 après le retour d'exil du président Aristide n'avait pas été plus réussie, car seuls de vieux fusils rouillés auraient alors été remis.

AHP 8 décembre 2005 3:00 PM


Le maire de Delmas confirme que
le proprêtaire de la maison où une cache d'armes a été découverte est un employé de son adminiistration

Port-au-Prince, 8 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le maire de Delmas, Prisca Jean Vilfort, a confirmé jeudi que le proprêtaire de la maison où une cache d'armes a été découverte jeudi née par la police est bien un employé de son administration. 

Herby Dumay travaille à la mirie comme superviseur depuis mon arrivée à ce poste, a-t-il fait savoir.

Selon le maire Vilfort, l'ancien membre du Front du Nord (anti-Aristide) serait également un policier.

A la question de savoir où Dmay est affecté, il a référé à l'ancien directeur général de la PNH, Léón Charles et à l'inspecteur Destourel qui seuls, a-t-il dit, peuvent expliquer quel travail il fait pour la police.

Le maire de Delmas a souligné qu'il ne  gardera pas Herby Dumay   à la mairie,  s'il est poursuivi part la police.

AHP 8 décembre 2005 4:00 PM


 

Incident MINUSTAH/PNH: la difficulté à identifier les agents de la police nationale avancée par la UNPOL
 

Port-au-Prince, 8 décembre 2005 &endash;(AHP)- Un responsable de la police des nations-Unies (UNPOL), Marc Jacquet a indiqué jeudi que la MINUSTAH et la UNPOL déplorent l'incident survenu le 5 décembre au cours duquel une patrouille de la mission onusienne a ouvert le feu sur des agents de la police

5 policiers ont été blessés au cours de l'incident. L'un d'entre eux se trouve toujours à l'hôpital, mais sa vie n'est pas en danger, a dit Jacquet.

L'incident s'est produit parce que les militaires n'étaient pas arrivés, a-t-il souligné, à vérifier s'il s'agissait de policiers ou d'autres individus armés.

Le véhicule  de la police à bord duquel les 5 hommes se trouvaient n'était pas clairement identifié, a-t-il indiqué, faisant savoir que deux enquêtes sont actuellement en cours pour déterminer les circonstances exactes de l'incident.

AHP 8 décembre 2005 12:15 PM


Cardona fait état de progrès enregisttrés dans le cadre du programmme DDR

Port-au-Prince, 8 décembre 2005 &endash;(AHP) Un porte-parole de la mission ds naions-Unies en haïti, Damian Onnsès Cardona, a indiqué jeudi que des progrès ont été réálisés dans le cadre du programme désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR).

8 armes ont été remises à Delmas 2 et 10 au Bel-Air. Parmi ces armes figurent 1 M14,  2 M1 et 3 pistolets 38.

Il a ráffirmé la détemination de la MINUSTAH à garantir les droits des haïtiens à participer librement aux prochaines élections.

953 des 1200 personnes appelées à superviseer les bureaux électoraux ont déjà été formées", a-il fait savoir déplorant les incidents enregistrés lors de la distribution des cartes d'identification nationale dans plusieurs régions du pays.

Un homme d'une cinquantaine d'année est décédé mardi dans des circonstances encore confuses dans le désordré qui a prévalu lors de la distribution des cartes d'identification nationale dans la région de Carrefour, au sud de la capitale.


Nouvelles du 7 décembre 2005
Ouverture ce jeudi à Port-au-Prince d'un forum autour du respect de PVVIH

Port-au-Prince, 7 décembre 2005 &endash;(AHP)- Un forum de 3 jours s'ouvre ce jeudi à Port-au-Prince à l'iniative du promoteur Objectif Zéro sida (POZ) pour porter la société à respecter les droits des personnes vivant avec le virus du sida.

Ce forum le 2ème qui sera organisé lar lr POZ en 5 ans vise également à renforcer la capacité de la population à lutter contre le Sida.

Un des responsable de l'institution, le docteur Eddy Genécé, a indiqué que depuis le premier forum en 1999, moins de personnes sont infectées du virus diu sida en haiti.

Beaucoup plus de malades ont aussi depuis, le courage de dévoiler leur séropositivité, a-t-il encore fait savoir.

Il y a 5 ans, a rappelé le docteur Génécé, les séropositifs vivaient comme dans le maquis à cause des pratiques de discrimination et de stigmatisation à leur égard. Mais le POZ, dès sa créátion, s'est donné pour mission d'accompagner ces personnes pour leur faire comprendre qu'elles ne sont pas des victimes et qu'elles ont un rôle à jouer dans la société, a-t-il ajouté

Ce forum qui se déroule autour du thème "respecter les droits des PVVIH et les engagements pris à leur endroit" est organisé de concert avec le Ministère de la santé publique et d'autres organisations comme  CECOsida.


Les élections annoncées pour début 2006 ne pourront pas résoudre les problème structurels du pays, selon le CNHS


Port-au-Prince, 7 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le "Collectif pour une Conférence nationale souveraine, a indiqué mercredi que les élections annoncées pour début 2006 ne pourront pas résoudre les problème structurels du pays.

Le coordonnateur du CNHS, Amary Joseph Noël, a fait savoir lors d'un point de presse que le régime intérimaire a échoué dans sa mission de protection de la population, de réalisation de bonnes élections et de créations des conditions propices à une véritable conférence nationale.

En lieu et place de la réálisation de ces objectifs, beaucoup plus de division s'est installée dans la société et au sein du conseil électoral. L'insécurité bat son plein, a-t-il dit.

Et comme conséquence de cette situation, des étrangers ont pratiquement pris le contrôle des élection, a-t-il déploré.

Face à cette situation, le Colectif appelle les candidats aux prochaines élections au dialogue pour éviter que leurs partisans ne se livrent à des actes de violence au cours des élections. Il appelle aussi le gouvernement qui sortira des prochaines élections à organiser aussitôt une conférence nationale.



Un ancien sénateur de l'OPL exprime des réserves sur l'entente trouvée avec 8 autres formations politiques et sur la capacité du CEP à organiser de bonnes élections

Port-au-Prince, 7 décembre 2005 &endash;(AHP)- L'Organisdation du peuple en Lutte a réítéré mercredi ses appréhensions sur la marche du processus électoral.

Un membre du directoire de l'OPL, l'ancien sénateur, Yrvelt Chéry, a fait savoir qu'il a beaucoup de doute sur la capacité de cette institution à réáliser de bonnes élections.

Il est revenu sur le retard mis par le CEP pour publier le calendrier électoral, la démission du comité d'appui au CEP et la nommination, a-t-il dit,, d'un directeur général pour mettre des bâtions dans les roues du CEP.

L'ancien parlementaire a déploré le fait qu'aucune suite n'ait été donnée à une demande d'enquête sur l'organisme électoral.

C'est l'accumulation de tout un ensemble de problèmes non solutionnés qui a débouché sur la mauvaise distribution des cartes d'identification nationale, a estimé Yrvelt Chéry, faisant savoir que le CEP n'inspire pas confiance.

Une personne est morte dans des conditions encore confuses mardi dans l'ambiance de désordre qui prévalait au cours de la distribution des cartes dans la banlieue de Carefour au sud de la capitale.

L'ancien sénateur du Sud-est a exprimé par ailleurs des réserves sur l'entente dite de la modernité et de la démocratie trouvée la semaine dernière entre 9 formations politiques de l'ancienne opposition dont l'OPL.

Evoquant deux articles de cette entente, les 7 et 14 qui sont contraires, a-t-il dit,  aux intérêts de l'OPL, M. Chéry a indiqué qu'il s'agissait d'une décision empressée.

Mais l'OPL est obligée de se mettre d'accord avec d'autres formations politiques pour partager le pouvoir au cas où l'une d'entre elles remporterait le prochain scrutin, s'est-il résigné.

AHP 7 décembre 2005 12:15 PM


Au moins 5 nouveaux cas de kidnappings au cours de ces dernières 24 heures et libération d'un cadre Lavalas enlevés

Port-au-Prince, 7 décembre 2005 &endash;(AHP)- Au moins 5 personens ont été enlevées à Port-au-Prince au cours de ces dernières 24 heures.

Parmi les personnes kidnappées figure une cadre de la compagnie nationale de téléphone enlevée mardi en compagnie d'un membre de sa famille alors qu'elle rentrait de son travail.

Un médecin a été enlevé mercredi matin dans la banlieue de Pétion-Ville, alors qu'un haut cadre de l'administration publique a été kidnappé dans la région de Delmas.

Parallèlement, un cadre de fanmi lavalas, Emmanuuel Cantave, enlevé samedi a été remis en liberté mardi après-midi en même temps qu'une personnne qui l'accompagnait.

La police avait indiqué la semaine dernière que des mesures seraient prises de concert avec la MINUSTAH pour venir à bout des actes de kidnapping avant le début des opérations électorales prévues pour début janvier.

AHP 7 décembre 2005 12:00 PM


5 personnes tuées , 7 cadavres découverts, 40 cas de kidnapping et 171 arrestations: bilan des dernières opérations de la PNH

Port-au-Prince, 7 décembre 2005 &endash;(AHP)- 7 cadavres ont été découverts au cours des opérations menées par la police nationale ces 15 derniers jours dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

5 autres personnes ont été tués, a également fait savoir le porte parole de la Police, Frantz Lerebourg.  

171 individus ont été arrêtés dont 44 à Pétion-Ville, 28 à carrefour, 28 à Port-au-Prince et 31 à Delmas, 21 à la Croix-des-Bouquets, 3 à Tabarre et 6 à Cité soleil en relation avec ces meurtres et pour tentatives de meurtres, viols et kidnappings.

Parmi les individus arrêtés figure un certain Ruben Saint-Fleur qui opèrait sous plusieurs identités. Il est accusé d'implication notamment dans l'assassinat d'une dame prénommée Lucienne à la Croix-des-Bouquets.

Une quarantaine de personnes ont été enlevées au cours de la même période, a indiqué M. Lerebourg, faisant savoir qu'un policier a été tué et 5 blessés dont 4 dans un accident, alors qu'un gang de malfaiteurs a été démantelé dans la région de Pétion-Ville.

158 affaires  ont été traitées au cours de la même période, a précisé le porte-parole


Opération de chasse à l'homme contre des citoyens haïtiens dans la région du Cibao, suite à l'assassinat d'un cambiste: des dominicains jurent de tuer tout haïtien rencontré sur leur passage

Santo-Domingo, 7 décembre 2005 &endash;(AHP)- Les presions se sont intensifiées depuis le début de la semaine conttre les resortisssantts haïtiens dans la zone du Cibao à la suite de l'assasinat d'un cambiste dominicain a Villa Trina et de l'attaque a la machette contrre 3 femmes dominicaines a Poton.

Ces actes ont été attribués à des haitiens, bien qu'aucune preuve de ces accusations n'aient pu être forrnies. Depuis, une chasse-à-l'homme a été déclenchée conttre les citoyens haitiens vivant dans la région.

Des dominicains se sont armés de machettes et d'autres armes tanchhantes, jurant de tuer tout haïtien rencontré sur leur passage.

Au moins un travailleur haitien a été tué, selon un rapport de la police locale, cependant d'autres sources affirment qu'il y aurait plusieurs morts et plus d'une trentaine de blessés parmi les haitiens qui ont dû quitter par centaines la région face a la furie des dominicains.

Déjà en mai dernier lors de l'assassinat, d'une commerçante, Maritza Núñez, des actes similaires avaientt été commis dans les localités de Pueblo Nuevo, Tamayo, Enriquillo et dans d'autres commuanutes du Cibao sans qu'aucune poursuite legale n'ait été lancée contre les dominicains impliqués dans cette operation.

Differents groupes de droits humains ont dénoncé à maintes reprises ces derniers jours le laxisme des autorites intérimaires haitiennes et l'inefficacité de leur mission diplomatique à santo-Domingo d'une part, et d'autre part, la politique de laisser-faire des autoriités dominicaines accusées de tolérer ces actes dans le cadre de manoeuvres de diversion visant à dévier l'attention de la population des vrais problemes de la République dominiicaine.

Une délégattion de la Commission Interamericaine des droits de l'homme (CIDH) a rencontré mardi, a l'Hotel El Embajador de Santo-Domingo, plus d'une soixantaine de représentants d'ONGs haitiennes et domincaines oeuvrant dans le domaine des droits de l'homme, dans le but de recueuillir des informations sur la situation des droits de l'homme et sur les conditions de vie et de travail des immigrants haitiens.

Le rapporteur spécial pour la République dominicaine, le salvadorien Florentin Meléndez a reçu entre autres des rapports ecrits et des temoignages de differents intervenants venus de plusieurs communautés provinciales pour faiire état d'une nette détérioration de la situation des droits des haitiens.

Cette visite s'effectue parallèlement à une grave recrudescence d'actes de violence et une campagne menée tambours battants par des secteurs nationalistes contre la présence haitienne considerée comme une menace pour l'identite dominicaine.

Meléndez a souligne que cette mission de la CIDH se realise de façon informelle vu que le gouvernement dominicain n'a pas répondu positivement à la demande officielle de rencontres avec les hauts responsables des differents pouvoirs de l'Etat dont le President Leonel Fernández.

En Haïti et en République dominicaine, beaucoup relèvent que les relations entre Haïtiens et Dominicains ne se sont jamais autant détériorées au cours de ces dernières années.

AHP 7 décembre 2005 10:15 AM


Nouvelles du 6 décembre 2005
Des "lobbyistes" seraient contactés pour tenter de persuader l'administration américaine de la nécessité d'oeuvrer au report des élections en Haïti

Port-au-Prince, 6 décembre 2005 &endash;(AHP)-  Un secteur politique haïtien aurait pris contact récemment avec des "lobbyistes"  aux Etats-Unis pour qu'ils tentent de persuader l'administration américaine de la nécessité d'oeuvrer au report des élections en Haïti, a appris mardi l'AHP de sources généralement bien informées. 

Le premier tour des présidentielles et législatives est fixé au 8 janvier et le second tour au 15 février 2006, après qu'il eut été différé en 3 occasions. 

Le motif avancé par le secteur en question pour chercher à obtenir un nouveau report serait que "si les élections étaient organisées tout de suite et qu'elles étaient remportées par une formation politique ne partageant pas  la politique du régime en place et des partis qui le soutiennent, le pays perdrait le bénéfice des réformes en cours". 

Parallèlement, de nombreux secteurs politiques estiment que jamais processus électoral n'aura suscité autant d'inquiétudes en Haïti et jamais préparatifs n'auront été aussi bâclés, malgré une mobilisation inusitée de la communauté internationale. 

De plus, en dépit des graves problèmes techniques auxquels fait face l'organisme chargé de réaliser les élections, un certain froid s'est installé parmi certains secteurs politiques qui ne font plus preuve du même engouement.  

Toutefois, beaucoup estiment qu'un éventuel nouveau report des élections en Haïti serait perçu comme un grave échec pour la communauté internationale, en ce sens qu'aucune issue n'aurait été trouvée à l'impasse en haïti 23 mois après le départ précipité du président Jean Bertrand Aristide le 29 février 2004.


Remise d'une fiche d'information sur les chantiers de développement en Haïti aux candidats aux prochaines élections
  

Port-au-Prince, 6 décembre 2005 &endash;(AHP)- Des représentants du programme des Nations Unies, de la MINUSTAH et du gouvernement intérimaire ont remis mardi aux différents candidats aux prochaines élections une fiche d'information sur les chantiers de développement en Haïti. 

Cette fiche est un état des lieux de l'évolution du Cadre de Coopération intérimaie (CCI) de Washington à Bruxelles en passant par Cayenne et  Montréál, villes où ont été organisée des rencontre de bailleurs de fonds d'Haïti. 

Le représentant du PNUD, Adama Guindo a indiqué que cette fiche est un support à la campagne électorale des candidats en ce sens qu'elle leur permet de bien pénétrer le CCI et d'être bien documentés en s'adressant aux électeurs. 

La fiche d'information vise aussi, a-t-il dit, à raffermir les rapports entre la classe politique et la cmmunauté internationale. 

Ce document n'est pas un prescrit mais une option dans des domaines bien précis comme la bonne gouvernance, le dialogue national, l'économie, le développement institutionnel, la relance économique et l'accès aux services de base. 

"Les élections ne constituent pas une fin en soi, mais vous aurez à construire le pays à travers le dialogue et la participation", a-t-il dit aux candidats en présence de membres de la communauté internationale et du Conseil des sages. 

Pour sa part, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU, Juan Gabriel Valdès, s'est dit assuré que les élections à venir seront plus crédibles que les précédentes, en dépit des difficultés qui ont jalonné le processus. 

" La crédibilité d'une élection dépend de la confiance placée par les électeurs dans le vote, a dit le chef de la mission des nations unies", qui déclare reconnaitre que les candidats ont fait preuve de patience et de calme. 

Il a encore fait savoir que la démocratie ne se limite pas uniquement aux urnes, elle comprend aussi, a-t-il dit, le renforcement des institutions et la promoion des droits de l'homme.

La communauté internationale va continuer à aider les dirigeants élus à asumer leeurs responsabilités notamment dans les domaines de la sécurité et de la création d'emplois. 

"Les mauvaises conditions de vie sont les racines de l'insécurité. Il faudra les traiter immédiatement après les élections, a-t-il fait savoir, ajoutant que la communauté internationale doit fournir les ressources nécessaires au programme de développement en haïti.

Valdès a rappelé que la solution des probnlèmes d'haïti n'a jamais été militaire et ne le sera jamais. Il assuré que la MINUSTAH maintiendra son engagement à la professionnalisation de la police nationale. . 

La justice sera également appuyée avec l'accompagnement des acteurs du système judiciaire pour éviter les détentioins préventives prolongées. 

Le chef de la MINUSTAH a jugé insuffisants les efforts déployés par le régime en place en faveur de la réconciliation. 

-Le ministre de la Coopération externe, Roland Pierre a fait savoir que la cérémonie de remise des fiches d'informations aux candidats traduit la foi du gouvernement dans le dialogue avec ses partenaires nationaux et internationaux. 

Il a confirmé que le cadre de coopération intérimaire qui devrait arriver à terme en décembre 2006 sera prorogé jusqu'à décembre 2007 dans le souci de donner aux prochains élus plus de marge de manoeuvre. 


 Conférence/débat: des étudiants accusent le régime intérimaire de n'avoir pas tenu ses promessee de stabilité politique et d'élections en 2005

Port-au-Prince, 6 décembre 2005 &endash;(AHP)-Plusieurs organisations d'étudiants ont organisé ce mardi une conférence/débat, à l'initiative du mouvement des jeunes pour l'évolution et l'unité nationale (MOJEUNE) autour du thème: "Haïti face à une nouvelle crise". 

Le secrétaire général du MOJEUNE, Aguida  Chéry, a fait savoir que son organisation a pris cette initiative pour sensibiliser les jeunes sur  la nécessité d'assumer leurs responbsabilités.

Un autre panélistre, Jean Pierre Jean Elysée, a critiqué la classe politique pour avoir accouché du régime intérimaire actuel qu'il qualifie de gouvernement de trahison. 

Cette classe politique n'avait, a-t-il dit, aucun plan de relève après le départ du président Aristide. 

Selon Jean Elysée, le régime intérimaire n'a pas tenu ses promesses de créer la stabilité politique et d'organiser de bonnes élections en 2005. 

L'échec du régime latortue est l'échec de toute la classe politique traditionnelle et de la communauté internationale, a-t-il fait savoir. 


Nouvelles du 5 décembre 2005

"Manifestation à l'occasion du 2ème anniversaire d'incidents violents dans deux facultes de Port-au-prince
  

Port-au-Prince, 2 décembre 2005 &endash;(AHP)- Quelques dizaines de personnes pour la plupart membres de l'ancienne opposition à Aristide ont participé lundi à Port-au-Prince à une marche à l'occasion du 2ème anniversaire des incidents violents des facultés de sciences humaines et de l'INAGHEI. 

Plusieurs étudiants avaient alors été bblessés par des individus ayant investi les locaux des deux facultés.

Le recteur Pierre-Marie Paquiot accouru sur les lieux pour tenter de débloquer la situation a été lui aussi tabassé

Les manifestants du" 5 décembre 2005 scandaient: "jamais plus jamais de violence à l'Universitté, accusant le gouvernement Aristide et des milittants lavalas de responsabilité dans ces incidents violents.

Toutefois, 2 ans après, aucune enquête n'est venue corroborer les acusations et faire toute la lumière sur ce qui s'est reellement passé.le 5 décembre 2003.

La marche du jour s'est ébranlée à la suite d'une messe chantée à l'Eglise Saint-Louis Roi de France.

Plusieurs participants ont reconnu que cette marche n''a rien de comparable avec celle du 11 décembre 2005 qui traduisait l'état d'âme des étudiants et qui allait servir de base à l'opposition politique anti-Aristide.

Déjà l'année dernière, le premier anniveraire de ces incidentts avient été perturbées en raison de divergences au sein du miouvement GNB et des problèmes créés entre les etudiants par des fonds decaissés par le gouverrnement interimaire pour commémorer cette journée.

Plusieurs étudiants avaient même sugggéré l'année dernière que des enquêteurs puissent visionner des cassettes difusées à l;'époque par des chaines de television et analyser les déclarations fates par les agreseurs du recteur Paquiot.

Des candidats à la présidence, Evans Paul, Charles Henri Baker se trouvaienntt dans la zone où s'est déroulée la manifestation du jour.

AHP  décembre 2005 10:15 AM


Le CARLI déçu de la mauvaise gouvernance du régime en place et  de la défaillance de l'appareil judiciaire
 

Port-au-Prince, 5 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le Secrétaire général  du Comité des avocats pour le respect des libertes individuelles (CARLI) Renan Hédouville, a exprimé lundi sa déception face à la mauvaise gouvernance ds autorités intérimaires et à la défaillance de l'appareil judiciaire.

M. Hédouvile a cité un ensemble de dossiers restés gelés près de deux ans après l'installation du régime Latortue, en dépit des declarations de bonnes intentions.

C'est le cas, a-t-il dit, des incidents violents enregistrés le 5 décembre 2003 à la faculté des sciences humaines et à l'INAGHEI, de l'assassinat  des journalistes Brignol Lindor et Jean Léopold Dominique et des masacres commis dans les quartiers populaires après le départ d'Aristide.

Au lieu de faire avancer ces dossiers de justice, le gouvenement se complait dans une logique de vengeance et de violations des droits de l'homme, s'est indigné Renan Hédouvullle, soulignant que la justice haïtienne est dans une grave impasse

Il apelle tous les secteurs de la vie nationale à se mobiliser pour exiger l'applicatiion d'une justice saine et non partisane au profit de toute la population.

L'associattion des journalistes de petit-Goâve dénonce également l'inefficacité de la justice dans le dossier du journaliste Brignol Lindor.

M. Lndor avait été tué le 3 décembre 2001 à coups de machettes, en répresaille à une attaque également à coups de machettes contre un militant d'oganisation populaire, Joseph Céus Duverger, réputé proche de Lavalas, qui avait eté laissé pour mort. 

L'Association des jounalistes de Petit-Goiave dit s'étonnner que 4 ans après ce meurtre aucune action réelle n'a été menée pour mettre la main au collet des coupables.

Parallèlement, plusieurs autres secteurs de la ville ont rappelé à l'occasion, des actes criminels commis contre des parisans du gouverneementt Aristide avant et après les evénements du 29 février 2004.

Ils ont cité notamment les assasinats de Légitime Attis et de Samuel Paulo ainsi que le lynchage du nommé Roro brûlé vif après le depart d'Aristide.

Le cas d'un partisan du mouvement GNB anti-Aristide tué par des membres du front de résistance des Gonaïves (anti-Aristide) de passage à Petit-Goiave, a également été souligné.

Parallèlement, à Port-au-Prince, l'orgamisation SOS Jounalistes a dénoncé le scandale que représente, selon elle, l'abanndon du dossier de Jean Leopold Dominique, le PDG de Radio Haïti Inter, assassiné le 3 avri 2000.

Selon le secrétaire général de cette nouvelle association , les dossiers de Brignol Lindor et de Jean Dominique semblent avoir été uniquement ds armes de combatt pour l'ancienne oppposition actuellleement au pouvoir.

Des secteurs avaient fait circuler récemment des rumeurs autour d'une éventuelle disparition de la quasi totalité des pièces composant le dossier du dirrecteeur général de radio Haiti Inter.

Le secrétaire geneal de l'Association des jourrnalistes haïtiens (AJH) Guyler C. Delvas, et des membres de l'appareil judiciiaire avaient démenti ces rumeurs qui auraient eu pour objectif de preparer l'opinion à une véritable disparition et au lancement d'une nouvelle instruction.

Des noms d'individus appartenant à des secteurs divers de la société figurent dans l'actuel dossier de Jean Dominique.

AHP  décembre 2005 1:15 PM


René Préval gagnera les présidentielles au premier tour, selon un responsable des cellules de base de Fanmi Lavalas

Port-au-Prince, 5 décembre 2005 &endash;(AHP)- Les différentes bases de Fanmi Lavalas sont mobilisées à travers tout le pays pour élire le candidat de l'Espoir, René Préval, au premier tour des présidentielles du 8 janvier 2006, a indiqué lundi un porte-parole des cellules de base de Fanmi Lavalas, René Momplaisir..

Tout le monde ici sait que Préval est de loin le candidat le plus populaire, a fait savoir M. Momplaisir rentrée d'une tournée dans les Nippes pour mobiliser les miliitants Lavalas de la région apès des tounées dans plusieurs autres départements du pays dont le Nord et la Grande-Anse.

Même si Fanmi Lavalas ne paticipe pas aux élections en tant qu'organisation politique, mais les bases du parti appuient la candidature de René Préval pour promouvoir la paix, la réconciliation, l'éducation et la sante, a fait savoir Momplaisir.

Les élections seront gagnées à plus de 70%, a-t-il fait savoir.

Concernantt, la situation à Cité Soleil, le plus grrand bidonville du pays, René Momplaisir a indiqué que des contacts ont été établis entre des notables de la cité et des diplomates en poste à Port-au-Prince pour y favoriser le bon déroulement du scrutin.

Ceux qui ne veulent pas de la paix et de la démocratie et qui ont peur des élections, sont en train de pousser la MINUSTAH à tirer sur les habitants de Cité Soleil et des autres quartiers populaires en vue de créer une situation non propice aux élections, a-t-il encore souligné.

Nous allons de toute façon aux urnes a dit Momplaisir, qui affirme que certains soldats de la force onusienne tirent sur les habitants de la cité au mépris des ordres contraires reçus de leur commandement.

Il s'agit, a-t-il dit, de "militaires qui vivennt dans ders condiitions sociales très difficiiles dans leur pays et qui cherchent à encourager ou à comm,etttre des actes de violence en Haïti pour pouvoir y rester le plus longtemps possible".

AHP  décembre 2005 9:00 AM


Haïti/élections: le candidat independant Charles Henri Baker appelle ses partisans à le voter en masse et promet de combattre le kidnapping
 

Port-au-Prince, 5 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le candidat indépendant Charles Henri Baker a appelé dimanche ses partisans à le voter en masse lors d'un meeting dans la banlieue de Pétion-Ville (Port-au-Prince).  

Rappelant que le 8 janvier, il y aura des élections présidentielles et legislatives, le candidat indépendant a fait savoir qu'il ne pourra pas tout faire tout seul. 

Il a appelé les électeurs à voter un parlement compétent. 

"Ordre, disciline, Travail et respect", sont les maitres-mots de la campagne de M. baker qui a insisté sur le fait qu'il n'était pas "un fasciste et un dicateur".  

Anthony Barbier, un haut cadre du Groupe des 184 auquel appartient egalement le candidat Baker, avait indiqué récemment, lors de l'annonce de la candidature de M. Baker, que si ce dernier devenait président, il serait un dictateur. 

 Baker a fait savoir qu'il n'y a rien en lui qui puisse faire penser à la dictature.. 

Charles Henri Baker a promis par ailleurs que s'il est élu président, il fera voter aussitot des lois pour éradiquer le kidnapping. 

Ce sont, surtout, a-t-il dit, des gens de la classe moyenne et des couches défavorisées qui sont victime des actes de kidnapping. 

"Charles Henri Baker élu aujourd'hui et les klidnappeurs sont sur les dents le lendemain, a lancé le candidat, lâchant "nou fout bouke".

AHP  décembre 2005 10:15 AM


Latortue assure que les dispositions ont été prises pour garantir la sécurité des prochaines élections

Port-au-Prince, 5 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le premier ministre intérimaire a assuré lundi que toutes les disposition ont été prises pour garantir la sécurité des prochaines élections en haïti.

Le premier tour des présidentielles et législatives est fixé au 8 janvier 2006 et le second tour au 15 février.

Latortue qui est rentré d'une tournée à l'étranger, a fait savoir que des discussions vont se poursuivre avec les responsables de la Minustah et dde la police nationale pour renforcer les disposittifs de sécurité.

" Des mesures seront adoptées pour neutraliser tout individu ou groupe d'individus qui chercherait à peturber les opérations au cours de la journée electorale.

Le premier ministre provisoire a fait savoir que la communauté intenationale se félicite du travaiil acccompli par le nouveau directeur général Mario Andrésol à la tête de l'iinstitution policière.

Paralllèlement, Des cartes d'identification nationales sont actuellement distribuées dans une vingtaine d'autres régions du département de l'Ouest dont la capitale Port-au-Prince. 

Dans le Nord du pays également, les électeurs ont commencé à retirer leurs cartes.  

Des milliers de carrtes ont été distribuées dans plusieurs communes du Nord, a fait savoir le responsable du bureau electoral departemental.

Touutefois, des électeurs potentiels ont évoqués des problèmes liés à la lenteur du processus de distributiion. 

Elisca Charles, candidat au Senat pour  l'OPL, dit craindre  que le CEP n'ait pas le temps de distribuer toutes les cartes. 

D'autres candidats comme ceux du MOCHRENA (pro-gouverrnemental) et de la Plateforme de l'Espoir (indépendant) se disent optimistes, faisant savoir que les élections sont un passage obligé. 

Entre temps, dans le Nord-est du pays, des responsables du bureau électoral départementals menacent de démissonner pour protester, ont-ils dit, contre la main-mise de la communaut´internationale sur l'appareil électoral de la région.

Ces employés ont adressé en ce sens une note de protestation à la MINUSTAH. 

Par ailleurs, à propos des débats organisés en dehors des médias, dans le cadre des élections, beaucoup de gens estiment qu'il y a un grave déséquilibre et une basence presqu'iindécente de pluralisme au niveau du choix des jounalistes retenus pour interroger les candidats.. 

Les institutions financées pour organiser de telles rencontres sont appelées à transcender leur appartenance politique et idéologque pour présenter des débats qui permettent aux électeurs potentiels de faire des choix judicieux aux elections annoncées pour début 20.06. 

Jusqu'à date, en regard de la configuration des pannels appelés à questionner les candidats, ou bien ces derniers se retrouvent en face d'un tribunal monté juste pour les condamner, ou bien en  présenc de copains déjà acquis à leur cause.

AHP  décembre 2005 4:15 PM


Le premier ministre intérimaire annonce la prorogation du cadre de copération intérimaire (CCI)
 

Port-au-Prince, 5 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le Cadre de Coopératiion Intérimaire (CCI) sera prolongé jusqu'en 2007, a fait savoir lundi le premier ministre intérimaire haïtien qui est rentré d'une tournée en Afrique et aux Etas-Unis. 

M. Latortue a indiqué que des bailleurs de fonds lui ont demandé d'identifier les secteurs dans lesquels haïti a le plus besoin d'aide. 

Il a fait savoir que les domaines de l'électricité et des infrastructures routières vont occuper la première place dans le cadre de de cette prorogation du CCI. 

Près de deux ans après l'entrée en fonction du régime intérimaire, routes nationales et secondaires sont génértalement dans une situation des plus lamentables et les problèmes d'énergie  se sont intensifiées, en dépit des promesses d'amélioration qui avaient été faites. 

La communnatté internationale avait promis 1.3 milliard de dollars au régime en place lors de la première réunion des baileuurs de fonds en juilet 2004 à Washington dans le cadre du CCI.

Un peu plus de la moitié de ces fonds a été decaissé jusqu'ici.

Latortue a fait savoir par ailleurs qu'une mission de l'ONUDI arrivera début 2006 en Haïti dans le cadre de la mise en place d'un programme de promotion des investissements. 

Le secteur agro-industriel devrait avoir la priorité, a-t-il fait savoir.

AHP  décembre 2005 4:15 PM


Enlèvement d'un haut cadre Lavalas: les ravisseurs réclament une rançon de 200.000 dollars

Port-au-Prince, 5 décembre 2005 &endash;(AHP)- Un haut cadre de Fanmi Lavalas, Emmanuel Cantave, est enlevé depuis samedi par des individus armés dans la région de l'Aéroport international de Port-au-Prince au Nord de la capitale.

M. Cantave revenait de la Fondattion Aristide pour la Démocratie situé non loin de du lieu où il a eté kidnappé, quand il a éte neutralisé..

Selon des informations non confirmées, une personne qiui se trouivait en compagnie de Emmanuel Cantave aurait eté frapppé par les ravisseurs qui réclameraient une rançon de 200.000 dollars américains.

Deux personnes dont l'identité n'est pas encore révélée ont également été enlevées lundi matin  dans la même zone.

Un reporter de Radio Métropole, Wadson.. Desir enlevé vendredi en compagnie de son père a été remis en liberté le lendemain grâce à des négociations conduites par le secrétaire général de SOS Journalistes, Guyler C.. Delvas.

Au moins une trentaine de personnes dont une douzaine d'écoliers et un ressortissant américain, ont eté kidnapppées  au cours de ces deux dernières semaines dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Le directeur géneral de la Police Nationale d'Haïti, Mario Andrésol, avait fait savoir vendredi que la PNH est en discussion avec la MINUSTAH en vue d'actions communes pour venir à bout des actes de kidnapping qui sont en nette progression ces derniers jours dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

Des opérations anti-kidnappings ont éte menées au cours du week-end dans plusieurs quartiers de la capitale, a indiqué lundi à l'AHP, un responsabble de Dirrection centrrale de la police judiciaire.

Plusieurrs individus a été arietés et ds arms confisquées, a indique cette source, faisant savoir qu'un des présumés responsable de la tentative d'assasinat contre l'anccien maire adjoint de delmas, Ernst Erilus, auraitt été mis aux arrêts dans la régtion de Miragoane.

AHP  décembre 2005 1:15 PM

 


Nouvelles du 2 décembre 2005
6 nouveaux cas de kidnapping à Port-au-prince ce vendredi: la police annonce des opérations anti-kidnapping pour ce week-end

Port-au-Prince, 2 décembre 2005 &endash;(AHP)- 6 personnes  ont été enlevées ce vendredi à Port-au-prince.

Les personnes enlevées ont été conduites vers une destination inconnue, selon des sources der la famille d'une des personnes kidnappées.

Des habitants de Cité Soleil se disent parrallèlement inquiets de ce qu'ils appellent la mauvaise propagande faite autour de la cité.

Nous avons très peur, parce que cette propagande vise à préparer l'opinion pour des jours terribles, ont fait savoir 2 jeunes de la cité qui ont requis l'anonymat.

Il y a une volonté évidente de destabiliser Cité Soleil, ont-ils fait savoir, appelant la MINUSTAH et la police nationale à rester raisonnables

Les nouveaux cas de kidnapping sont enregistrés au lendemain d'une journée record  dans la région métropolitaine de port-au-prince où une quinzaine de personnes dont 12 écoliers et un ressortissant américain Philippe Schneider ont été enlevées.

L'américain, un respoponsable d'ONG a été libéré dans la journée de vendredi.

Des enquêteurs américains rentrés peu auparavantt à Port-au-prince auraient contribué à sa remiise en liberté.

Le directeur géneral de la Police Nationale d'Haïti, Mario Andrésol, a fait savoir vendredi que la PNH est en discussion avec la MINUSTAH en vue d'actions communes pour venir à bout des actes de kidnapping qui sont en nette progression ces derniers jours dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

" Nous devons agir vite pour éviter que les kidnappeurs ne créent une sorte de traumatisme chez les citoyens, à l'approche des prochaines joutes électorales ", a lance M. Andrésol.

Il a indiqué que les actions contre les kidnappeurs seront menées avec tact pour éviter de faire des victimes innocentes au sein de la population.

Une opération anti-kidnapping devrait être lancée au cours du week-end dans la région métropolitaine de Port-au-Prince où plus de trente personnes auraient été enlevées au cours de ces deux dernières semaines.

AHP  décembre 2005 1:15 PM


Le CEP peu favorable à la date retenue par l'Executtif pour pour l'investiture du nouveau président

Port-au-Prince, 2 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le conseiller électoral Louis Gerson Richemé a déploré vendredi que l'Exécutif ait décidé de retenir  la date du 24 février 2006 pour l'investiture du président dqui sera issu des prochaines élections.

Le CEP avait plutôt souhaité que la prestation de serment ait lieu après le 5 mars, date des élections locales et municipales, a révélé M. Richemé qui dit craindre qu'il n'y ait pas assez de temps pour les préparatifs de l'investiture.

Interrogé  par ailleurs sur le refus de la junte centrale électorale dominicaine d'imprimer les listes électorales pour le compte du CEP, Louis Gerson Richemé  a promis que le CEP entreprendrait des démarches auprès de la junte dominicaine et de l'OEA dans le but de trouver une solution rapide à cette situation.

Les cartes électorales sont fabriquées au Mexique et les bulletins de vote en République dominicaine

En ce qui a trait au dossier de financement des partis politiques, le conseiller Richemé a précisé qu'il n'est plus obligatoire pour les partis politiques de soumettre 40,000 signatures au CEP pour bénéficier du financement.

Selon M. Richemé, chaque parti soumettra désormais 400 signatures, mais dont la conformité sera analysée

Cette décision a été appliquée suite à des considérations sur la teneur des  créole et française du décret électoral, a souligné M. Richemé faisant savoir que le terme signature n'a été mentioné que dans la version française.

155 millions de gourdes dont 55 millions ont été fournies par le gouvernement de transition et 100 millions par l'Union Européenne, sont disponibles pour le financement de 45 partis politiques, a informé M. Richemé.

AHP 1er décembre 2005 10:45 AM


Dumarsais Siméus promet de rester dans la course à la présidence bien qu'ayant été écarté par le CEP

Port-au-Prince, 2 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le candidat à la présidence non agréé du parti "Tèt Ansanm", Dumarsais Siméus, a annoncé jeudi qu'il va laisser le pays pour un bref séjour à l'étranger.

Dumarsais Siméus a fait savoir qu'il va informer les officiels américains et les investisseurs de la main mise du pouvoir intérimaire sur le processus électoral

" Je dois coûte que coûte rencontrer les investisseurs pour les calmer et  leur dire que la bataille n'est pas terminée et pour qu'ils n'aillent pas en République Dominicaine et à la Jamaïque ", a déclaré M. Siméus.

Il a fait savoir qu'il part mais pour revenir et gagner. "Je reviendrai bientôt réintégrer la course électorale pour gagner a-t-il assuré, a-t-il dit, tout en  faisant part de possibilités d'alliance avec d'autres partis.

J'ai déjà rencontré plusieurs responsables de partis politiques dont le leader de la Plate-Forme de l'Espoir, René Garcia Préval, a-t-il informé

AHP 1er décembre 2005 11:10 AM


Bilan des 100 premiers jours de Mario Andrésol à la tête de la PNH: le nouveau directeur félicité pour ses efforts d'épuration et de modernisation de l'institution

Port-au-Prince, 2 décembre 2005 &endash;(AHP)- Une trentaine d'agents de la Police Nationale d'Haïti sont actuellement écroués pour leur implication présumée dans des actes d'escroquerie aux côtés d'autres bandits armés dans plusieurs quartiers populaires de la capitale haïtienne.

Ces déclarations ont été faites  par l'inspectrice générale de la PNH, Gessy Cameau Coicou à la frontère haïtiano-dominicaine où les hauts responsables de la PNH s'étaient rendus pour procéder à un échange de véhicules volés avec les autorités policières dominicaines.

Mme Coicou qui rendait compte des efforts réalisés dans le cadre des 100 premiers jours de mario Andrésol à la tête de la police nationale, a indiqué que 3 des policiés incarcérés ont été arrêtés pour  trafic de stupéfiant, 3 pour vol et association de malfaiteurs, 4 sont impliqués dans des actes de kidnapping  et de trafic  d'armes, 15 sont accusé de meurtres et d'assassinats.

Les dossiers de ces prévenus ont été déjà tranférés au Parquet du tribunal civil de Port-au-Prince pour les suites légales.

110 cas d'enlèvements ont été enregistrés, au cours de cette même période. Les enquêtes concernant   38 de ces  cas, auraient déjà abouti selon le rapport

Mme Coicou a indiqué que 129 personnes ont été arrêtés dans le cadre de l'opération Bat ba ( se soumettre ), 20 armes saisies, 306 minutions, 20 chargeurs, 19 véhicules volés ont été récupérés.

Des matériels appartenant à la PNH dont des radios de communication, gilets pare-balles, ont également été saisies ainsi que 73 kilos de cocaïne et des parquets de marijuana.  

Gessie Coicou qui était porte-parole de la PNH sous l'administratuion de Léon Charles, a félicité le directeur général de la PNH, Mario Andrésol pour ses efforts en faveur de la modernisation de l'institution notamment au niveau du service de communication.

AHP 1er décembre 2005 1:45 PM


Echange de véhicules volés entre responsables policiers haïtiens et dominicains: le chef de la police haïtienne promet de venir à bout du banditisme

Port-au-Prince, 2 décembre 2005 &endash;(AHP)- Le directeur géneral de la Police Nationale d'Haïti, Mario Andrésol, a remis ce vendredi 6 véhicules qui ont été volés en Dominicanie aux responsables de la police dominicaine, à la frontière  de Malpasse.

A cette occasion, les responsables dominicains ont remis également 6 véhicules volés au chef de la PNH.

Mario Andrésol a dit voir dans cette action une volonté des autorités  des deux pays de combattre les actes de criminalité, de traffic illicite de la drogue et d'armes illégales.

M. Andrésol a donné l'assurance qu'il viendra à bout des actes de banditisme en Haïti

Le chef de la Police en a profité pour informer de la mise en place par la PNH d'un plan de sécurité intégré dans le cadre des élections annoncées poyur début janvier 2006.

M. Andrésol a fait savoir par ailleurs que des dispositions ont été prises pour permettre à tous les policiers qui avaient abandonné leur poste lors des événements de février 2004, de retourner à leur poste en vue de renforcer la sécurité sur tout le territoire national.

Des mesures ont été  adoptées en vue de garantir la sécurité des candidats au cours de leur campagne électorale, a encore souligné le chef de la PNH.

AHP  décembre 2005 1:15 PM


La congresswoman maxine Waters demande à Condoleezza Rice de vérifier l'origine des fonds depensés par le gouvenemen interimaire haïtien dans le dossier des posuites annoncées conttre le présiden Aristide

Port-au-Prince, 2 décembre 2005 &endash;(AHP)- La représentante démocrate de la Californie, la congresswoman Maxine Waters, demande à la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice  d'exiger des autorités intérimaires des explications sur les fonds dépensés dans le cadre des poursuites judiciaires qu'elles affirment avoir  entamé contre l'ancien président Jean Bertrand Aristide et certains de ses anciens collaborateurs.

Dans une lettre à Mme Rice, Maxine Waters se demande si l'administration américaine est convaincue des accusations du pouvoir intérimaire contre les anciennes autorités Lavalas au point de ne pas enquêter sur les dépenses affectuées par ce dernier pour ces poursuites judiciaires.

La congresswoman appelle la secrétaire d'Etat à vérifier si des fonds provenant du département d'Etat et de l'USAID n'ont pas été utilisés pour poursuivre Jean Bertrand Aristide.

" Nous ne permettrons pas qu'un gouvernement provisoire se serve de l'argent des contribuables américains pour poursuivre des autorités  élues d'un autre pays, a souligné Maxine Waters, faisant état de nombreux pays dans le monde dont l'Afganistan et des pays pays africains qui ont besoin de l'aide américaine pour lutter contre le SIDA.

AHP 1er décembre 2005 12:00 PM


Nouvelles du 1er décembre 2005

15 personnnes enlevées et 2 tentatives d'elèvement à Port-auPrince


Port-au-Prince, 1er décembre 2005 &endash;(AHP)- Au moins 15 personnes dont une dizaine d'écoliers ont eté enlevées par des hommes armés pour la seule journée de jeudi à Port-au-Prince.

Dux collégiennes et un citoyen d'origine américaine Philipppe Schneider, membre d'une organisation non-gouvernementale figure parmi les personnes enlevées.

Les ravisseurs réclament des dizaines de millliers de dollars pour relâcher les écoliers

Au moins deux autres perrsonnes dont une femme enceiinte ont échappé à une tentative d'enlèvement dans la région de Santo (nord de la capiitale), ont indiqué à l'AHP des proches de l'une d'entre elles.

C'est la prremière fois depuis l'été dernier qu'autant de personnes sont enlevées en une seule journée dans la capitale haïtiennne, a fait savoir une source proche de la PNH.

Toutefois, d'autres sources ont précisé que de nombreux cas de kidnaping ont été enregistrés au cours de ces deniers mois. La diférrence vient du fait qu'ils sont moins médiatisés que par le passé, ont-elles souligné.

AHP 1er décembre 2005 4:15 PM


Funérailles du président a.i de la Cour de Cassation: la compétence  un produit rare au sein de la justice haïtienne, affirme le ministre de la justice

Port-au-Prince, 1er décembre 2005 &endash;(AHP)- Le ministre de la justice, Henri Marge Dorléans, a déclaré jeudi que la compétence au sein de la justice haïtienne devient un produit rare.

Me Dorléans a fait cette déclaration à l'occasion des funérailles du président a.i de la Cour de Cassation, Georges Henri, décédé vendredi dernier.

Selon lui, Me Georges Henri est parti à un moment où la justice reste l'un des rares espaces où le drapeau national flotte encore plus ou moins sans partage, même s'il menace de ne plus flotter, troué et déchiré par endroit..

On n'a jusqu'ici pas de juges non haïtiens siégeant à la Cour de Cassation, dans les  tribunaux et cours et dans le secret des cabinets d'instruction, a lancé le titulaire de la justice, sans donner d'autres précisions.

(Des forces étrangères se trouvemt en Haïti depuis février 2004 suite au départ précipité du président Aristide et plusieurs organisations étrangères sont impliquées directement ou indirectement dans l'actuel processus électoral haïtien.

L'intégrité est une autre caractéristique menacée au sein du système judiciaire, a indiqué Me Dorléans rappelant que le ministere a dû sévir contre un magistrat qui a reçu 250 mille gourdes contre la libération d'un prévenu.

Henri Dorleans a dit regretter que son ministère ne dispose pas de preuves pouvant l'habiliter à sévir dans d'autres cas de corruption dont les bruits courent encore.

Me Dorléans avait annoncé à son arrivée au ministère de la justice qu'il tiendrait compte des cas de toutes les opersonnes en détention préventive prolongée et appellerait à la libération de tous les prévenus que la justice est incapable de juger.

Il avait cité notamment le cas de l'ancien premier ministre Yvon Neptune incarcéré depuis 17 mois pour des motifs jugés imprécis.

AHP 1er décembre 2005 4:15 PM


Le Bureau des Avocats Internationaux depose des copies des plaintes déjà soumises sur le dossier du masssacre de Grand'ravine

Port-au-Prince, 1er décembre 2005 &endash;(AHP)- Le Bureau des Avocats Internationaux, a informé jeudi avoir communiqué de nouvelles copies de 10 plaintes relatives au dossier de la tuerie de Grand' Ravine  (Martissant) au juge  Jean Perez Paulqui instruit l'afffaire.

Au moins une dizaine de personnes avaient été tuées par balles et à coups de machettes les 20 et 21 août, lors d'un match de football organisé dans ce quartier populaire du sud de la capitale avec l'appui de la USAID.

Les plaintes préálablement déposées par le bureau au Parquet du Tribunal civil de Port-au-Prince, en faveur des victimes  n'auraient pas été acheminées au juge instructeur.

Selon une enquête réaliséée par la mission onusienne en Haïti, le massacre a été opéré par des policiers et des civils armés.

Les mêmes mêmeshommes  sont retournés le lendemain sur les lieux du drame pour cette fois piller et incendier des maisons sous les yeux complices d'un groupe de policiers.

Les habitants de Grand'ravine ont dénoncé l'armée dite "Ti manchèt" (petites machettes) et des policiers engagés, selon eux, pour perpétrer des lynchages dans les quartiers populaires.

Quelques jours avant les incidents meurtriers de Grand'ravine, une dizaine de personnes avaient été lynchées dans le quartier du Bel-air.

Le drame avait été filmé par des cameramen de Reuters TV. 

Selon Mario Joseph,  l'armée "Ti manchèt"serait toujours à l'oeuvre et participerait même à des arrestations.

Il appelle la justice à sévir contre tous les responsables et/ou complices des crimes commis dans les quartiers sus-cités et à veiller à leur incarcération.

Un peu plus d'une douzaine de policiers dont 2 haut gradés ont été arrêtés dans le cadre de cettte affaire.

AHP 1er décembre 2005 1:15 PM


L'ambassadeur dominicain en Haïti rejette les rumeurs selon lesquelles son gouvernement chercherait à inflencer le processus électoral en Haïti

Port-au-Prince, 1er décembre 2005 &endash;(AHP)- L'ambassadeur dominicain en Haïti, Jose Serulle Ramia, a démenti jeudi les rumeurs selon lesquelles, le gouvernement dominicain chercherait à inflencer le processus électoral en Haïti.

Le gouvernement dominicain n'appuiera jamais un candidat mais  le processus électoral dans son ensemble, a fait savoir le diplomate dominicain, ajoutant que son gouvernement n'a aucune intention de s'ingérer dans les affaires internes d'Haïti

Jose Seroulle Ramia a dit croire que les élections constituent un moyen sûr pour haïti de connaitre un meilleur avenir et de s'orienter dans la voie du progrès.

Il a exprimé toutefois le souhait que la population  haïtienne se rende massivement aux urnes le jour du scrutin et que tous les autres acteurs impliqués dans le processus jouent hamonieusement leur partition en vue de la pleine réussite des prochaines joutes.

Selon M. Ramia, le président légitime qui sera issu de ces élections devrait être en mesure d'initier le processus de reconstruction du pays et de la reconciliation nationale pour qu'enfin la confiance s'installe chez le peuple haïtien.

Le diplomate a déclaré par ailleurs que son gouvernement n'a jamais envisagé de supporterr des actions armées en Haïti.

Selon plusieurs sources dominicaines, des bandes armées ayant pris les armes contre le gouvernement Aristide en février  2004 avaient trouvé hébergement en République dominicaine sous le gouvernement de Hippolito Mejîa.

 Le gouvernement de Léonel Fernández n'a jamais soutenu des groupes armés haïtiens ou dominicains dans des opérations de destabilisation en haïti.

Jose Serulle Ramia a également dit déplorer ce qu'il appelle de petites bavures enregistrées de temps à autres entre haïtiens et dominicains en République Dominicaine.

Ce qu'il faut souligner aujourd'hui a dit le diplomate c'est l'accueil accordé par la République Dominicaine à plus d'un million d'haïtiens qui gagnent leur vie là-bas.

"Il n'y aucune autre nation dans le monde à avoir fait autant pour Haïti", a estimé le diplomate précisant que l'Etat dominicain a une politique très claire vis-à-vis d'Haïti.

AHP 1er décembre 2005 11:45 AM


Incarcération de Yvon Neptune: le Bureau des avocats internationaux porte l'affaire devant la Commission interaméricaine des droits de l'homme

Port-au-Prince, 1er décembre 2005 &endash;(AHP)- L'un des avocats haïtiens spécialisés dans la défense des droits de l'homme, Me Mario Joseph, a informé jeudi que le Bureau des avaicats internationaux a soumis une pétition devant la Commission interaméricaine des droits de l'homme en faveur de l'ancien premier ministre Yvon Neptune.

Cette pétition a également été déposée devant  l'Institut de Justice et de Démocratie  (IJDH) et l'Université California,

Yvon Neptune est en prison depuis plus d'un an pour implication présumée dans un massacre qui aurait été perpétré dans la localité la Scierie, à St-Marc, en raison du fait qu'il se trouvait dans cette localité, le 9 février 2004, 2 jours avant les supposés faits

Cette pétition qui tient compte, a-t-il dit, d'un ensemble d'éléments fondamentaux relatifs au cas de Yvon Neptune, vise à permettre l'approfondissement du dossier de l'ancien premier ministre qui observe une grève de faim depuis des mois.

Mario Joseph a cité en exemple, la violation de la liberté individuelle de Yvon Neptune et l'absence de garantie judicaire pour ce dernier.

Il invite tous les intéressés notamment les étudiants en droit international à lire ce dossier à l'adresse www.ijdh.com

AHP 1er décembre 2005 11:45 AM


L''Université San Francisco de California  décerne le titre Docteur honoris causa au père Gérard Jean-Juste

Port-au-Prince, 1er décembre 2005 &endash;(AHP)- L'Université San Francisco de Californie a décerné au prêtre haïtien, Gérard Jean-Juste,a le titre  de " Docteur honoris causa", pour le bon travail réalisé en faveur des couches défavorisées de la population haïtienne".

L'Université San Fancisco est une université catholique dirigée par des pères jésuites.

Réagisant sur l'honneur qui est fait à au père Jean-Juste, son avocat, Mario Joseph a attiré l'attention sur le fait que des prêtres étrangers se se montrent attentionnés  à son égard, alors que fertains de ses frères d'haïti ne lui manifestent aucune solidarité dans des moments diofficiles.

Le curé de la paropisse sasinmte-Claire de petite Place Cazeau a été artrêté en l'eglise saint-pirerre de Pétion-Ville au moment où il se préparait à officier, le 21 jullet 2005, aux côtés de Mgr Pierre André Dumas aux funérailles du journaliste-poèète, jacques Roche retrouvé assassiné 5 jours plus tôt après avoir ét´´enlevé.

Il a exprimé le souhait que les dignitaires de l'Eglise Catholique d'Haïti, se ressaisissent et se mettenmt du côté du père jean-Juste.

 Me Joseph a fait savoir que le prêtre devrait être remis en liberté pour aller recevoir cette distinction, puisqu'il se trouve derrière les barreaux sans motifs précis.

La justice ne dispose d'aucun élément pour cretenir mon client", a r´áffirmé mario Joseph.

AHP 1er décembre 2005 11:45 AM


Journées d'information et de formation et projections de films à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida

Port-au-Prince, 1er décembre 2005 &endash;(AHP)- PSI/Haïti de concert avec l'ambassade américaine, a projeté ce jeudi plusieurs films, au Rex Théatre, sur le VIH/SIDA, à l'intention des jeunes dans le but de les porter à avoir un comportement sexuel responsable.

D'autres activités dont des expositions de livres et de posters et des prestations artistiques ont été orgnaisées, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le  SIDA autour du thème " Stop SIDA, tenir ses promesses ".

L'assistant responsable des affaires culturelles à l'ambassade américaine en Haïti, Nathalie Gardère, s'est réjouie de la réalisation de ces activités en faveur des jeunes.

Mme Gardère a exprimé le souhait que les jeunes puissant tirer le maximum de profit de ces activités afin de mieux combattre  le sIDA.

Pour leur part, les jeunes se sont declarés satisfaits de cette journée de réflexion et de sensibilisation.

Ils ont promis de prendre le maximum de précaution possible en matière de relations sexuelles.

Par ailleurs, trois journées d'information et de formation sur les IST/SIDA, ont été organisé à l'Université Quisquéya, à l'initiative du "Réseau des Jeunes pour la Lutte contre Le SIDA".

Selon le recteur de l'Université Quisquéye, le professeur Jacques Edourd Alexis, l'objectif de ces séances de formation est d'aider les étudiants à avoir une comportement sexuel responsable, de sensibiliser les étudiants dans le cadre de la campagne contre le SIDA et de les encourager à se porter volontaires pour aller former d'autres jeunes

Face aux dégâts causés par les MST spécialement le SIDA, l'Université Quisquéya ne saurait rester indifférente à ces efforts visant à diminuer la prévalence du SIDA en Hïti, a déclaré M. Alexis.

Des activités  ont été également organisés aux Gonaïves à l'initiative de la branche régionale de la " CARE ", dans le département de l'Artibonite.

Ces activités se sont déroulées autour du thème " Frennen SIDA, Pwomès se dèt, Kenbe pawòl nou.

Plus de 40 millions de persones vivent actuellemnt avec le virus du sida à travers le monde.

AHP 1er décembre 2005 11:05 AM


Nouvelles du 30 novembre 2005
Un expert en droits de l'homme des Nations-Unies scandalisé par le drame de centaines de prisonniers incarcérés sans jugement dans les prisons haïtiennes

Port-au-Prince, 30 novembre 2005- (AHP)- Un expert onusien des droits de l'homme, Louis Joinet, s'est déclaré lundi scandalisé par le dossier de centaines de prisonniers incarcérés sans jugement dans les prisons haïtiennnes dont des anciens responsables cadres et militants du gouvernement de Jean Bertrand Aristide

Louis Joinet qui a mis fin jeudi à une mission de 12 jours en Haïti, déclare considérer cette situation comme un véritable drame national.

Il s'est déclaré particulièrement inquiet par l'incarcération de l'ex Premier ministre Yvon Neptune qui observe une grève de la faïm depuis plusieurs mois.

Neptune a été incarcéré en juin 2004 après que des organisations ayant combatu son gouvernement l'eurent accusé d'implication dans un massacre qui aurait eté pepétré le 11 février 2004 dans une localité de Saint-Marc nommée la Scierie.

Lors d'une précédente mission en Haïti, Joinet avait lui-même déclaré qu'il n'y a jamais eu massacre dans cette région mais des affrontements entre 2 bandes rivales pour le contrôle du port de la ville.

L'expert en droits de l'homme a également cité le cas du père Gérard Jean-Juste incarcéré sans motif précis, alors qu'il devrait être candidat à la présidence. Jean-Juste a été arrêté en juillet dernier à l'intérieur d'une église de Port-au-prince où il s'était rendu pour participer en tant que prêtre aux cérémonies de funérailles d'un jeunne poète-jounaliste asssassine après avoir étee kidnappé.

Les autorités judiciaiires feraient mieux de libérer les personnnes incarcerées sans charge, a prévenu Joinet, ajoutant que lorsqu'un détenu est gardé en prison au-delà des limites de la loi, il devient un prisonnier politique.

De nombreux autres membres et partisans du gouverrnememt Aristide dont l'ancien ministre de l'Intérieur Jocelerme Privert, l'ancien député Amanus Maette, et la miltante Annette Auguste incarcerée dans les mêmes conditions, se considèrent tous comme des prisonniers d'opinion.

Louis Joinet a fait savoir qu'il ne connait pas la quantité exacte de la population carcérale, mais plus de 1700 détenus sont gardés dans le surpeuplé pénitencier nationnal de Port-au-Prince, dont seulement quelques douzaines ont été chargées.

Les dénonciations de Louis Joinet sont considérées comme les critiques les plus virulentes jamais faites par un membre de la communauté inerrnaionnale contre l'inefficience et la coruption de l'aparreil judiciaire haïtien, au cours de ces deux derrnières années.

M Joinet a déclaré par ailleurs avoir observé une très sensible amélioration dans le domaine de la sécurité comparativement à sa dernière visite.

Il s'est dit toutefois inquiet de l'augmentation et de l'aggravation de la violence à l'égard des femmes.

"85 % des violations des droits humains en Haïti concerne des femmes dont 47% d'agressions sexuelles exercées sur des mineurs", a-t-il dit, estimant que beaucoup reste à faire en haïti en matière de respect des droits de l'homme.

AHP 30 novembre 2005 12:30 PM

 


Près d'une soixantaine de personnes décédées de mort violente en septembte et octobre 2005, selon Justice et Paix

Port-au-Prince, 30 novembre 2005- (AHP)- 59 personnes sont décédées pour la plupart de mort violente au cours des mois de septembre et d'octobre 2005, selon un bilan présenté par la  Commission Episcopale Justice et Paix  sur la violence dans la zone métropolitaine au cours de cette période.

31 personnes ont été tuées au cours du mois de septembre et 28 en octobre, presque toutes par balles ou à l'arme blanche, a indiqué Justice et paix dans un document remis à l'AHP.

Le nombres des victimes  aurait toutefois diminué au cous de ces des deux mois comparativement à juillet et août où 179 morts avaient été dénombrés .

Parmi les victimes figurent des femmes, des enfants, des policiers, des agents de sécurité,  ainsi que des individus non identifiés, lors d'affrontements entre bandes armées et la Police.

La commission dit avoir avoir un critère simple pour mesurer le degré de violence: rencontre avec des témoins, en consultations avec la presse et observations propres.

" Notre objectif est de sensibiliser les autorités et tous les citoyens sur la réalité de la violence dans le pays puisqu'elle constitue l'un des handicaps majeurs à la convivialité entre les citoyens ", a fait savoir Justice et Paix qui dit saluer le courage et les efforts des autorités policières et des forces étrangères qui ont favorisé, dit-elle,  un climat plus sécuritaire dans le pays.

Justice et Paix a également plaidé en faveur d'un désarmement réel dans le pays, de la création d'emplois, de centres de formation et de loisirs pour enfants et jeunes, notamment dans les quartiers populaires.

Elle appelle également la communauté Internationale à respecter ses engagements financiers vis-à-vis d'Haïti, en vue d'aider à l'amélioration des conditions de vie des citoyens qui croupissent dans la crasse.

La commission presse les politiciens de changer de méthodes et de mentalité pour ne plus s'accrocher uniquement désormais à leurs intériets personnels  au détriment de la population.

Le temps est venu pour le pays de s'engager dans un dialogue sincère, dans une conférence nationale qui entre en profondeur dans les causes sociales de la frustration, de la misère et de la marginalisation, a souligné l'organisation de l'Egliuse catholique.

AHP 30 novembre 2005 12:30 PM


Des groupes armés rendent une conquantaine d'armes à la commission de d´sarmement: la PNH et la MINUSTAH menacent de sévir contre les réfractaires

 Mirebalais, 30 novembre 2005- (AHP)- Des membres de groupes armés ont remis cette semaine une cinquantaine d'armes illégales  à la Commission de désarmement dans la région du Plateau central.

Des responsables de la MINUSTASH et  de la police nationale dans la région appellent tous les individudus qui d´tiennent des armes illégales à les rendre au plus vite.

Les réfractaires ainsi que leurs cachettes sont en train d'être identifiées, ils seront bientôt désarmés à quelque secteur qu'ils appartiennent, ont averti des responsables de la police.

Des bandits de toutes sortes ainsi que les bandes qui avaient été armées lors du mouvement anti-Aristide seraient toujours en possession de leurs armes, ont fait savoir plusieurs sources.

Certains des anciens militaires qui gardent un profil bas depuis la mort de leur commandant auto-proclamé Rémicinthe Ravix, avaient fait savoir qu'ils ne désarmeraient pas tant qu'ils n'auraient pas  été récompensés pour service rendu.

AHP 30 novembre 2005 2:20 PM


Le Collectif contre la vie chère accuse l'ANADIPP et le régime en place de ne défendre que leurs intérets dans le dossier du carburant

Port-au-Prince, 30 novembre 2005 &endash;(AHP)- Le Collectif pour la mobilisation contre la cherté de la vie, a accusé mercredi les dirigeants de l'Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP), et les autorités gouvernementales de ne défendre que leurs propres intérêts dans le dossier du carburant au lieu de ceux de la population.

Lors d'une conférence de presse, un responsable du Collectif, Jean Charles Evrard, a dénoncé l'attitude de l'ANADIPP pour avoir, a-t-il dit, observé une journée de grève, le lundi 28 novembre juste pour forcer le gouvernement à augmenter son pourcentage sur la vente du carburant.

Depuis quand l'ANADIP était dans l'interêt des masses défavorisées au point où elle ferait pression en faveur de la baisse des prix à la pompe, s'est interrogé M. Evrard qui rappelle que depuis des années cette organisation n'a jamais rien fait d'autre que réclamer toujours plus de profit

Le responsable du collectif s'en est également pris aux autorités intérimaires pour s'être pliées rapidement, a-t-il dit, aux exigences de l'ANADIPP, alors que la population est confrontée à toutes sortes de difficultés.

Le régime en place est également accusé pour le peu d'intérêt manifesté dans le dossier PETROCARIBE, un projet de vente de carburant à bon marché à Haïti par le Vénézuéla

Jean Charles Evrard a annoncé la tenue d'un sit-in, le vendredi 9 décembre devant le ministère des Finances pour forcer, a-t-il dit, le gouvernement de transition à trouver rapidement un accord avec le Vénézuéla  dans ledit dossier.

AHP 30 novembre 2005 2:20 PM


Le secrétaire général du CEP promet les bulletins de vote pour vant mi-décembre

Port-au-Prince, 30 novembre 2005- (AHP)- Le secrétaire général du Conseil Electoral Provisoire, Rosemond Pradel, a fait savoir mercredi que les bulletins de vote des différents candidats devraient être prêts avant la mi-décembre.

Trois imprimeries dominicaines s'occupent de l'impression des bulletins de vote en République Dominicaine même.

Selon M. Pradel, l'institution électorale s'attèle maintenant au recrutement du personnel des Bureaux Electoraux Départementaux (BEDs) et des Bureaux Electoraux Communaux (BECs).

En ce qui a trait à la distributions des cartes d'identification nationale, il a donné l'assurance que des dispositions ont été prises pour permettre à tous les citoyens d'avoir en main, leur carte avant la fin du mois de décembre.

Le conseiller électoral a invité les citoyens à bien suivre les annonces relatives à la distribution des cartes pour ne pas avoir à se masser inutilement devant les centres de distribution puisque a-t-il précisé, cette opération se fera non seulement par ordre alphabétique mais également par période d'inscription.

Le CEP respectera ses engagement, a-t-il assuré.

AHP 30 novembre 2005 10:40 AM


Le candidat à la présidence de l'OPL affirme n'avoir aucune garantie que les élections se tiendront aux dates annoncées mais se dit prêt à y participer

Port-au-Prince, 30 novembre 2005- (AHP)- Le candidat à la présidence de l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL), Paul Denis, a déclaré mercredi n'avoir aucune certitude ni garantie que les élections auront lieu aux dates nouvelles prévues dans le calendrier électoral, en raison des faiblesses de l'organisame électoral.

Il n'y a non plus aucune garantie qu'elles seront honnêtes même si le nouveau calendrier était respecté, a encore déclaré Paul Denis.

Le candidat à la présidence s'est déclaré toutefois prêt à participer aux prochaines joutes électorales, peu importe les dates, a-t-il dit, tout en exprimant le souhait que le CEP se dote des moyens adéquats pour qu'effectivement le 8 janvier 2006, des élections transparentes soient réalisées dans le pays.

M. Denis a souligné que l'écart laissé par le CEP et les autorités gouvernementales entre la date des municipales et l'investiture le 24 février du président élu est trop restreint.

Il est évident que le temps imparti aux préparatifs de l'investiture est insignifiant, a-t-il fait savoir

Concernant "l'entente pour la démocratie et de la modernité" signée récemment entre 9 partis et regroupements politiques de l'ancienne opposition à Aristide, M. Denis l'a inscrite dans le cadre du renforcement des forces démocratiques du pays pour assurer la gouvernabilité du pays au cours de la période post-électorale.

Il s'agit pour la plupart, a-t-il dit, d'anciens membres de Convergence Démocratique qui partagent a-t-il dit, l'idée de la formation de blocs parlementaires pour faciliter le travail de l'Exécutif et du gouvernement.

La porte est ouverte à tous les partis qui se reconnaissent dans les termes de cette entente, a déclaré Paul Denis pour rejeter les accusations d'exclusion.

Le bloc des candidats de la Plate-Forme Tèt Ansanm, a qualifié mercredi d'anticonstitutionnel, le calendrier électoral publié dans le cadre des prochaines competitions électorales.

Le 1er tour des présidentielles et législatives est prévu pour le 8 janvier 2006, le 2ème tour le 15 février et les elections locales et municipales le 5 mars.

Aucune de ces dates ne respecte les prescrits de la constitution, a lancé M. Jean-Louis, déplorant que même la date de prestation des présiudents constitutionnels (7février) ait été violée.

Serge Jean Louis a plaidé en faveur de ce qu'il appelle un compromis politique avant l'organisation des elections dans le pays.

AHP 30 novembre 2005 1:55 PM


Le Coordonnateur du CONACED accuse les partis de l'entente pour la démocratie et  la modernité de plagiat et de piraterie politique

Port-au-Prince, 30 novembre 2005- (AHP)- Le Coordonnateur du Conseil National des partis non Alignés du Centre Démocratiques (CONACED), Osner Févry, a qualifié mercredi d'acte de piraterie politique l'entente dite de la démocratie et de la modernité signée récemment entre 9 partis et regroupements politiques de l'ancienne opposition.

Selon Osner Févry, cet acte est une copie fidèle de l'initiative ayant donné naissance au Conseil National des Partis Politiques.

M. Févry qui se dit contre toute forme de piraterie et de plagiat politiques, a dit toutefois reconnaitre aux membres de cette nouvelle alliance politique le droit d'emprunter cette idée moyennant a-t-il dit, que le concepteur ou le géniteur soit contacté et mis au courant.

Il affirme ne pas s'expliquer que les membres de la nouvelle alliance n'aient pas cru devoir inviter des  partis comme l'ADEBAH, le PNDPH, le GREH, pour donner plus d'ampleur à cleur initiative.

Me Févry en a profité pour critiquer la gestion du gouvernement intérimaire qui a échoué, a-t-il dit, sur toute la ligne.

Les élections qui devraient être organisées dans les 90 jours ayant suivi le départ précipité d'Aristide (29 février 2004), ne le sont pas après 2 ans, la sécurité de la population est encore sous la responsabilité de la communauté internationale, a déploré Osner Févry

Il a  également mis en garde ceux qui cherchent, a-t-il dit, à prendre le pouvoir pour assouvir leurs propres intérêts ou pour bénéficier d'avantages fiscaux et de franchises douanières.

AHP 30 novembre 2005 11:45 AM

 
Nouvelles du 29 novembre 2005


 

29 novembre ou la noyade d'élections dans le sang

Il y a aujourd'hui 18 ans, c'était le 29 novembre 1987, que des élections qui étaient censés être les premières élections libres et démocratiques d'Haïti, étaient noyées dans le sang.

Un massacre organisé par les autorités de l'époque et exécuté par des bandes de civils armés avec le support des Forces armées juste pour  barrer la route au candidat le plus populaire de l'époque et que tous  avaient pratiquementaccepté comme le prochain président d'Haïti, Gérard Gourgue, candidat du Front de Concertation (FN)

Il est vrai que des antécédents annonçaient des jours difficiles. Il est vrai qu'une campagne de diffamation avait été orchestrée contre ce candidat, que des incendies avaient été allumées dans les locaux du Conseil Electoral Provisoire, que des marchés publics avaient été incendiés, que des cadavres criblés de balles jonchaient quotidiennement les rues de la capitale et que des stations de Radio étaient sabotées, mais on ne pouvait s'imaginer que le cynisme et la folie du pouvoir allaient atteindre de telles extrémités.

Tôt dans la matinée du 29 novembre 1987, bravant le danger et les attaques meurtrières, les électeurs étaient nombreux dans la rue car, c'est la première fois qu'il nous est donné d'élire nous-même notre président, fatigués des régimes dictatoriaux et inconstitutionnels,  se disaient-ils.

Mais les bandes armées n'avaient pas d'état d'âme, pas de sensibilité. L'ordre reçu devrait être exécuté. Il s'agissait de robots programmés pour empêcher un homme de devenir président... par tous les moyens.

Le bureau de vote ciblé était celui installé dans une école publique de la ruelle Vaillant en plein coeur de la capitale, l'école Argentine Bellegarde.

Là, les marcenaires, avec en back-up à peu de distance,  des militaires habillés, ont ouvert le feu à bout portant sur des dizaines d'électeurs en ligne pour accomplir leur devoir civique. C'était le carnage.

Plus d'une dizaine d'entre eux tombèrent.

Et comme pour punir les citoyens de leur obstination après des semaines  de terreur, comme aussi pour les châtier de leur arrogance et de leur impertinence à vouloir décider de leur avenir à travers les urnes, les bandes armées ont criblé de balles les corps déjà inanimés, certains sont également mutilés à coups de  machette.

Un cameraman dominicain, Carlos Grullon, qui se trouvait dans ce bureau n'était épargné. Qu'est-ce qu'il faisait là, devaient se dire les tueurs.

Après ce drame répugnant dénoncé avec vigueur par des secteurs divers de la communauté internationale, des élections bidons allaient être organisées 1 mois et demi plus tard pour pondre un président qui allait lui-même être renversé après 4 mois.

"Nous avons repris ce que nous avons donné", ont lancé les putschistes et c'était le retour des régimes militaires inconstitutionnels.

En Haïti, l'histoire montre qu'une bonne catégorie de gens est plus confortable dans l'informel. Au diable  constitution et  lois qui croient pouvoir nous faire la loi et nous donner mauvaise conscience.

De fait, les élections qui suivirent les joutes avortées du 29 novembre connurent pratiquement le même sort puisqu'au moins 2 sur 3 débouchent sur  des coups d'état ou départs forcés.

18 ans après le massacre de la ruelle Vaillant, ne serait-il pas temps que tous reconnaissent le devoir de se plier aux choix de la majorité et d'accepter l'alternance politique, et non la violence, comme l'une des principales règle de la démocratie.


Lancement d'un Guide d'information sur le SIDA ", à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA du 6 au 8 d´´cembre 2005

Port-au-Prince, 29 novembre 2005 &endash;(AHP)- Le ministère de l'Education Nationale, de concert avec ONU/SIDA et l'UNESCO, a lancé ce mardi un ouvrage intitulé " Guide d'information sur le SIDA ", à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA le 1er décembre.

Il s'agit d'un ouvrage écrit dans le but d'aider les jeunes à mieux comprendre la nécessité de prendre toutes les précaution possibles pour éviter d'être infectés par le virus du SIDA.

Le ministre de l'Education nationale, Pierre Buteau, a mis l'accent sur la nécessité pour les professeurs des écoles privées et publiques de mener une campagne de sensibilisation contre le SIDA.

"Il est impératif pour les enseignaqnts de jouer leur partition pour aider à combattre ce fléau, a déclaré M. Buteau.

Pour sa part, le représentant de l'UNESCO, Gorge Ivan Espinal, a fait savoir que ce guide aidera les jeunes à avoir un comportement sexuel responsable.

Gorge Ivan Espinal appelle les jeunes à tirer le maximun de profit de cet ouvrage.

Le représentant de l'ONU/SIDA, Bocar Elimane Dia, a de son côté estimé que la lutte contre le SIDA doit être une lutte quotidienne dans le milieu scolaire puisque a-t-il dit, cette catégorie est la plus plus exposéeà cette maladie.

Le directeur général du ministère de la Santé Publique, Dr Michaël Léandre, a informé de l'ouverture de plusieurs centres dans le pays à l'intention des personnes infectées par le virus du SIDA.

Selon Dr Léandre, un nouveau centre sera inauguré le jeudi 1er décembre, à l'hôpital de l'Université d'Etat d'Haïti.

Il y a des médicaments à profusion pour les malades du VIH/SIDA, a-t-il souligné.

Près de cinq millions de personnes ont contracté le VIH dans le monde en 2005, soit le plus grand nombre de contaminations depuis qu'on a signalé le premier cas de séropositivité en 1981. En tout 40,3 millions de personnes vivent avec le virus, a annoncé l'Onusida.

AHP 29 novembre 2005 2:30 PM


Visite prochaine en haïti d'un responsable de l'Eglise épiscopale de l'Ouganda

Port-au-Prince, 29 novembre 2005 &endash;(AHP)- Le révérend Canon Gédéon Biamugisha de l'Eglise épiscopale de l'Ouganda sera en visite en Haïti.

Militant mondialement connu de la lutte contre le VIH/Sida, Canon Biamugisha revient en haïti après avoir été en juillet 2003 l'invité et intervenant spécial de 3 journées de travail réalisées par des églises et institutions chrétiennes engagées dans la lutte contre cette maladie.

Il a fait savoir qu'il revient en haïti pour se renseigner des progrès réalisés, les difficultés rencontrées et les leçons apprises en haïti depuis ces deux dernières années.

SA l'issue de sa visite le responsable épiscopal se propose de faire une adresse à l'intention des principaux acteurs de la lutte anti-sida.


Conflit MSSP/ finissantes de l'Ecole Nationale des Infirmières de Port-au-Prince: le ministère de la santé réaffirme sa détermination à leur faire subir de nouveaux examens avant l'octroi de tout diplôme

Port-au-Prince, 29 novembre 2005 &endash;(AHP)- Le ministère de la Santé publique et de la Population, a declare une nouvelle fois mardi qu'il n'entend pas revenir sur sa decision d'organiser un autre examen officiel à l'intention des étudiantes finissantes de l'Ecole Nationale des Infirmières avant de leur délivrer le diplôme de fin d'études.

Les finissantes de l'Ecole Nationale des Infirmières de Port-au-Prince et du Cap-Haïtien, ont  organisé plusieurs manifestations pour forcer les responsables du ministère de la Santé de la Publique à revenir sur cette décision

La titulaire de ce ministère, Dr Josette Bijou, a declaré à plusieurs reprises que ces étudiantes ne sont qualifiées pour administrer des soins aux malades et qu'elles doivent coute que coute réussir les examens d'Etat.

C'est aujourd'hui le tour du directeur général du MSPP, Michaël Léandre, de réaffirmer que le ministère est déterminé à aller jusqu'au bout.

"Il est dommage que les étudiantes tentent de faire croire qu'elles n'étaient pas prêtes à subir les premiers examens d'Etat organisés par le ministere et dont les questions avaient été choisis par les professeurs des écoles publiques d'infirmières", a-t-il fait savoir.

Le Dr Léandre a dit déplorer que les étudiantes de Port-au-Prince et du Cap-Haïtien aient affiché ce comportement seulement après leur échec,

Il a fait savoir que 100% des étudiantes de L'Ecole des Cayes et 60% de l'Ecole de Jérémie ont réussi les examens en question, alors que le taux de rússite pour les finissantes de Port-au-Prince et du Cap-Haïtien, était insignifiant, a dit  Michaël Léandre réitérant que les manifestations de rue n'aboutiront nulle part.

AHP 29 novembre 2005 3:25 PM


Le porte-parole militaire de la MINUSTAH dément qu'il y ait eu des tués samedi lors d'une intervention des casques bleus à Cité Soleil

Port-au-Prince, 29 novembre 2005 &endash;(AHP)- Le porte-parole militaire de la MINUSTAH, le colonel El Ouafi Boulbars, a démenti mardi les informations selon lesquelles plus d'une dizaine de personnes auraient été tuées samedi à Cité Soleil lors d'une opération militaire.

Plusieurs habitants du plus grand bidonville du pays ont fait état de 15 personnes tuées qui auarient été assimilées à des membres de gangs.

El Ouafi Boulbars, a fait savoir qu'il n'y a pas eu d'opérations militaires samedi mais des échanges  de tirs.

Les tirs ne sont pas nouveaux dans ce quartier populaire, ils sont quotidiens, a-t-il fait savoir, ajoutant que le casque bleu  blessé l'a été par des éclats de vitres alors qu'il se trouvait à bord de l'un des 2 véhicules endommagés.

Des civils armés avaient lancé, a-t-il dit, des cocktails molotov sur des véhicules de transport de troupes, a indiqué Boulbars, faisant savoir que les casques bleus avaient libéré une femme kidnappée et procédé à l'arrestation du nommé Ti Blan.

Les casques bleus de l'ONU en haïti, particulièrement lesz brésileins ont été accusés de massacre dans les quartiers populaires par des organoisations internationales de droits de l'homme  dont le national Lawyers guild.

Ces accusations ont porté plainte par devant la commission interaméricaine des droits de l'homme.

Le gouvernemenmt brésilien et la MINUSTAH ont toutefois rejeté ces accusations, leds qualifiant d'infondées.

AHP 29 novembre 2005 10:40 AM


Le directeur général de la mairie du Cap-Haïtien mis en disponibilité pour voir accusé le maire de corruption

Cap-Haïtien, 29 novembre 2005 &endash;(AHP)- Le délégué département du Nord, Georgemain Prophète, a décidé cette semaine de mettre en disponilité, le directeur général de la mairie de cette ville, Elima Joseph, suite à des révélations faites dans la presse par ce dernier selon lesquelles, le maire principal, Astryl Fleurant aurait détourné environ 550 mille gourdes de la caisse de l'institution.

Selon le délégué, cette décision a été prise sur ordre du ministre de l'Intérieur et des Collectivités Territoriales, Paul Gustave Magloire.

M. Prophète a dit déplorer que le directeur général ait choisi de dénoncer cette affaire par voix de presse. Il a toutefois fait savoir qu'une enquête sera ouverte sur le dossier pour déterminer la véracité des accusation

Pour sa part, le "directeur général" a qualifié d'insensée la décision du ministère de l'Intérieur puisque a-t-il dit, il n'a jamais été nommé fomellement à la mairie du Cap-Haïtien, mais fonctionnait comme  contractuel a-t-il dit.

Elima Joseph a déclaré ne pas comprendre comment on peut sanctionner celui qui a dénoncé lacorruption.

Je ne suis pas le seul a avoir fait ces révélation, un des mairesassesseur, Me Prince Osias les avait faites avant moi", a-t-il lancé.

AHP 29 novembre 2005 11:55 AM


Le gouvernement intérimaire octroie une licence au Consortium TCCN pour la construction d'un câble à fibres optiques en Haïti

Port-au-Prince, 29 novembre 2005- (AHP)- La Société Trans-Caribbean Cable Company (TCCC) a reçu du gouvernement haïtien une licence l'autorisant à installer un câble sous-marin appartienant au Consortium du Trans-Caribbean Cable Network (TCCN) qui le mettra en opération.

L'approbation du premier ministre intérimaire a été transmise par le ministre des travaux publics, transport et communication, l'ingénieur Fritz Adrien.

La première phase de la TCCN comprend l'installation de segments de câbles sous-marins à fibres optiques entre Miami, Haiti,Jamaïque, République Dominiicaine, Aruba, Vénézuela, et la Colombie.

Une liaison aditionnelle avec Porto-Rico et Curaçao sera incluse durant la première phase du projet..

Le projet TCCN se fonde sur le modèle d'investissement ouvert ,designé par le TCCC sous le titre "Modèle de consortium virtuel" (MCV).

Le president de la TCCC, M. Crawford, a adressé des remerciements au premier ministre provisoire, Gérard Latortue et au ministre des TPTC pour avoir octroyé cettte importante autorisation à la TCCN. Il a également rendu hommage aux efforts déployés par la société Focus Data qui a aidé à atteindre cet objectif

" Focus Data a collaboré de manière diligente avec la TCCN à la réalisation de ce projet", a indiqué M. Crawford.

La TCCC est l'entité qui gère les créations de la TCCN. L'équuipe de gestion de la TCCC compte plus de 100 ans d'expérience combinée en matière de planification, de construction, dde fonctionement et d'entretien de câbles sous-marins.

Les autorités intérimaires ont également auutorisé l'installation d'un autre câble sous-marin en provenance des Bahamas à partir d'une compagnie locale qui est en consortiuum avec la compagnie haïtienne de tél´phone Téléco.

AHP 29 novembre 2005 11:40 AM


Nouvelles du 28 novembre 2005

***L'Exécutif a publié lundi en fin de journée l'arrêté convoquant le peuple en ces commices. Les dates du 8 janvier, 15 février et 5 mars 2006 décidées par le Conseil electoral provisoire et corrrespondant aux premier et second tours des présidentielles et législatives et aux municipales et locales, sont retenues dans l'arrêté présidentiel..

La passation des pouvoirs devraient avoir lieu le 24 février 2006, selon l'arrêté, la date du 7 févrrier prévue par la constitution ne pouvant être respectée.


Le candidat à la présidence René Préval plaide pour l'amélioration des relations haïtiano-dominicaines

 

Santo-Domingo, 28 novembre 2005- (AHP) Le candidat de la Plateforme de l'Espoir, René Garcia Preval, a exhorté dimanche les dirigeants haïtiens et dominicains ainsi que les representants de la societé civile des deux pays à travailler ensemble pour préserver l'harmonie et la paix entre les deux peuples qui se partagent l'île.

L'ancien président (1996-2001) a fait ces déclarations lors d'un entretien televisé accordé à Rafael Nunez, Chef  du service de presse de la presidence  dominicaine et diffusé sur les chaînes RNN/27, Tele Centro, et 23.

M. Preval a  reconnu que l'immigration clandestine en terre etrangère crée des difficultes de gestion dans les pays d'accueil tels que les Bahamas, la Guyanne, la France, les Etats Unis et la Republique Dominicaine particulierement, dont l'une des mesures de contrôle peut être les rapatriements.

Cependant, il a souligné que les rapatriements doivent s'effectuer de façon ordonnée et dans le respect des principes internationaux.

Il a rappelé que sous son administration, les deux pays avaient signé un accord sur les conditions de rapatriements.

C'´est un bon accord même si son application doit etre ameliorée", a indiqué le candidat à la présidence, ajoutant que "nous travaillerons avec le gouvernement dominicain pour ameliorer cette situation".

L'immigration haitienne  est provoquée, a-t-il dit, par les difficultes internes d'Haiti et par les différences liées au niveau du développement des pays d'acceuil des migrants haitiens.

La solution fondamentale à ce probleme, c'est le developpement d'Haiti, a martelé Préval, plaidant pour un rapprochement entre les differentes couches sociales haitiennes qui vivent toutes dans des ghettos: Les masses defavorisees vivent dans les ghettos de la misère et les élites dans les ghettos de l'insécurité,  a t-il précisé.

Preval qui n'avait jusqu'ici  accordé aucune entrevue à un media local ou international, s'est montré par ailleurs optimiste dans le cadre du  processus electoral, malgre des difficultés de parcours qu'il n'a toutefois pas énumerées.

Le chef  du service de presse de la présidence  dominicaine a également eu des entretiens avec d'autres candidats à la présidence dont Leslie Manigat et Serge Gilles ainsi qu'avec l'Ambassadeur Dominicain Jose Serulle Ramia et le Nonce Apostolique.

AHP 28 novembre 2005 11:40 AM


Latortue très critique vis-à-vis de la communauté internationale  et du président Léonel Fernández

Santo-Domingo, 28 novembre 2005- Le premier Ministre provisoire Gerard Latortue s'est montré dimanche très critique vis-à-vis de la communuate internationale par rapport à la situation en haïti.

Dans une interview accordée au chef du service de presse de la présidence dominicaine, Rafael Nunez, M. Latortue a fait état de rivalités entre les differents organismes de la communaute internationale presents en Haiti dans le cadre du processus électoral.

Latortue a signalé comme  problème fondamental le manque de cohésion entre des institutions comme l'OEA, la Minustha et le PNUD qui jouent, a-t-il dit, des rôles differents.

"Ils s'occupent à la fois de la production, de la distribution des cartes electorales, de la securité  et du financement", a ironisé le premier ministre provisoire.

Latortue a également déploré un manque de coordination entre ces institutions et les membres du Conseil électoral provisoire chargé de réaliser les élections.

"La présence de tant d'etrangers et d'organisations est un facteur de complication pour le processus electoral" a dit Latortue qui a également lancé des flèches à l'endroit du CEP.

Le processus evolue de facon tres difficile. Et c'est pour la premiere fois en Haiti, qu'il y a un conseil electoral formé depuis 18 mois, mais qui n'arrive même pas à fixer un calendrier electoral définitif", a-t-il critiqué.

M. Latortue a toutefois reitéré saon engagement et celui du president provisoire Boniface Alexandre à  transmettre le  pouvoir aux nouvelles autorités.

"Si nous n'avons pas un président au palais national le 7 fevrier, nous en aurons un au moins au cours du mois de fevrier" a t-il promis.

(L'exécutif a publié officiellement lundi l'arrêté convoquant le peuple en ces commices après avoir reçu du CEP un projet de calendrier  fixant le premier tour des présidentielles  et législatives au 8 janvier, le deuxième tour au 15 février 2006 et les municipales et locales au 5 mars).

Le premier ministre intérimaire haïtien a exprimé par ailleurs une certaine frustration par rapport à la distance affichée par le président Léónel Fernández.

Lorsque le president Leonel Fernandez a ete elu, c'était une  grande satisfaction" "J'ai pense que cette periode serait la periode d'or dans les relations entre les deux pays, malheureusement ce n'est pas le cas" s'est plaint Latortue, ajoutant toutefois qu'une visite du mandataire dominicain serait pour lui et pour sa gestion "la derniere grande satisfaction" et serait la preuve de l'amite du president Fernandez pour le peuple haitien.

En deux occasions, après avoir annoncé pompeusement la visite de Leonel Fernandez, les autorités intérimaires ont dû se contenter des excuses de ce dernier à la derniere minute.

La visite la semaine dernière à Port-au-Prince du chef du servive de presse de la présidence dominicaine, Rafael Nunez,  repondrait, selon certains milioeux dominicains, à une strategie mediatique du gouvernement Fernández pour faire baisser les critiques internationales, plus particulièrement l'interet affiché par les grands medias américains à  la situation difficile des haitiens en République dominicaine.

Dans un article publié récemment, le New York Times faisait etat de pratiques xenophobes et d'assasinats de citoyens haitiens en Republique Dominicaine.

AHP 28 novembre 2005 11:40 AM


Le secrétaire général du CARLI critique le mauvais fonctionnement de l'appareil judiciaire et dénonce les violations de la constitution

Port-au-Prince, 28 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le secrétaire général du Comité des Avocats pour le Respect des Libertés Individuelles (CARLI), Renan Hédouville, a critiqué samedi le mauvais fonctionnement de l'appareil judiciaire haïtien.

Interrogé sur des cas répétés de détention préventive prolongée, Me Hédouville a dénoncé ces pratiques tout en rappelant que la constitution prévoit un délai de 48 heures pour qu'une personne arrêtée soit déférée par devant son juge naturel.

Et quand il n'y pas suffisamment de preuves, quand on ne  peut pas avancer les corps du délit ou quand se trouve dans l'incapacité de constituer  un dossier valable , on n'a pas le droit de garder quelqu'un en prison, a encore souligné Renan Hédouville précisant que la liberté est la règle, la prison est exception.

"Tout individu arrêté par la police est présumé coupable tant qu'il n'a pas été  entendu par un juge compétent et impartial", a rappelé Me Hédouville, le projet de l'exécutif de faire passer la durée de garde à vue de 2 à 5 jours.

Renan Hédouville qui critique ce qu'il appelle les violations répétées de la constitution par le régime intérimaire, a qualifié de scandale la préparation par le CEP d'un projet de calendrier électoral qui ignore totalement la date du 7 février, date à laquelle les présidents élus doivent prêter serment, selon la constitution.

Le responsable du CARLI appelé à la libération des prisonniers d'opinion et de conscience qui croupissent derrière les barreaux depuis bientôt 2 ans.

Il appelle à  la refonte du système judiciaire afin de r´soudre les problèmes de justice en haïti.

Une vive polémique est en cours depuis une semaine, suite aux critiques formulées par des responsables de la police et certaines organisations de droits de l'homme à la suite de la libération jugée arbitraire de certains individus arrêtés pour crimes.

le chef de cabinet du ministre de la justice, Carlos Hercule, tout en estimant que la justrice perut avoir commis des erreurs, a fait savoir que bce gent=re de critique est susceptible de fragiliser davantage l'appareil judiciaire.

Pour sa part, le bâtonnier de l'ordre des avocats, Gervais charles a critiqué certaines organisatiuons de droits de l'homme que se donnent des licences pour lancer des critiques qu'elles ne sont même pas capabvle d'étayer, a-t-il dit.

AHP 28 novembre 2005 12:00 PM



Entente pour la démocrattie et la moderité entre un groupe de 8 partis de l'ancienne opposition

Port-au-Prince, 28 novembre 2005 &endash;(AHP)- Des représentants d'un groupe de 8 partis politiques comprenant la Fusion des sociaux democrates, le Grand Front centre droit, le parti Allyans, le MOCHRENA, le Rassemblement des démocrates nationaux progressistes, l'Organsation du peuple en Lutte, l'Union de Chavannes Jeune et le Regroupement RESPE/KONBA de Charles Henri Baker ont signé lundi à Port-au-Prince une entente dite de la modernité et de la démocratie.

Ces organisations politiques qui estiment faire partie des formations les plus significatives ont fait savoir que dans le cas où un 2ème tour est nécessaire pour les élections présidentielles et que le candidat de l'une des formations de l'entente accède au second tour, les autres formations feront bloc avec lui pour le second tour.

Au cas où le candidat à la présidence de l'une des formations sus-citées accède à la présidence dès le premier tour , il accepte de former un gouvernement d'entente nationale et d'ouverture tout en respectant le principe de la majorité parlementaire, conformément à la constitution, indiquent encore oles signataires..

Plusieurs partis membres de cette entente avaient appelé récemment à la présentation d'une candidaure unique pour barrer la route au candidat de la Platefome de l'espoir, l'ancien président René Préval..

AHP 28 novembre 2005 12:00 PM

 
Légère baisse sur les prix du carburant: les syndicats de chhauffeurs insatisfaits; l'ANADIPP fait la grève pour exiger une augmentation de sa marge de profit

Port-au-Prince, 28 novembre 2005 &endash;(AHP)- Les autorités intérimaires ont revisé légèrement à la baisse les prix des produits pétroliers en Haïti.

Le Sans plomb qui se vendait à 177 gourdes est passé à 165 gourdes ; le gasoline 91 est passée de 173 à 146 gourdes.

Le gallon de diesel se vend actuellement à 109 gourdes contre 116 gourdes et le kerosene se vend à 103 gourdes.

A noter que les nouveaux prix n'étaient pas effectifs dans plusieurs stations service  pendant  le week-end écoulé.

Les tarifs des différents circuits à Port-au-Prince et dans les villes de province communiqués par le ministère des affaires sociales, ne sont pas non plus effectifs.

Parallèlement, les stations service n'ont pas débité de carburant ce lundi en raison de la grève de l'Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers.

L'ANADIPP qui a fait la grève ce lundi pour exiger une augmentation de sa marge de profit, informe avoir mis un terme à ce mouvement suite à des garaanties du gouuvenement.

Le responsable de la Fédération des Transporteur Publics Haïtiens, Rétès Réjouis, s'est elevé contre le mouvement de l'ANADIPP puisque a-t-il dit, les intérêts de cette institution sont les mêmes que ceux du gouvernement.

En ce qui a trait aux nouveaux prix du carburant M. Réjouis a annoncé que les syndicats vont se réunir pour determiner si ces nouveaux prix sont en conformité avec la baisse enregistrés sur le marché international

Dans le cas contraire, les syndicats se mobiliseront pour forcer l'état haïtien à corriger la situation, a annoncé M. Réjouis.

Pour leur part, des chauffeurs de transport en commun estiment  que les baisses annoncées sont insignifiantes après 3 hausses successives des prix du carburant.

Ils ont également appelé les autorités intérimaires à s'entendre avec l'ANADIPP puis que ont-ils dit, si dans les prochaines heures, les pompes ne recommencent pas à fonctionner, ils seront obligés d'immobiliser leurs véhicules.

AHP 28 novembre 2005 2:35 PM


 

Publication de l'ouvrage de  Mirlande Manigat, Guide Alphabétique pour les elections 2005

Port-au-Prince, 28 novembre 2005 &endash;(AHP)- La candidate au Sénat pour le département de l'Ouest, Mme Mirlande manigat, a publié  ce lundi son livre intitulé " Guide Alphabétique pour les elections 2005 ".

Cet ouvrage réalisé grace au support de l'organisation feminine Fanm Yo la ,définit toute une série de mots et d'expressions visant à aider les citoyens et les citoyennes à mieux se comporter dans le cadre du déroulement des élections..

On peut citer par exemple, les termes abstention, Ballotage, Assemblée municipale, BED ectÉ

La responsable de Fanm Yo La, Marie Laurence Jocelyn Lassègue, a fait savoir  que son organisation a pris toutes les dispositions  pour distribuer gratuitement ce livre dans les 10 département géographiques du pays.

Cet ouvrage contribuera énormément à faire l'éducation civique des citoyens et des citoyennes avant l'organisation du prochain scrutin, a indiqué Mme Lassègue.

Pour sa part, l'auteur, Mirlande Manigat, a fait savoir que cette initiative entre dans le cadre de ses intérêts à voir se réaliser de bonnes elections en haïti.

Elle a exprimé le souhait que la publication de ce livre serve effectivement de guide à tous les citoyens et à toutes les organisations dans le cadre du prochain scrutin

Mme Manigat invite tous les citoyens à assumer leurs responsabilités s'ils souhaitent que les prochaines élections soient honnetes, crédibles et démocratiques.

Le vice-président du Conseil Electoral Provisoire, Freud Jean, a lui aussi salué cette initiative jugée louable.

Freud Jean a promis de promouvoir la traduction de ce livre en créole dans le but, a-t-il dit, de rendre son utilisation plus facile à toutes les couches de la société.

Il a également promis  d'encourager l'utilisation de cet ouvrage par le CEP dans sa campagne d'éducation civique.

AHP 28 novembre 2005 3:55 PM



Nouvelles du 25 novembre 2005

Le président du CEP confirme la transmission d'un projet de calendrier électoral à la présidence

Port-au-Prince, 25 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le président du Conseil Electoral Provisoire, Max Mathurin, a confirmé vendredi qu'un projet de calendrier electoral a bien été acheminé à la présidence pour publication.

"Conformément aux dispositions de l'article 30 du décret electoral, le CEP a solicité du pouvoir exécutif, la publication de l'arrêté de convocation des assemblées électorales et la convocation du peuple en ses commices, le 8 janvier 2006 pour élire le nouveau president de la République, 30 sénateurs et 99 députés", a indiqué M. Mathurin.

Le 2ème tour des présidentielles et législatives est fixé au 15 février et les municales et locales au 5 mars.

Max mathurin a fait savoir que ces dates ont été choisies à l'unanimité après plusieurs séances de travail avec tous les acteurs impliqués dans le processus électoral.

Tout sera prêt pour les prochaines joutes aux dates annoncées, a assuré M. Mathurin.

Les dates des élections ont été reportées à plus de 3 reprises au cours de ces 4 derniers mois.

Un autre responsable du Conseil Electoral Provisoire, Louis Gerson Richemé, avait confié tôt dans la matinée à Radio Solidarité que ces nouvelles dates ont été retenues après de nombreuses considérations pour éviter tout nouveau  désappointement.

En ce qui a trait à la distribution des cartes d'identification nationale, Louis Gerson Richemé a donné la garantie que cette opération prendra fin le 26 décembre 2005.

Il a appelé les candidats à redoubler d'ardeur dans leur campagne en restant en contact permanent avec le CEP, et pressé les partis politiques de soumettre les 40.000 noms obligatoires  en vue d'obtenir les subventions promises par l'Etat .

Louis Gerson Richemé appelle également à la collaboration pleine et entière de tous les acteurs impliqués dans l'organisation des élections afin que ces joutes soient libres, honnêtes, démocratiques et se réalisent sans bavures.

Pour sa part, le conseiller électoral, Patrick Féquière, s'est déclaré satisfait des avancées jugées considérables réalisées a-t-il dit, au niveau du Conseil Electoral Provisoire.

M. Féquière a également salué l'entente trouvée entre le CEP et la MINUSTAH en terme de planification logistique pour l'acheminement du matériel électoral dans tous les centres de vote aux dates voulues.

Le conseiller électoral s'est montré toutefois prudent puisqu'il reste beaucoup à faire notamment a-t-il dit, dans la distribution des cartes d'identification nationale, la finalisation des bases de données relatives aux électeurs pour que chacun d'entre eux  sache exactement où voter le jour du scrutin.

" La messe n'est pas encore dite, le CEP aura encore à faire ses preuves dans la distribution des cartes d'identification nationale ", a expliqué M. Féquière qui déclare compter beaucoup sur le concours de la presse et de la communauté internationale.

Il a averti que les risques de fraudes électorales et des vices de procédures existent encore. "Il faut rester vigilant et prêt à les dénoncer", a-t-il dit..

AHP 25 novembre 2005 2:05 PM


Réactions au projet de calendrier électoral envoyé par le CEP à l'Eécutif intérimaire

Port-au-Prince, 25 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Un responsable de la Fusion des Sociaux Démocrates Haïtiens, Micha Gaillard, a déclaré vendredi que la présentation du projet de calendrier électoral à la présidence n'a pas comblé l'attente de la Fusion dans la mesure où cette plate-forme politique avait toujours souhaité que les élections se réalisent à la fin de l'année de l'année 2005, pour respecter l'échéance du 7 février 2006.

Le 1er tour des présidentielles et des législatives est prévu pour le 8 janvier 2006, le 2ème tour  pour le 15 février  tandis que les municipales et locales  sont fixées au 5 mars.

M. Gaillard a dit toutefois comprendre que le Conseil Electoral Provisoire n'a pu tenir ces promesses en raison a-t-il dit, des contraintes de toutes sortes comme l'absence de volonté politique, les problèmes financiers et techniques.

Nous prenons acte  de ce calendrier et appelons à son respect  en vue de l'installation du président qui sera issu des prochaines joutes au mois de février pour éviter tout éventuel trouble dans le pays, a dit M. Gaillard qui appelle les partisans et les candidats de la Fusion à se lancer de toutes leur force dans la course électorale pour remporter le scrutin dès le 8 janvier.

Il du même coup annoncé l'ouverture de la campagne électorale de la Fusion qui n'attendait, a-t-il dit, que la publication du calendrier électoral pour se lancer effectivement dans la bataille, tout en exprimant le souhait que le gouvernement subventionne les partis politiques.

Pour sa part, le leader de l'Alliance pour la Libération et l'Avancement d'Haïti (ALLAH), Reynold Georges, a déclaré que ce calendrier est inconstitutionnel puisque, a-t-il dit, la constitution prévoit des élections dans un délai ne dépassant pas 90 jours dans nles circonstance qui ont favorisé l'avènement l'avènement du régime intérimaire.

Me Georges a également rappelé que la constitution veut que les élections se réalisent le dernier dimanche du mois de novembre soit le 27 novembre 2005.

Selon lui, la publication de ces dates vient renforcer les prises de position des candidats à la présidence écartés de la course, Samir Mourra et Dumarsais Siméus qui estiment que la d´´cison du CEP à leur encontre n'est nullement motivée par des exigences constitutionnelles.

Reynold a toutefois fait savoir qu'il restera dans la course et  se dit confiant quant à sa victoire au prochain scrutin en raison de sa pupularité.

Le candidat de l'ALLAH a critiqué par aileurs l'action du régime intérimaire, estimant que les conditions de vie de la popuilation sont devenues bien plus difficiles depuis le départ précipité du président Aristide le 29 février 2004.

"Une caisse de hareng saur qui se vendait 625 gourdes avant cette date se vend aujourd'hui 2000 gourdes", a déploré le candidat à la présidence, ajoutant que l'insécurité a pris de nouvelles proportions depuis ces 21 derniers mois. (1$ US = 43,50 gourdes

Le candidat à la présidence du Mouvement Chrétien pour une Nouvelle Haïti, Luc Mésadieu, a de son côté déclaré n'avoir aucun problème avec la date du 8 janvier 2006 pour le prtemier tour des présidentielles et législatives.

Luc Mésadieu a toutefois exprimé des réserves sur la formule d'élections en 3 temps puisque a-t-il dit, elles seront trop coûteuses surtout pour les partis politiques ne disposant pas de gros moyens financiers.

Selon lui, le 2ème tour des présidentielles et des législatives ainsi que les municipales et locales pourraient se tenir le 29 janvier 2006, ce qui permettrait de respecter a-t-il dit, l'échéance du 7 février 2006.

AHP 25 novembre 2005 1:30 PM


L'ANADIPP menace de suspendre la distribution du fuel pour exiger une augmentation de ses marges de profit et la révision à la baisse des prix à la pompe
 

Port-au-Prince, 25 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le ministre de l'économie et des finances, Henri Bazin, a confirmé vendredi que des négociations sont en cours avec l'Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP), sur une éventuelle baisse des prix du carburant.

L'Association Nationale des Distributeurs de Produits Pétroliers (ANADIPP), avait menacé  auparavant d'arrêter toutes ses activités de distribution à partir du lundi 28 novembre prochain pour exiger l'aboutissement des négociations entamées avec les pouvoirs publics sur la question de ses marges de profit et une baisse immédiate des prix à la pompe.

L'ANADIPP dit déplorer que les pouvoirs publics maintiennent inchangés les prix à la pompe, en dépit de la baisse des coûts de ces produits à l'importation.

L'association qui affirme déplorer  les inconvénients que causera l'application d'une telle mesure, en appelle à la compréhension de tous les citoyens.

Une source proche du ministère de l'Economie et des Finances avait indiqué plus tôt dans la matinée  à Radio Solidarité que les autorités monétaires sont  en discussion avec les responsables de l'ANADIPP autour de la reconsidération de leur marge de profit.

La source qui n'a pas voulu commenter les menaces de l'ANADIPP, les a toutefois  assimilées à des pressions.

Concernant la question de la baisse des nouveaux prix à la pompe, la même source a fait savoir que c'est le ministre des Finances, Henri Bazin lui-même qui les avait  annoncés en raison de la baisse des prix du carburant sur le marcé international.

Les nouveaux prix devraient entrer en vigueur dès la semaine prochaine avec l'épuisement du stock en cours de distribution. Une autre source a assuré qu'ils pourraient être fixés dès ce week-end.

Réagissant à la prise de position de l'ANADIPP, un des respobsable de la PAPDA, Camille Chalmers, a fait savoir qu'elle vient donner raison au Comité luttant contre la cherté de la vie et en faveur de la baisse des prix du carburant.

L'Etat haïtien est vigilant uniquement quand les prix du fuel grimpent, mais fait la sourde oreille quand des baisses sont enregistrées, a lancé M. Chalmers qui dit toutefois reconnatre que l'ANSADIPP est en train de défendre ses propres intérêts en mettant en avant le dossier de la baisse des proix à la pompe.

Des chauffeurs ont également réagi sur sur cette affaire. Une dizaine d'entre eux interrogés ce vendredi appelle à une baisse substantielle des prix.

Ils ont également fait savoir que si l'ANADIPP se montre sensible sur la question de la révision des prix à la pompe, c'est parce que ses intérêts sont lésés.

AHP 25 novembre 2005 10:30 AM


L'Association Nationale des Femmes Victimes des Coopératives dénoncent les violences de toutes sortes exercées contre les femmes à l'occasion de la journée internationale contre la violence faite aux  femmes

Port-au-Prince, 25 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; La présidente de l'Association Nationale des Femmes Victimes des Coopératives (ANFVC), Margareth Fortuné, a salué vendredi le courage des femmes haïtiennes, à l'occasion de la journée internationale contre la violence faites aux  femmes.

Dans une déclaration à Radio Solidarité, Mme Fortuné a dit déplorer que les droits des femmes continuent d'être violés de diverses manières dans le pays, en dépit a-t-elle dit, des beaux discours contre ces pratiques.

Elle en a profité pour critiquer l'attitude du gouvernement intérimaire qui, a-t-elle dit, avec la complicité de la MINUSTAH, a dispersé le 27 octobre dernier, une manifestation des femmes victimes des coopératives en faillite, qui réclamaient réparation et dédommagement.

Mme Fortuné a également dénoncé la ministre de la Santé Publique, Dr Josette Bijou qu'elle accuse de  violence morale et psychologique sur les étudiantes finissantes de l'Ecole Nationale des Infirmières, en les forçant à subir des examens officiels, sous prétexte de protéger la population, a-t-elle dit.

Selon Margareth Fortuné, ce type de comportement prouve que les autorités ne respectent pas les droits des femmes dans le pays et qu'elles ont choisi de leur  fermer la bouche par la violence.

La responsable de l'ANFVC a également fait état des cas de nombreuses femmes violées  et tuées par balles  durant l'année 2005 notamment l'assassinat récemment d'une étudiante en 5è année de la Faculté de Médecine de l'Université Notre Dame, Jenny Daniel.

Elle a également rappelé la situation de petites marchandes victimes  d'incendie cette année et dont le cas ne serait pas pris en considération.

Sur le plan politique, Margareth Fortuné a déploré qu'il y ait une seule femme sur  35 candidats à la présidence.

C'est là une manifestation du refus des leaders politiques de laisser les femmes occuper des espaces de pouvoir

Cette journée devrait être une journée de réflexion pour les femmes de tous les secteurs de la vie nationale  en vue de trouver la meilleure façon de combattre les violences de toutes sortes exercées contre les femmes, a estimé Margareth Fortuné.

Elle appelle les femmes à participer à la vie politique de leur pays et à se rendre massivement aux urnes pour que les choses changent.

AHP 25 novembre 2005 11:40 AM

 


Nouvelles du 24 novembre 2005

Le candidat à la présidence, Charles Henri Baker, se présente  comme celui qui peut apporter les changements que souhaite la population haïtienne

Port-au-Prince, 24 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le candidat à la présidence, Charles Henri Baker, s'est présenté mercredi comme celui qui peut apporter les changements que souhaite la population haïtienne.

M. Baker qui présentait son programme politique au karibe Convention Center à port-au-prince, a promis d'être un président honnête qui sera au service des haïtiens, s'il arrive au pouvoir.

L'ancien No 2 de la plateforme des 184 a appelé ses partisans à assumer leurs responsabilités en le votant massivement lors des prochaines présidentielles dont la date n'est toujours pas fixée

Un des responsables de son équipe de campagne, l'économiste Pierre Marie Boisson, a donné l'assurance qu'avec la victoire de Baker aux prochaines élections, les quartiers et les régions marginalisés auront un bien meilleur visage.

Les gens vivant dans les quartiers populaires de Cité Soleil, du Bel-Air, et de Grand'Ravine, ne seront plus des marginaux, a-t-il dit, reconnaissant que si les habitants de ces quartiers se livrent à la violence, c'est le plus souvent  en raison de leurs conditions de vie infra-humaine.

M. Boisson a également annoncé l'entreprise de travaux d'infrastructures de grande envergure sous une éventuelle présidence Baker.

Les principales villes du pays dont Port-au-Prince, Gonaïves, Cayes, Cap-Haïtien, Jérémie seront propres, sécurisées et  dotées d'aéroports de ports modernes, a-t-il assuré

Il a promis que l'ordre et la paix seront rétablis dans le pays si l'industriel  arrive au pouvoir le 7 février 2006 puisque a-t-il dit, avec l'ordre et  la paix, ce sera aussi le travail.

Pierre Marie Boisson a enfin prôné l'établissement d'un état de droit  où il y ait de la cohésion sociale, condition essentielle a-t-il dit, pour bâtir Haïti.

De hauts responsables et membres du Groupe des 184 (fer de lance de la lutte anti-Aristide), avaient pris leur distance d'avec M. Baker avec notamment des messages sur internet.

Un d'entre eux, Anthony Barbier, avait même lancé entendre sur les ondes de radio que si "Charlito" acc´dait à la présidence, il serait un dictateur.

AHP 24 novembre 2005 11:00 AM


Un porte-parole militaire de la MINUSTAH promet l'ordre et la paix pour bientôt dans le bidonville de Cité Soleil

Port-au-Prince, 24 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Un porte-parole militaire de la MINUSTAH, le colonel marocain, El Ouafi Boulbars, a assuré jeudi que les casques bleus rétabliront bientôt l'ordre et la sécurité dans le quartier populaire de Cité Soleil qui représente, a-t-il dit, un grand défi.

" Nous attendions des renforts et nous en avons reçu ", s'est réjoui M. Boulbars.

Il est inadmissible, a-t-il dit, que les habitants de ce quartier continuent de vivre à la merci des bandes armées, dans un climat de violence invivable.

Le responsable de la MINUSTAH en a profité pour informer que les opérations de la force onusienne se sont intensifiées ces dernières semaines, à travers tous le pays particulièrement dans la capitale haïtienne et que les resultats ont été payants, a-t-il dit.

Le 15 novembre, a-t-il dit, des patrouilles militaires ont échnagé des tirs avec des hommes armés à Cité Militaire et à Cité Soleil et récupéré un véhicule vole.

"Le 16 novembre, 4 bandits ont été tués lors d'échanges de tirs avec la MINUSTAH à Cité Militaire et 33 autres arrêtes, a dit  Boulbars rapportant également que les cadavre de 2 personnes ont été découverts à Petit-Goâve et à Cité Militaire.

Il a également  fait savoir que plusieurs armes illégales ont été saisies et des véhicules volés récupérés, lors d'inteventions des casques bleus.

Le colonel marocain a démenti par ailleurs les accusations portées par un groupe d'organisations internationales de droits de l'homme contre les soldats breesileins de la MINUSTH accusés de massacres dans les quartiers populaires.

Selon ces organisations dont le national lawyers Guild, 63 personnes auraient été tuées au cours de ces attaques.

El Ouafi Boulbars a rejeté ces plaintes, faisant savoir que les casques bleus  sont dessoldats  respectueux des droits de l'homme

AHP 24 novembre 2005 2:20 PM


La MINUSTAH  présente  un plan de sécurité intégré en vue du bon déroulement des prochaines élections

Port-au-Prince, 24 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; La Mission des Nations- Unies pour Stabiliser Haïti (MINUSTAH), a présenté jeudi un plan de sécurité intégré en vue du bon déroulement des prochaines compétitions électorales en Haïti.

Selon M. Jean Lafaille, coordonnateur des relations entre la MINUSTAH et la Police Nationale dans le cadre des élections,  ce plan vise à identifier le rôle exact  de chaque intervenant, à faciliter la communication et la coordination entre les organismes, identifier les lieux à haut risque, les points chauds et les points rouges.

Ce plan vise également à renforcer la capacité de la police nationale haïtienne à tous les niveaux, a indiqué M. Lafaille, précisant que ce plan opérationnel incluera des policiers nationaux, ceux des Nations Unies (UNPOL) et des soldats de la force onusienne.

Une troupe sera déployée, a-t-il dit, dans chaque région tout au long du processus électoral.

Pour sa part, le porte-parole de la MINUSTAH, le colonel marocain, El Ouafi Boulbars, a fait savoir que la  MINUSTAH dispose de moyens adéquats pour accomplir sa mission dans les meilleures conditions.

Des démarches ont  déjà été entreprises par le conseil de sécurité pour renforcer la sécurité des prochaines élections.

Un bataillon jordanien arrivé récemment dans le pays, a commencé, a-t-il dit, à se déployer sur le territoire national depuis le mercredi 23 novembre,

Un bateau argentin est également arrivé à Port-au-Prince le 16 novembre dernier, avec à bord, des équipements et matériel logistique pour les différentes unités de la MINUSTAH, a informé M. Boulbars.

Des médecins et des infirmiers sont venus également renforcer l'hôpital argentin de la force onusienne, a ajouté M. Boulbars qui rappelle que l'effectif actuel de la force militaire est de 7272 casques bleus.

Il a souligné que le renforcement de la force onusienne adopté dans la résolution 1608 du 21 juin dernier, ne dépassera pas 5500 soldats.

Un autre porte-parole de la mission onusienne Damian Onsès Cardona, a quant à lui fait savoir que la MINUSTAH travaille activement avec le Conseil Electoral Provisoire en vue de l'organisation de bonnes élections dans le pays, dans le plus bref délai.

46 formateurs  principaux d'agents électoraux sont déjà  déployés à travers tout le territoire national, a fait savoir M. Cardona.

La MINUSTAH est en train d'identifier les 1325 agents électoraux et les 809 responsables de bureaux de vote qui seront formés par les formateurs sus-mentionnés.

Le CEP bénéficie également de l'appui logistique de la MINUSTAH pour l'acheminement et la distribution des cartes électorales, a encore annoncé M. Cardona.

AHP 24 novembre 2005 1:10 PM


L'ambassadeur de la Suisse en Haïti appelle à la réduction de l'insécurité en Haïti  et suggère un effectif policier de 20.000 hommes

 

Port-au-Prince, 24 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; L'ambassadeur de la Suisse en Haïti, Bertrand Louis, a appelé jeudi les autorités haïtiennes à agir vite en vue de réduire l'insécurité en Haïti, à l'approche des prochaines joutes électorales.

Le diplomate intervenait à l'occasion du lancement par le PNUD et la MINUSTAH d'un ouvrage de Robert Muggah titré: haïti, chemin de la transition, et traitant des moyens stratégiques pour aider à concrétiser le projet désarnement, démobilisation et réinsertion (DDR)

Le diplomate a  invité les responsables de partis politiques à accorder une place de choix dans leur agenda, à la question de la sécurité.

Bertrand  Louis qui dit reconnaitre que les 6000 policiers formant l'effectif actuel de la Police nationale ne peuvent  assurer la sécurité des 8 millions d'haïtiens, a suggeré de faire passer l'effectif de policiers à au moins 20.000 hommes en vue d'un meilleur contrôle du territoire.

Un telle disposition fera baisser automatiquement l'insécurité qui gagne du terrain dans le pays.

Le représentant permanent du PNUD en Haïti, Adama Guindo, s'est déclaré lui aussi préoccupé par le phénomène de l'insécurité qui prévaut actuellement en Haiti.

Adama Guindo a réaffirmé la determination des Nations Unies à réduire la violence dans le pays, tout en réclamant la collaboration de tous les secteurs dans cette entreprise.

AHP 24 novembre 2005 3:55 PM


Les elections, passage obligé pour la nation haïtienne, selon un représentant du régime intérimaire

Port-au-Prince, 24 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le délegué départemental de l'Ouest, Michel Bernadin, a fait savoir jeudi que l'organisation des elections est un passage obligé pour la nation haïtienne.

Michel Bernadin a fait ces declarations à l'occasion d'une conference/débat organisée par l'organisation estudiantine Grand Rassemblement National des Etudiants Haïtiens (GRANDEH) et l'OEA sur les grandes próccupations du pays.

Sans des élections, le pays risque de sombres dans de graves incertitudes, a-t-il pr´venu, appelant les partis politiques à rejeter la violence pour favoriser  le bon déroulement du prochain scrutin.

Michel Bernadin, appelle les acteurs à respecter les résultats du vote et

le gouvernement et la MINUSTAH à lancer un grand programme d'éducation civique.

L'organisation des prochaines elections est un défi pour les haïtiens et la communauté internationale.

AHP 24 novembre 2005 3:25 PM


Précisions sur le mode de distribution des cartes électorales: le porte-parole du CEP annonce comme imminente la publication du calendrier des élections

Port-au-Prince, 24 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Un membre de la section électorale de l'Organisation des Etats Américains (OEA) en Haïti, Bernice Robertson, a appelé jeudi à la compréhension de la population en ce qui a trait à la distribution des cartes d'identification nationale.

La distribution des cartes se fairt de manière progressive, a-t-elle fait savoir précisant que le seul centre de distribution qui fonctionne pour l'instant dans le département de l'Ouest se trouve à la Croix-des-Bouquets, dans la localité de Beudet.

" Point n'est besoin d'aller se masser devant les centres de distribution si on n'est pas sûr que des cartes sont en train d'être distribuées ", a exhorté Mme Robertson.

Bernice Robertson a rappelé  que 3 millions 533 mille 430 électeurs potentiels sur 4.4 millions en âge de voter, se sont fait inscrire dans le cadre des prochaines joutes.

Si à la fin du processus électoral, ce nombre augmente d'un seul électeur, on pourra le considérer comme une fraude, a-t-elle dit, confirmant que 2 millions de cartes d'identification nationale sont disponibles actuellement en Haïti.

Le porte-parole du Conseil électoral provisoire, Stéphane lacroix a souligné pour sa part, que le l'organisme électoral était plus que jamais déterminé à organiser de bonnes élections, celles-ci étant, a-t-il dit, un passage obluigé pour l'avenir dfu pays.

Il a fait savoir que le CEP acheminerait incessamment le calendrier électoral à l'Exécutif.

Stéphane lacroix a  également insisté sur le fait que les distribution de cartes  en cours dans 26 régions du pays, notamment dans le Sud et l'Artibonite, n'ont pas encore débuté dans la région métropolitaine de Port-au-prince, à l'exception de la localiut´de Beudet.

AHP 24 novembre 2005 12:40 AM


Le Conseil des ministres accorde un satisfecit au travail du commandement de la PNH et de son directeurt général

Port-au-Prince, 24 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le gouvernement intérimaire dirigé par Gérard Latortue, chef du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN), a accorde un satifecit au directeur général de l'institution policière, Mario Andrésol pour le bon travail réalisé, a-t-il dit, par ce dernier depuis son arrivée à la PNH.

Dans le rapport du conseil des ministre du 23 novembre 2005, le gouvernement a réitéré sa détermination à faire de la police nationale un corps professionnel au service de la nation.

Selon ce rapport, le directeur général, Mario Andrésol et l'inspectrice générale de la PNH, Gessy Cameau Coicou, ont reçu des instructions formelles du CSPH pour faire respecter les règles et principes en vue du bon fonctionnement de l'institution policière.

Le conseil des ministres réaffirme son devoir d'assurer non seulement la protection de l'institution en général mais également celle de chaque policier et policière en particulier.

Si des infractions sont reprochées à un policier, il revient seulement à la justice de se prononcer dans le respect des droits de l'intéressé et de la présomption d'innocence, a souligné le rapport.

Le conseil des ministres filicite le directeur général, le haut état major de la PNH, les policiers en général pour leurs efforts en vue de rétablir un climat de sécurité susceptible de favoriser le déroulement d'élections libres, honnêtes et démocratiques dans le pays.

Des manifestations ont été organisées ces derniers jours contre le chef  de la PNH par des partisans de deux anciens haut gradés de la PNH accusé d'implication directe ou indirecte dans la tuerie de Grand ravine qui a fait plus d'une dizaine de morts en août dernier.

Mario Andrésol accusé de responsabilité dans l'attrresrtaion des deux hommes, a fait savoir qu'il ne cèderait pas aux pressions et qu'il continuerait d'épurer la police nationale.

AHP 24 novembre 2005 11:30 AM


Nouvelles du 23 novembre 2005

La PNH fait état de 206 arrestations et dénonce la remise en liberté de bandits de grand chemin

Port-au-Prince, 23 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le directeur de la police judiciaire, Michaël Lisius, a dénoncé mercredi la façon dont les dossiers des présumes bandits sont traités par la justice.

Des bandits notoires sont remis en liberté sans aucune forme de procès alors que des policiers croupissent en prison pour des motifs dérisoires, a-t-il dit.

Le directeur de la DCPJ a cité en exemple le cas de Rousse Jocelyn alias commandant boulevard, un bandit de grand chemin qui a été libéré, a-t-il dit, sans explication, 2 jours après son arrestation.

La Police Nationale d'Haïti a présenté par ailleurs le bilan des opérations menées ces 8 derniers jours dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Un total de 206 individus ont été arrêtés.

Le porte-parole de la PNH, Frantz Lerebours, a fait état de 86 arrestations pour cause d'actions louches comme le vol, le kidnapping, abus de confiance et port d'armes illégal.

Les 120 autres  individus arrêtés l'ont été dans le cadre de l'opération " Bat ba " (se soumettre), selon le porte-parole de l'institution, précisant que 65 d'entre eux ont été remis en liberté.

Selon Frantz Lerebours, 16 armes à feu, 197 dollars américains, 15.500 gourdes et une quantité considérable de marijuana ont été confisqués par des agents de la PNH.

Le directeur de la DCPJ et le porte-parole de la PNH ont tous deux réitéré l'engagement de l'institution policière vis-à-vis de la population haïtienne en dépit, a-t-il dit, des difficultés auxquelles elle est confrontée.

AHP 23 novembre 2005 2:30 PM


Un ancien maire de Delmas blessé par balles: Ernst Erilus affirme qu'il était intervenu pour faire libérer des employés d'une ONG enlevés

Port-au-Prince, 23 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash;L'ex-maire adjoint de la Commune de Delmas, Ernst Erilus, a été blessé par balles mardi à Port-au-Prince.

Ernst Erilus qui reçoit actuellement des soins dans un centre hospitalier de Port-au-Prince, a expliqué que l'incident s'est produit alors qu'il tentait, a-t-il dit, de libérer 2 employés de l'entreprise " Food For the Poor " qu'un groupe de civils armés venait d'enlever.

Selon lui, il y aurait des morts dans le camp des kidnappeurs pendant des échanges de tirs.

Le maire de Delmas, Jean Prisca Vilfort avait fait savoir la semaine dernière que Erilus avait servi d'intermédiaire dans le cadre de la libération d'un maire adjoint de cette commune, Jean-Marie Descorbettes, dont on avait annoncé l'enlèvement.

AHP 23 novembre 2005 8:45 AM


La CSH accuse le gouvernement de transition de manoeuvres pour rester au pouvoir après le 7 février 2006

Port-au-Prince, 23 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; La Coordination Syndicale Haïtienne (CSH), a accusé mercredi le gouvernement de transition de manoeuvres visant à bloquer les élections en vue de rester au pouvoir après le 7 février 2006.

Lors d'une conférence de presse, le secrétaire général de la CSH, Carlo Napoléon, a critiqué le comportement des autorités intérimaires qui ne manifestent a-t-il dit, aucune volonté d'organiser des élections dans le délai prévu

Ce gouvernement ne s'intéresse pas du tout aux souffrances de la population mais cherche ses propres intérêts, a lancé M. Napoléon, soulignant que les autorités actuelles refusent même de s'asseoir avec les syndicats.

Selon Carlo Napoléon, le gouvernement intérimaire doit coûte que coûte partir après le 7 février 2006 avec ou sans élections.

Ce sont des responsables du gouvernement intérimaire qui avaient avancé les dates du 27 décembre 2005 et du 31 janvier 2006 pour la tenue des premier et second tours des présidentielles.

AHP 23 novembre 2005 1:45 PM


Un candidat au sénat de la Plate-forme de l'Espoir estime que cette coalition remportera les prochaines élections haut la main

Port-au-Prince, 23 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Un des candidats  au Sénat pour le département du Sud-Est, sous la bannière de la Plate-forme de l'Espoir, le docteur Frantz Large, a déclaré mercredi que la campagne électorale de cette formation politique a pratiquement pris fin.

Il est évident,  d'après le Dr Large, que la Plate-forme de l'Espoir représentée par une alliance entre la paysannerie et le secteur privé productif remportera haut la main les prochaines joutes électorales.

Les dirigeants de la plate-forme réfléchissent actuellement sur la meilleure façon d'appréhender les nombreuses doléances et revendications de la population et de répondre à certaines interrogations pour éviter de tomber dans le piège de la démagogie.

Frantz Large qui dit reconnaître que le boulot ne sera pas facile pour les futurs dirigeants, s'est déclaré toutefois optimiste quant au déblocage et au redémarrage du pays, au bénéfice de tous les secteurs de la société, après des années de crise, de corruption, de pillage et de désordre généralisé.

Il a déclaré applaudir par ailleursles démarches des secteurs politiques de l'ancienne opposition à Aristide qui ont déclaré vouloir faire alliance pour tenter d'empêcher l'élection du candidat René Préval.

Le Dr Large a dit toutefois déplorer que "le seul souci de ces secteurs soit de barrer la route à la coalition historique qu'est  la plate-forme de l'Espoir".

Cela prouve que les partis traditionnels n'ont jamais eu l'intention de faire quelque chose de sérieux au profit de la majorité de la population, a lancé l'ancien responsable de la Chambre de commerce du Sud-est.

Frantz large a dénoncé l'utilisation de la diffamation comme arme politique, au mépris du code d'éthique signé par les candidats aux prochaines élections

Il en a profité pour dénoncer la signature d'un contrat jugé anticonstitutionnel et illégal entre le gouvernement intérimaire et des étrangers en vue de l'exploitation des fonds marins d'Haïti.

"Les associations patronales du pays qui s'étaient rebellées contre l'ancien président Aristide, n'ont pas jugé important de dénoncer un tel contrat, parce qu'il n'a pas été signé sous Aristide", a encore fait savoir Frantz Large, ajoutant que pareille attitude est une preuve patente que certaines personnes ne cherchent nullement le progrès  d'Haïti mais plutôt des avantages fiscaux.

Le candidat a fait savoir que des manoeuvres seraient en cours pour privatiser le wharf de Jacmel, construit sous le gouvernement de René Préval.

" Dieu ne permettra pas que la gouvernance d'Haïti reste indéfiniment entre les mains de gens qui ne voient que leurs intérêts personnels et jamais ceux de la population ", espère le Dr Large.

AHP 23 novembre 2005 12:35 PM


Le candidat à la présidence Charles Henri Baker en faveur d'une alliance entre une dizaines de partis politiques dans l'espoir de gagner les élections

Port-au-Prince, 23 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Un candidat indépendant à la présidence, Charles Henri Baker, a informé mercredi de la possibilité d'une alliance entre 9 formations politiques au second tour des prochaines compétitions électorales, (s'il y a lieu) dans l'espoir de les gagner.

Selon Charles Baker, il serait mieux de faire cette alliance dès le premier tour.

Il est impératif de faire front commun pour sauver le pays  en crise depuis plusieurs années, a insisté M. Baker, un ancien haut responsable du Groupe des 184 qui se trouvait à l'avant-garde de la lutte contre Aristide.

Charles Henri Baker qui n'a voulu fournir des détails sur cette possibilité d'alliance, s'est contenté de dire  que les consultations se poursuivent à cet effet.

Plusieurs responsables de l'ancienne opposition à Aristide et d'autres secteurs hostiles à lavalas avaient déjà appelé à un regroupement en urgence pour barrer la route à René Garcia Préval dans la perspective du prochain scrutin.

D'un autre côté, Charles Henri baker a critiqué l'incapacité du CEP qui n'arrive toujours pas à finaliser un calendrier électoral, après l'annonce par 3 fois de dates qui ont toujours été reportées.

Il s'est toutefois déclaré  prêt à participer aux élections à n'importe quelle date.

Le candidat à la présidence appelle également le gouvernement de transition et la communauté internationale à assumer leurs responsabilités pour qu'il y ait un nouveau président à la tête du pays le 7 février.

la Communauté internationale finance les élections à plus de 80%.

Ces élections devraient coûter quelque 60 millions de dollars. D'autres avancent le chiffre de 100 millions.

Mais, c'est le PNUD qui gère tous les fonds décaissés par la communauté internationale dont une bonne partie est dépensée en salaires. Des citoyens étrangers impliqués dans le processus percevraient plus de 10.000 dollars US selon le journal français le Monde.

Le candidat Charles Henri Baker a également dénoncé des responsables de l'Etat haïtien qui soutiennent a-t-il dit, certains candidats avec l'argent du contribuable.

Il a également cité des  organisations internationales travaillant sur le terrain  comme la CARE et l'OEA qui utiliseraient  leurs équipements pour aider certains candidats à mener campagne.

M. Baker appelle à la fin de cette pratique jugée inadmissible.

AHP 23 novembre 2005 11:40 AM

 
Reprise de la distribution des cartes électorales: deux millions seraient disponibles, selon le conseiller Pierre-Richard Duchemin

Port-au-Prince, 23 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; La distribution des cartes électorales digitalisées a repris ce mercredi dans plus d'une vingtaine de régions du pays, même si le calendrier électoral est toujours dans l'impasse.

Cette opération avait été interrompue en raison d'irrégularités.

Le responsable des registres au Conseil Electoral Provisoire, Pierre Richard Duchemin, a fait savoir que 2 millions de cartes sont disponibles en Haïti

Les premiers inscrits d'avril à juin seront les premiers servis, a-t-il fait savoir.

Le Conseil affirme avoir inscrit 3.3 millions d'électeurs potentiels sur 4.4 millions de citoyens en âge de voter

Les citoyens pourront se présenter aux bureaux où ils se sont fait inscrire munis de leur récépissé ou d'une pièce d'identité pour réclamer la carte, a indiqué M. Duchemin, soulignant qu'ils n'ont pas un centime à verser.

Pour sa part, le vice-président du Bureau Electoral Départemental (BED), du département du Centre, Ortella Prudent, a informé qu'environ 40 mille cartes d'identification nationale ont été acheminées dans 2 communes du département, Mirebalais et Hinche.

M. Prudent en a profité pour dénoncer le manque  de moyens pour faire fonctionner les BEDS et les BECS du département.

AHP 23 novembre 2005 11:00 AM


Nouvelles du 22 novembre 2005


Tous les partenaires du CEP admettent qu'il ne peut y avoir d'élections avant la fin de l'année, selon un conseiller életoral; un autre conseiller promet un président pour le 7 février 20006

Port-au-Prince, 22 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le responsable de communication au conseil électoral provisoire, Louis Gerson Richemé, a fait savoir jeudi qu'il était irréaliiste de s'imaginer que des elections puissent être organisées avant la fin 2005.

Le conseiller Richemé a ainsi rejeté une nouvelle fois la date du 27 décembre qui avait été agité à la fin de la semaine dernière dans les milieux gouvernementauux et relayée par la presse internationale.

"Tous les partenaires du CEP dont ceux de la communauté internationale se sont rendus à l'évidence qu'il ne peut y avoir d'élections au cours de cette année", a révélé Richemé, tout en indiquant que l'organisme électoral travaille d'arrache-pied pour arriver à communiquer au plus vite le calendrier électoral.

Parallèlement, un autre conseiller électoral, Freud Jean, a promis un nouveau président pour le 7 février 2006, faisant savoir que le calendrier electoral pourait être publié à la fin de la semaine.

M. Jean a fait ces déclarations à l'occasion de la remse d'un don de 20.000 dollars par l'ambassadeur sud-coréen en appui au processus électoral .

La date du 27 décembre a éte jugé irréaliste par la plupart des membres du CEP et par plusieurs responsables politiques.

Pour tenir les promesses faites par Freud Jean, de nombreux secteurs estiment qu'il faudrait que le CEP batte le record d'organiser le premier tour des présidentielles et un éventuel second tour en l'espace de moins d'un mois.

AHP 22 novembre 2005 4:05 PM


Haïti s'apprête à organiser les élections les plus coûteuses de son histoire, selon la NCHR

Port-au-Prince, 22 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Haïti est en passe de réaliser les elections les plus coûteuses de son histoire, mais ces élections pourraient ne pas apporter la démocratie dont rêve le peuple haïtien, a indiqué le directeur exécutif de la coalition nationale pour les droits des haïtiens (NCHR), Jocelyn McCalla.

Ces élections dont le calendrier est toujours dans l'impasse, devraient coûter plus de 100 millions de dollars .

Dans un rapport intitulé Haïti sur le chemin de 2006, le responsable de la NCHR estime que les conditions de stabilité et de progrès democrattique n'existent guère en Haïti.

De ce fait, a-t-il souligné, même des élections démocratiques pourraient ne pas pouvoir permettre au peuple haïtien d'espérer un mieux-être.

Mccalla dit noter qu'Haïti souffre d'une carence d'instittutions importantes.

"La communauté intenattionale dépense de l'argent pour l'organisation des elections en Haïti, mais ce geste pourrait ne pas servir à grand chose, puisque, a-t-il dit, la reconstruction de ce pays requiert plus qu'un exercice electoral.

Il a spouligné que la stabilisation politique, sociale et economique d'Haïti est conditionnée à la modernisationn de ses institutions et à des investissements.

De nombreux autres secteurs ont estimé que la situation a empiréen Haïti après le départ précipité d'Aristide le 29 février 2004.. La violence, l'injusttice, l'impunité et l'intolérance continnuent re régner, ont-ils dit, en maitres et seigneurs.

AHP 22 novembre 2005 10:35 AM


La Commission Episcopale Nationale Justice et Paix "préoccupée" par la marche du processus électoral

Port-au-Prince, 22 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; La Commission Episcopale Nationale Justice et Paix se déclare une nouvelle fois préoccupée par la marche du processus électoral dans le pays.

Alors qu'un nouveau président devrait enter en fonction le 7 février 2006, aucune date n'a encore été fixée pour la réálisation des élections

Dans une note de presse en date du 20 novembre 2005, Justice et Paix  salue les efforts du Conseil Electoral Provisoire qui déclare avoir enregistré 3.4 millions d'électeurs potentiels sur 4.4 millions. Elle dit toutefois considérer  comme une violation le fait que  des  citoyens n'aient pu retirer leur carte d'identification nationale notamment ceux issus de sections communales.

Le délai était trop court, les habitants n'ont pas été informés convenablement, la matériel était insuffisant, certaines zones sont très éloignées ou bien il n'y avait pas d'énergie pour faire foncionner l'ordinateur, précise la Commission, déplorant que certaines autorités locales seront élues avec un faible pourcentage tandis que  les élections locales auraient dû être le fondement de la construction démocratique du pays.

Justice et Paix s'est interrogé d'autre part sur le fait qu'en dépit de la registration réalisée dans les quartiers populaires de la capitale, les personnes n'habitant pas ces quartiers ne peuvent y mettre les pieds pour cause de violence, d'insécurité et de kidnapping.

En ce qui a trait à la distribution des cartes de citoyenneté, Justice et Paix dit constarer avec regret  que certains responsables de bureaux ne peuvent résister à la tentation d'exiger de l'argent pour cette pièce d'identification.

La Commission appelle les responsables de bureau à considérer leur travail comme un service à la collectivité et non  comme un moyen de tirer un avantage rapide qui fait penser à la corruption.

Les responsables de Justice et paix invitent d'autre part, les responsables de partis et coalitions politiques à condamner de façon ferme les actes de violence perpétrés récemment, ont-ils dit, à Port-au-Prince et aux Gonaïves par leurs partisans, lors d'activités politiques. Ils appellent le CEP à agir contre les candidats qui ne respectent pas leurs engagements, selon levoeu du décret électoral.

L'organisdation de l'Eglise catholique demande à tous les acteurs engagés dans le processus de faire preuve de bon sens et de tolérance et de leur capacité de dialogue et de négociation pour trouver des solutions correctes à tous les problèmes qui se poseront en cours de route.

Elle rappelle finalement au CEP que des dispositions doivent être prises pour permettre à ceux qui ne savent pas lire de voter correctement vu, dit-elle, la complexité des élections générales.

AHP 22 novembre 2005 11:05 AM


Haïti élections: la Corée du Sud accorde 20 mille dollars américains en appui au processus électoral

Port-au-Prince, 22 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; L'ambassadeur sud-coréen en Haïti, John II Lee, a remis ce mardi un chèque de 20 mille dollars américains au gouvernement haïtien, pour appuyer a-t-il dit, le processus électoral.

Selon le diplomate, ce geste entre dans le cadre de la coopération entre les deux pays.

John II Lee a exprimé le souhait que l'organisation des prochaines joutes électorales permettent à Haïti de prendre les rails du développement et favoriser le changement des conditions de vie de la population.

Pour sa part, le chancelier haïtien, Hérard Abraham, a salué le geste du gouvernement sud-coréen vis-à-vis d'Haïti, tout en affirmant qu'elle témoigne de l'intérêt manifesté par le gouvernement sud-coréen dans la réalisation de bonnes élections dans le pays.

M. Abraham qui compare la période de transition haïtienne aux moments difficiles qu'a connus la Corée du Sud dans le passé, a déclaré souhaiter que les liens existant entre les deux pays grandissent chaque jour davantage.

Le conseiller électoral, Freud Jean, s'est lui aussi félicité de cette aide, tout en saluant l'appui de la communauté internationale à Haïti en matière électorale.

Selon M. Jean, l'aide de la Corée du Sud et l'appui de la communauté internationale en général, serviront à renforcer la capacité du CEP à accomplir sa tache.

AHP 22 novembre 2005 12:45 PM


Lancement officiel d'une nouvelle méthode de planification familiale par  le ministère de la Santé Publique et des partenaires

 

Port-au-Prince, 22 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le ministère de la Santé Publique et de la Population, de concert avec l'USAID et MSH/Haïti/Santé 2007, a lancé officiellement ce mardi une nouvelle méthode de planification familiale baptisée  " Méthode du Collier " ou "Méthode des Jours Fixes (MJF).

Cette méthode s'appliquera par l'observation scrupuleuse de ce que les promoteurs appellent le "Collier du Cycle", composé de maillons différents aidant à mieux faire le planning.

Selon le directeur général du ministère de la Santé Publique, le Dr Michaël Léandre, il s'agit d'une méthode naturelle, simple et efficace qui pourra être utilisée sans distinction de classes sociales ni de religions.

La méthode du collier basée sur une analyse scientifique des cycles menstruels des femmes, n'a rien à voir avec l'utilisation de produits chimiques, a précisé Dr Léandre.

Cette méthode est un outil pouvant servir valablement à la promotion de la santé de la femme en la mettant à l'écart des grossesses non désirées, a indiqué le responsable du MSPP, informant que seules.20% des femmes haïtiennes pratiquent actuellement une méthode contraceptive..

AHP 22 novembre 2005 12:35 PM


La ministre de la Santé Publique affirme qu'elle ne reviendra pas sur sa décision de faire subir des examens d'état aux finissantes des écoles nationales d'infirmières

 

Port-au-Prince, 22 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; La ministre de la Santé Publique et de la Population, docteur Josette Bijou, a réitéré mardi sa détermination à organiser des examens d'Etat pour les étudiantes finissantes de l'Ecole nationale des Infirmières de Port-au-Prince et des villes de province.

Les finissantes de l'Ecole nationale des Infirmières de Port-au-Prince et du Cap-Haïtien ont manifesté à plusieurs reprises ces dernières semaines pour exiger de la ministre Bijou leur diplôme de fin d'études, après un cycle d'études de 3 ans.

La ministre de la santé soutient qu'il ne suffit pas pour ces étudiantes de boucler trois années d'études pour avoir droit à un diplôme, mais elles doivent réussir toutes les matières de base.

"En tant que ministre, j'estime indispensable que ces étudiantes subissent les examens officiels avant d'obtenir leur diplôme ", a lancé Dr Bijou, rejetant toute posssibilité que le rectorat de l'université d'Etat d'Haïti  cherche à jouer un rôle de médiateur entre son ministère et l'Ecole des infirmières.

Elle invite les étudiantes finissantes à regagner leurs salles de classe pour poursuivre leurs études.

AHP 22 novembre 2005 1:15 PM


La nouvelle loi dominicaine sur l'immigration devrait enter en vigueur peu après une réunion du Conseil de la migration le 29 novembre

Santo-Domingo, 22 novembre 2005 &endash;(AHP)&endash; Le secrétaire d'Etat dominicain de l'Intérieur et de la Police, Franklin Almeyida, a affirmé lundi que le conseil national de la Migration se réunira le 29 novembre prochain pour prendre connaissance des informations relatives à l'avant projet de loi sur la migration.

Franklin Almeyida a declare espérer qu'une fois la loi approuvée et ratifiée, le president Léonel Fernandez la publiera dans un temps relativement court.

Il a fait savoir que cette loi établit un recensement ou un registre des étrangers vivant en République Dominicaine puisque a-t-il dit, jusqu'à date, il existe un veritable désordre en ce sens.

Il n'y a aucun register pour des eetrangers en République Dominicaine sauf pour les haïtiens qui seraient, selon lui, entre 300.000 et 400..

Les haïtiens et les dominicains d'origine haïtienne seraient au nombre de 800.000 selon dd'autres sources

La nouvelle loi sur la migration prévoit qu'un étranger qui a veecu 10 ans en République Dominicaine a droit à une residence permamente dans ce pays. A partir de 5 ans, il peut opter pour une residence temporaire.

L'étranger aura un statut de visiteur pour une durée de moins de 5 ans, a-t-il precise.

AHP 22 novembre 2005 2:55 PM


Kidnapping: Une arrestation qui vient boulverser les données

L'arrestation la semaine dernière à Port-au-prince d'un citoyen haïtien de "bonne famille" pour implication présumée dans de nombreux cas de kidnapping notamment d'étrangers pourrait definitivement effacer le cliché qui veut que tous les cas d'enlèvements soient signés quartiers populaires.

Jusqu'à la semaine dernière, la formule toute faite à répeter était la suivante: "kidnapppé à Nazon, Pétion-ville, Cité Soleil ou Thomassin, direction Bel-Air".

Une formule, qui selon beaucoup, aurait pour vocation première de faire de la diversion, fourvoyer les enquêteurs et en même temps justifier et encourager les opérations musclées menées dans les quartiers populaires.

Cependant, des secteurs de la comunauté internationale ont fait savoir que la MINUSTHA devrait regarder aussi un peu plus près, si l'oobjectif est bien de combattre la violence et le phénomène du kidnapping.

Les haïtiens ont une une double question à laquelle il leur faut trouver réponse et un choix difficile mais lucide à faire.

Voulez-vous continuer à vous laisser berner et induire en erreur par des gens qui vous disent des choses que vous souhaitez entendre comme par exemple:les responsables de tous vos malheurs sont des personnes que vous n'avez jamais aimés....

Ou voulez-vous connaitre toute la vérité sur l'origine de vos malheurs, même quand ces malheurs pourraientt être issus de votre sein même?

L'arrestation le 23 juin dans les hauteurs de Thomassin d'un certain Jerry Narcius, si c'est effectivement son nom, devrait contribuer à désiller les yeux de plus d''un.

Cette arrestation a provoqué tout un tollé.

On a tout de suite entendu des gens réclamer de la porte-parole de la PNH qu'elle dise toute la vérité sur cet individu, qu'elle révèle par exemple son identité, commme on le fait d'habitude pour les quidams.

On a réclamé que l'individu soit connfié à la police et à la justice haïtienne. On a ensuite, le lendemain à l'Aéroport, accusé la mission onusiennne de vouloir soustraire le narcius à la poliice parce qu'il serait un de ses employés.

Mais de l'avis de proches de la minustha, la chose n'était pas aussi simple. En réalité, toute la question aurait été d'arriver à atteindre la Mission et du coup montrér que cettte institution qui a désormais tout contrôle sur le statut et le recrutement des policiers haïtiens, a aussi comme on dit chez nous " grenn Zanno ka òfèv et serait donc loin d'être blanche comme neige. Mais certainement pas.

La Mission a rejeté les accusations selon lesquelles Narcius travaillerait pour elle de même que les rumeurs selon lesquelles il serait de nationalité canadienne.

La force onuusienne a fait savoir que si elle a décidé de prendre en main le dossier c'est uniquement pour protéger l'individu qui est désomais une pièce importante dans le cadre de la lutte contre kiidnapping.

On le soupçonne même d'implication dans l'enlèvement de la montréalaise, Huguette Goulet.

Selon les informations, il aurait même déjà fait des revélations qui pourraient conduire à des gens du même milieu que lui et issus d'autres secteurs.... pas n'importe lesquels.

Comme consequence de ces derniers dévelopements dans le dossier du kidnaping, la MINUSTHA aurait reconnu désormais la nécesité de regarder aussi en direction des quartiers résidentiels.

Plusieurs de ces quartiers ont été passés au peigne finle week-end dernier par des policiers de la CIVPOL qui ont fait dans certains cas du porte-à-porte à la recherche de personnes enlevées dont la propriétaire d'un très grand hôitel de la capitale.

La porte-parole de la PNH a droit cette fois à des compliments pour des déclations qu'elle a faites récemment autour de la multiciplicité de secteurs impliqués dans le kidnapping. Des gens connus pour respectables et même de hauts gradés de la PNH ne sont pas à exclure, avait-elle confié..

Mais on se plaint ces dernierrs jours du fait que beaucoup de ceux qui ont éte arrêtés en rapport avec des actions louches, ont pu quitter le pays, alors que ce sont des sulbalternes qui sont écroués.

L'arrestation de Narciuus si elle ne fait pas tomber tous les masques, elle aura aura au moins permis une chose: découvrir l'hypocrisie, contourrner les faussses pistes et permettre à ceux qui veulent effectivement la fin de la violence en Haïti s'orienter vers les vraies pistes, celles qui mènent aux sources..

Parallèlement, la décision du conseil de sécurité de confier le contrôle de la police à la MINUSTHA n'a pas fait grand bruit officiellement du côté des autorités intérimaires et de la classe politique.

Il y a toutefois, des bougonnements en privé: Ce n'est pas ce que nous avions demandé. Ce n'est pas non plus ce qui nous avait été promis. On nous avait plutôt dit qu'on nous débarasserait "d'une dictature", a dit un leader, ajoutant: voilà qu'on nous prend tout comme si ceux qui nous dirigent aujourd'hui et nos institutions seraient des nullités absolues.

L'animateur d'une émission politique a dénoncé ce week-end l'indifférence des leaders politiques face à ce qu'il considère comme un affront de la part du conseil de sécurité. Et du coup, les élections à venir ne peuvent être soudain que" bouyi vide" (bidon).

Volà qui s'appelle récolter les fruits amers d'une grande folie.



29 février: un anniversaire gênant à célébrer...

...Il y a pratiquement 1 an aujourd'hui, que le président Jean Bertrand Aristide était contraint de quitter le pouvoir, sous la pression de certains pays de la communauté internationale qui affirmaient vouloir ainsi éviter un bain de sang.

Ce presssing a été exercé sur Aristide au moment où justement les rebelles, s'il faut les appeler ainsi, qui réunissaient, des anciens militaires, des membres du front de résistance des Gonaïves et autres attachés liés à l'ancienne opposition, hésitaient à marcher sur la capitale après avoir semé la terreur dans plusieurs autres villles du pays, notamment les Gonaïves, le Cap-haïtien, et Hinche où de nombreux membres de la population dont des policiers ont été tués et où de nombreux bureaux de l'Etat dont ceux de la DGI, de la douane, de l'APN, de l'ducation nationale et de la santé ont éte pillés et incendiés.

Mais l'ancienne opposition politique conduite par le groupe des 184 qui comprenait entre autres des institutioms du secteur des Affaires, des oganisations d'étudiants et de professurs, des mouvements paysans , des médias et des ONG des droits de l'hommme avaient alors ses objectifs qu'elle disait ou croyait justes: se debarrasser , disait-elle du tyran Aristide, faire fleurir les droits de l'homme, éradiquer la corruption, offrir au pays un nouveau contrat social qui favorise la reconciliation nationale et qui fasse entrer le pays dans une ère où il n'y ait plus de persécutions politiques, plus d'impunité et où les richesses du pays soient distibuées équitablemment.

Promesses on ne peut plus alléchantes au demeurant.

Si si ces promesses n'avaient pas l'air d'avoir ébranlé les grandes masses et une bonne partie de la classe moyenne qui sont restées attachées à Aristide, d'autres secteurs par contre ont été tentés, notamment une bonne partie du milieu estudiantin. Et l'on sait que lorsque les étudiants se mêlent d'une lutte, ça peut faire mal.

Et justement, le mouvement de l'ancienne opposition qui battait de l'aile jusque-là, allait être relancé à la faveur d'une attaque perpétrée par des individus violents le 5 décembre 2003 à la faculté des sciences humaines et à l'INAGHEI au cours de laquelle des étudiants ont reçu de graves blessures et le recteur de l'Université de l'état a eu les deux jambes fracturées.

Qui étaient exactement ces hommes qui s'en sont pris aux étudiants et au recteur. Qui a effectivement dirigé le commando et d'où est-il parti?

Peut-être, toute la verité éclatera un jour.

Toutefois, le 5 decembre 2003, le coupable était tout indiqué. Il ne pouvait être autre que le gouvernement Aristide, ce pelé, ce galeux....., la cause de tous les malheurs du pays.

Les choses ayant été perçues de cette manière, la filère estudiantine allait être exploitée au maximum.

De fait le 11 décembre, l'opposition à Aristide allait réaliser sa plus grande manifestation, une manifstation de plusieurs dizaines de milliers de personnes avec sutout la participation d'étudiants de facultés privées et et publiques, car tout le monde était furieux et avec raison. Et c'était la série qui débutait.

Rosemond Jean, un leader de la plateforme de l'ancienne opposition fera savoir mais bien plus tard que 120 millions de dollars avaient eté moblisées dans le cadre des diférents mouvements anti-Aristide, même s'il se plaindra d'avoir été traité en parent pauvre.

Mais... peu importe les stratégies et les moyens qui ont été utilisés, le mouvement politique des 184 avec en son sein un nombre important de médias a su orienter une bonne partie de l'opinion et revigorer une opposition politique jusque-là moribonde, même si les manifstations pro-Aristide ont toujours été de loin plus imposantes que celles de l'ancienne opposition.

Il faut dire aussi que tous les moyens étaient bons dans le cadre de cette lutte et des deux côtes": attaques pysiques, violences à l'arme à feu ou contondante, passage à tabac jusqu'à ce que mort s'en suive: il y a eu aussi, des histoires de menaces jamais vérifiées, des disparitions étranges et des retours tout auussi étranges ou encore des histoires d'utilisation de seringues par la police... des bébés déclarés calcinés sans même qu'ills aient existé, tout était permis même l'utilisation de pipi, de matières fécales ou de violentes manifstations le jour-même de la celébration du bicentenaire de l'independance.

Ce fut ensuite le retrait officiel de l'opposition politique pour laisser la place aus secteurs armés: FRAPH, anciens militaires et autres bandes.

Mais surprise! le 29 février, l'opposition est prise de court, elle apprend tout comme les partisans du pouvoir d'alors qu'Aristide avait eté emmené par des étrangers. Ils ne seront pas ceux qui nommeront les futurs dirigeants.

Pour la façade, le president de la Cour de Cassation est vite nommé. Et un prremier ministre non directement impliqué dans la lutte vint directement de Boca Raton. Une insulte qui reste aujoud'hui encore dans la gorge du groupe des 184.

Aujourd'hui 1 an après quel est le bilan?

Il a éte dressé d'abord par les secteurs qui ont enfanté ce pouvoir ou qui y sont représentés.

D'abord le groupe des 184 par la voix de son numéro 2 qui fait savoir que la situation s'est détériorée sous l'actuel gouvernement dans tous les domaines, que la corruption connait ses plus beaux jours et "qu'il y a une frustation générale à travers le pays".

Une autre composante de l'ancienne opposition réunissant une cinquantaine d'organisations dont le PADEM, MODEREH, MNP 28, Ranfò exige la démission du gouvernement intérimaire, estimant qu'il gère mal la chose publique, promeut l'impunité, fait augmenter l'insécurité, la vie chere, le chômage, la corruption... Une douzaine d'autres oganisations de la mouvance du 29 févrrier sont également à l'oeuvre pour trouver une alternative à Latortue.

La situation économique du pays, notamment celle des masses est des plus catastrophiques, de l'avis même des déçus. Partout c'est le désenchantement, notamment dans les rangs des étudiants dont de nombreux ont juré que jamais on ne les y prendrait plus. De nombreux citoyens ont quitté le pays par déception.

A Mapou, dans le Sud-est, lesw victimes des graves inondations d'avril viventt encore sous ds tentes. Et les Gonaïviens qui ont perdu 3000 ds leurs lors des inondations meurtrières de septembre, attendent toujours une améloration de leurs de leuurs conditions de vie... et surtout la relocalisation promise.

Cependant, l'une des actions d'éclat du gouvernement a éte d'exonérer le secteurs des affaires de toute taxe avec en plus, d'autres avantages économiques. Il faut aussi mettre à son actif la création de nombreuses commissions, celle-ci pour gérer le dossier des militaires, celle-là pour fêter en 2005 le bicentenaire de 2004, ou encore des commmissons pour dédommager des victimes enregistrées parmi les Gnbistes ou pour faire la promotion du dialogue national.

Les membrees de ces commissions sont surtout recrutés, dit-on, parmi des leaders ou membres de l'ancienne opposition, ou des responsables d'ONG de droits de l'hommme actives par occasion.

On a également eu droit pour la première fois dans l'histoire du pays à toute une saga pour la nomination de 3 nouveaux ministres et d'un secrétaire d'Etat: des ministres nommés en route vers le palais national pour leur investititure mais qui apprennent en chemin qu'ils peuvent oublier ça.

Si le gouvernement peine à recevoir l'aide etrangère promise dans le cadre du CCI, ses mauvaises relations avec le groupe des 184 ne l'aident pas non plus dans la réalisation de la tâche qu'elle s'était fixée.

Certains secteurs de l'ancienne opposition déçus, dit-on, de ne pas pouvoir contrôler Latortue, auraient effectué des demarches chez qui l'on sait pour tenter de le faire partir.

Ce qui a été à la base d'une violente réacton de la part de Latortue, appelant les hommes et les femmes d'affaire à ne pas se mêler de politique et à faire ce qu'ils savent farre le mieux: le commmerce.

Et les choses devaient aller plus loin, la semaine dernière quand latortue a assimilé ceux qui veulent provoquer sa démission à des frustrés à qui il a refusé des monopoles ou qui ne peuvent plus continuer à voler.

Voilà le tableau que nous offrent nos dirigeants. mais il n'y a pas que ça, il y a eu aussi les scandales qui ont pavé les 12 premirrs mois de l'après-Aristide: scandale de gaz, de riz, de primes de risques...

Entre temps, les anciens militaires qui ont fait la lutte aux côtés de l'opposition officielle continuent de defier le gouvernement. Ils occupent toujours la plupart de leurs posittions à travers le pays. Et ils ont toujours leurs armes, le désarmement dont on s'époustoufle à parler ne les concrrnant pas. L'un d'entre eux, "Grenn Sonnen" est allé jusqu'à promettre 3 millions de gourdes pour quiconcoonque aiderait à arrêter le premier ministre. Sacré coup pour l'autorité de l'Etat.

Et puis, il y a la repression contre les partisans d'Aristide qui a atteint des proportions alarmantes. La police est accusée d'avoir formé des brigades tolérance Zéro pour perpétrer des exécutions sommaires.

Ainsi, de nombreux jeunes ont eté tués dans les quartiers populaires notamment au Bel-Air, au Fort national, à Village de Dieu.

Des gens arrêtes puis remis à la police, comme Jimmy Charles, sont retrouvés à la morgue criblés de balles. Certains sont tout bonnement présentés comme des bandits tués dans des échanges de tirs avec la police, même s'ils n'avaient pas d'armes.

Des journalistes ne sont pas exempts. Il y a eu tués et blessés comme Abdias Jean, des menaces de mort, des médias attaqués physiquement ou sous d'autres formes, ds interpellations et des saisies de matériel.

Des organisations de défense de droits de l'homme et des groupes de pression hier encore très actifs son accusés de complicité directe ou indirecte.

C'est en effet, le responsable d'une organisation de droits de l'homme membre d'une de ces commissions gouvernementales citées plus haut, qui a fait la fameuse invention de "l'opération Bagdad" pour tenter, dit-on, de justifier la répression.

Et la MINUSTHA, cette mission mandatée par le conseil de sécurité pour stabiliser Haïti? Certains de ses soldats sont souvent accusés de complicité directe avec les policiers en couvrant leur opérations dites de la mort dans les quartiers populaires, d'autres sont accusés de tolérance vis-a-vis de ceux qui sèment la mort au quotidien, en ne faisant rien pour secourir des personnes en danger, en promettant des enquêtes dont les résultats se font toujours attendre ou en menant ses raids de désarmement uniquement jusqu'ici dans les "favelas".

Voici, un état des lieux 1 an après le départ forcé d'Aristide fêté avec force champagne. Il n' y a rien là qui mérite d'être célébré, estiment nombre de ceux qui étaient à l'avant-garde du GNbiisme. C'est plutôt la désillution et le désenchantement le plus total , même si certaains secteurs pro-gouvernementaux hostiles à toute critique, tentent de voiler la honte en continuant de dire: même s'il n'est plus là depuis 12 mois, c'est toujours lui le responsable de ce qui nous arrive aujoud'hui et de ce qui nous arrivera demain.

C'est dans ce contexte d'intolérance, de jusqu'auboutisme et de haine que des élections sont en préparation, des élections qui seront realisées par un conseil électoral dont la plupart des membres sont issus de partis politiques qui vont aux élections...et en l'absence probable du parti Lavalas dont la plupart des responsables et cadres sont incarcérés pour des motifs politiques ou ont été contraints à l'exil.

Aristide a certainement commis ds erreurs, de graves erreurs, erreurs surtout d'avoir voulu contrôler tous les espaces de pouvoir, erreur d'avoir sous-estimé la capacité de nuisance de ses adversaires politiques de tous bords, en s'apuyant sur sa grande popularité, erreur d'avoir refusé de faire confiance à ceux qui étaient sincères et honnêtes pour se livrer pieds et mains liés dans les bras d'oportunistes qui onjt exploité malhonnêtement leur position et qui se fondent aujourd'hui dans la nature, ni vus ni connus, quand ils ne sont pas parmi les pluus grands pourfendeurs de Lavalas.

Mais ces ereurs sont loin de pouvoir justifier ce qui s'est passé le 29 février 2004, au regard surtout de ce qui se passe aujourd'hui.

Après tous nos drames, toutes nos déceptions, toutes nos aventures sans lendemain, nous avons aujourd'hui pour devoir de comprendre que les solutions qui durent, sont celles qui respectent les lois et la constitution du pays et non les solutions cosmétiques qui ne peuvvent être que de nouvelles sources de problèmes.

Quand allons-nous comprendre que nous n'avons d'autre choix, si nous voulons laisser un héritage de dignité à nos fillles et à nos fils.

Le 7 novembre 2003, nous écrivions "Si nous croyons être en train de détruire les autres en fonçant tête baissée dans le jusqu'auboutisme, nous faisons erreur, car nous sommes plutôt en train de creuser notre propre tombe, même si d'autres devraient y tomber avant nous.

Pensons-y bien!




Nouvelles du 9 novembre 2003



De quel pays venons-nous?
 

Il est tout à fait normal de critiquer pour corriger. Nous avons le devoir de dénoncer les tares qui rongent notre société si nous voulons réellement qu'elle se transforme. 

Toutefois, je ne sais plus qui disait : Si les courtisans ne peuvent que contribuer à la perpétuation de statu quo, les cassandres, les alarmistes et les frustrés ne peuvent guère non plus faire avancer les choses. 

L'actuelle crise politique partie dont on ne sait quoi de réel, divise les Haïtiens, exacerbe les passions à un point tel que beaucoup ont perdu toute leur lucidité, n'ayant plus la capacité de distinguer le vrai du faux, la vérité du montage, la réalité des chimères. 

C'est le cas de se demander combien d'institutions et de personnalités jadis réputées crédibles, garderont encore des plumes après le dénouement de cette "crise", car il faudra bien qu'elle se termine un jour. 

Nous sommes tous aveuglés par la passion, oubliant même jusquà nos composantes, nos origines... notre nationalité.

De quel pays venons-nous? 

Question absurde, diront plus d'un, mais combien  prouvent qu'ils le savent vraiment au vu de leurs actes et comportements?  

Combien de fois nous sommes-nous surpris de nous réjouir des maux qui frappent Haïti, des critiques vraies ou fausses dont on l'accable?.Et combien de fois n'avons-nous pas contribué à alimenter la propagande nocive faite contre notre pays?. 

Les boat-people, les braceros, les gueux des rues, les "chimè" des bidonvilles, ce sont les autres, mais pas nous. Nous ne savons rien de  ces gens-là.

L'ironie, c'est que bien souvent, ceux qui tiennent de tels ldiscours, ceux qui se livrent à de tels dérapages sont justement ceux-là mêmes qui sont issus de la classe défavorisée.  

Mais de quel pays venons-nous?. 

Beaucoup d'entre nous trépignent d'une sotte joie à chaque fois que des étrangers lancent des flèches venimeuses, écrivent des inexactitudes sur Haïti ou sur les Haïtiens. 

Que nous importe! Ils parlent des Haïtiens mais pas de nous!  

Mais de quel pays venons-nous? 

Il me vient tout de suite à l'esprit ce classement de pays dits corrompus publié dans le magazine nommé "Tranparancy". 

Disons-le tout de suite : Il ne saurait être question de tenter de justifier des pratiques de corruption dans un pays, parce que ailleurs, il y a eu Enron, emplois fictifs et autre Baninter.  

Mais, il est pitoyable de voir combien notre réaction de joie a été démeusurée à l'annonce qu'Haïti a été inscrite sur la  première partie de la fameuse liste des " corrompus".  

Même si cela ne peut rien changer et même si la méthologie du travail de Transparency pourrait être sujette à questionnement, pourquoi avons-nous omis de dire que dans ce même classement il est également fait état de la dégradation de cette plaie qu'est  la corruption dans des pays comme les Etats-Unis, le Canada, le Luxembourg, Israël et que la France partage le 23è rang avec l'Espagne. 

Encore une autre attitude qui fait pitié: Alors que partout à travers le monde notamment en Afrique, en Europe et en Amérique, des centaines de milliers de gens vivent déjà à l'heure de 2004 qui marque les 200 ans de l'indépendance d'Haïti, estimant que c'est une fête qui dépasse les frontières d'Haïti, étant la fête de la liberté; alors que des centaines de milliers d'Haïtiens de la diaspora brûlent déjà de la fièvre 2004, certains d'entre nous en Haïti, dévorés par des passions politiciennes,  perdent la raison à un point tel qu'ils en arrivent à souhaiter l'échec, l'avortement de ce grand événement.

 Mais de quel pays venons-nous? 

Quel héritage de bassesse et de mesquinerie voulons-nous donc laisser à notre progéniture. rappelons-nous que nous n'aurons aucune chance de nous racheter puisqu'il y aura pas d'autre centenaire pour nous. 2104 ne nous appartient pas. 

Nous avons tendance à voir tout en noir, à vouloir tout chambarder parce nous ne sommes pas aux commandes. 

Et parce que nous ne sommes pas aux commandes, nous exigeons tout du secteur d'en face. Comme des va-t-en-guerre, on ne râte pas une occasion pour partir à l'asssaut. Et les moindres failles des  institutions de l'administration publique qui gémit sous le poids de dizaines de décennnies de corruption, sont alors dénoncées avec la dernière rigueur.

Pendant ce temps, on avale sans mot dire les services ô combien médiocres mais payés très chers, fournis par des institutions souvent cinquantenaires ou centenaires du secteur privé. 

Nous croyons avoir le droit de tout dire sur les autres et nous attendons toujours d'eux qu'ils se lient pieds et mains, qu'ils se cousent la bouche pour se laisser détruire. 

Et s'ils osent tenter de se défendre, nous les accusons alors de vouloir nous enlever notre liberté d'expression..... j'allais dire, notre liberté de destruction. 

"La parfaite raison fuit toute extrémité et veut que l'on soit sage avec sobriété". 

Si nous croyons être en train de détruire les autres en fonçant tête baissée dans le jusqu'auboutisme, nous faisons erreur, car nous sommes plutôt en train de creuser notre propre tombe, même si d'autres devraient y tomber avant nous.



Nouvelles du 4 avril 2003



Il y a trois ans ce jeudi 3 avril 2003 tombait sous des balles assassines le plus grand journaliste et éditorialiste qu'Haïti ait jamais connu: Jean Léopold Dominique.

 Il y a eu certes dans l'histoire du pays nombre d'assassinats révoltants de journalistes, entre autres ceux de Gasner Raymond et d'Ezékiel Abélard dont on ne connaît, plus de 30 ans après, ni les executants ni les auteurs intellectuels. 

Cependant, l'assassinat de Jean Dominique a provoqué l'indignation et la révolte chez tous les vrais défenseurs de la vie  et du droit, chez tous ceux qui ont eu la chance de collaborer avec lui, ceux qui ont partagé et partagent aujourd'hui encore son idéal. 

Jean était l'humaniste par excellence, l'infatigable qui était sur tous les fronts à la fois, le défenseur des opprimés. 

Et personne n'avait encore rien dit tant que Jean Dominique ne s'était exprimé sur un dossier.- C'est pourquoi tous ceux qui n'avaient pas la conscience tranquille ne pouvaient s'empêcher de trembloter à chaque fois que sonnait l'heure d'Inter Actualité à 7 heures du matin. 

Content pas content, on était tous obligés d'écouter les analyses de Jean Dominique, certains pour se remettre à espérer, d'autres pour savoir si leurs injustices étaient encore au centre de l'éditorial du jour.

Jean Dominique était toujours disponible. Il faisait la différence avec sa façon de dire les choses. Et cette différence, il l'aurait certainement faite par cette période de crise interminable et de sanctions économiques. Il aurait à coups sûrs mis tous les points sur les i et aurait fait tomber tous les masques comme il les a fait tomber à la veille de 1980, lors des élections noyées dans le sang de 1987 ou encore à la veille des joutes de l'an 2000 auxquelles il ne  devait pas assister. 

Son omniprésence , sa polyvalence et son acharnement à vouloir défendre toutes les victimes lui ont fait beaucoup d'amis tout comme beaucoup d'ennemis. 

Ainsi, seul Jean Dominique pourrait dire,  de toutes les larmes versées aujourd'hui en son nom, lesquelles sont sincères et lesquelles sont de crocodile. 

De toute façon, le plus important, c'est que la lumière soit faite sur le meurtre de Jean Dominique, c'est que les coupables, les vrais coupables paient. 

Ce n'est pas parce que l'impunité existe depuis des temps et des temps en Haïti et ailleurs, ce n'est pas parce que les journalistes et les défenseurs de la vie continuent de faire les frais de conflits et de guerres ici et là qu'il nous faut trouver un prétexte à vouloir que l'impunité se perpétue en Haïti. 

Beaucoup de gens croient qu'il faut que la vérité jaillisse: d'une part, parce que la démocratie ne s'accommode pas de crimes et d'impunité,  d'autre part, parce qu'il faut empêcher que des gens qui n'ont jamais combattu pour la démocratie et la liberté de la presse profitent de quelque dividende que ce soit à travers la mort de Jean Dominique. 

Il faut empêcher, disent-ils, que des gens qui ont toujours été hostiles au travail de Jean Dominique et à sa personne utilisent sa mort à des fins politiciennes. 

"Rien que la vérité peut empêcher toute cette exploitation éhontée".

 La famille de Jean Dominique, ceux qui continuent le travail objectif qu'il a accompli inlassablement, et toutes les masses défavorisées qu'il a défendues méritent et réclament justice. 

Ce serait dommage et catastrophique si cette justice tardait à venir, car beaucoup de gens, même ceux qui soutiennent officiellement le contraire admettent au fond d'eux-mêmes qu'il n'y aucune commune mesure entre la situation globale des libertés aujourd'hui et la situation qui a prévalu hier en Haïti, notamment sous le régime des Duvalier et pendant la période du coup d'Etat où beaucoup ont été forcés de se réfugier dans la politique des autres.  

De plus en plus de gens affirment reconnaitreque la gravité de l'assassinat de Jean Dominique contraste nettement avec la situation générale des libertés en Haïti. Ce brutal asssassinat est survenu comme une coulée de boue déversée sur un terrain débroussaillé. 

Une fois de plus, seul l'éclatement de la vérité sur ce meurtre  pourra pousser toutes les pendules à se remettre à l'heure.





1